Surveillance des émissions : un secteur très actif

Rédigé par  jeudi, 24 mai 2018 11:07
Surveillance des émissions : un secteur très actif Cédric Lardière

Le congrès international CEM 2018 a été une nouvelle fois un événement riche tant du point de vue des présentations que de l’exposition.

La (petite) communauté de la surveillance des émissions industrielles est venue du monde entier pour participer à la 13e édition de la Conference & Exhibition Emissions Monitoring (CEM), organisée par ILM Exhibitions et qui s’est tenu cette année du 16 au 18 mai dernier à Budapest (Hongrie).

Les raisons de cet engouement sont simples : « C’est l’occasion de faire le point sur les dernières évolutions réglementaires et les travaux en cours concernant les LCP [Large Combustion Plants, NDR]et les MCP [Medium Combustion Plants, NDR], la mesure de mercure, etc. », rappelle Christophe Chevillion, directeur général du groupe Environnement SA, venu exposer son offre et notamment celle de Mercury Instruments racheté récemment.

Parmi les l’ensemble des sujets abordés, signalons les sessions consacrées à la mesure des émissions fugitives et diffuses, durant laquelle ont été présentées les technologies LDAR, OGI, SOF, DIAL, de gaz traceur et modèle de dispersion inverse, ainsi qu’auxtechnologies de mesure innovantes (AP2E, Environnement SA, Wi.Tec Sensorik et Mirico).

Pour un visiteur hollandais, il s’agit de prospecter des clients potentiels et éventuellement de trouver des partenaires commerciaux. Au-delà de la qualité des présentations techniques, le congrès CEM est en effet l’occasion pour 65 fabricants de présenter leurs dernières solutions. A l’image du britannique Signal Group (analyseur de gaz série IV), le suisse SW Technology (analyseur de NH3 et de H2O qLDX) ou les français Addair (analyseur de poussières en temps réel) et Leman (générateur de gaz GCStation).

Dernière modification le jeudi, 24 mai 2018 11:10
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans


Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Machines à décaper l’isolantLa technique moderne ne peut pas renoncer aux câbles. Pour pratiquement [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
HACCP
Hazard Analysis and Critical Control Point, analyse des risques et contrôle des points critiques. Les Américains prononcent “Hassip”. L’HACCP s’applique surtout dans les industries alimentaires et pharmaceutiques et il rassemble les bonnes pratiques dans ce domaine. L’HACCP s’articule autour de sept principes :
- L’analyse des risques potentiels (contamination microbienne, présence d’une toxine chimique, d’un morceau de verre ou de métal, par exemple) et la manière de les contrôler.
- Le contrôle des points critiques afin d’éliminer totalement le risque. Parmi les moyens couramment utilisés pour cela, on peut citer la cuisson, la réfrigération et la détection de présence de particules métalliques (qui peuvent apparaître lorsqu’il s’agit de produits malaxés ou broyés).
- La recherche de mesures préventives pour chaque point critique, avec les valeurs limites. Il peut par exemple s’agir d’une température et d’un temps minimum de cuisson.
- La mise en place de procédures pour s’assurer que les points critiques sont effectivement bien pris en compte. Ceci peut être fait par la désignation de responsables chargés de telle ou telle opération.
- La mise en place d’actions correctives lorsque le suivi montre que certaines procédures ou mesures préventives n’ont pas été correctement prises en compte.
- L’établissement de procédures pour vérifier que le process fonctionne correctement. Pour cela, on peut par exemple utiliser des enregistreurs qui vont relever les températures et les temps de cuisson.
- La mise en place d’un système de gestion de la documentation de l’ensemble du système HACCP