Surveillance des émissions : un secteur très actif

Rédigé par  jeudi, 24 mai 2018 11:07
Surveillance des émissions : un secteur très actif Cédric Lardière

Le congrès international CEM 2018 a été une nouvelle fois un événement riche tant du point de vue des présentations que de l’exposition.

La (petite) communauté de la surveillance des émissions industrielles est venue du monde entier pour participer à la 13e édition de la Conference & Exhibition Emissions Monitoring (CEM), organisée par ILM Exhibitions et qui s’est tenu cette année du 16 au 18 mai dernier à Budapest (Hongrie).

Les raisons de cet engouement sont simples : « C’est l’occasion de faire le point sur les dernières évolutions réglementaires et les travaux en cours concernant les LCP [Large Combustion Plants, NDR]et les MCP [Medium Combustion Plants, NDR], la mesure de mercure, etc. », rappelle Christophe Chevillion, directeur général du groupe Environnement SA, venu exposer son offre et notamment celle de Mercury Instruments racheté récemment.

Parmi les l’ensemble des sujets abordés, signalons les sessions consacrées à la mesure des émissions fugitives et diffuses, durant laquelle ont été présentées les technologies LDAR, OGI, SOF, DIAL, de gaz traceur et modèle de dispersion inverse, ainsi qu’auxtechnologies de mesure innovantes (AP2E, Environnement SA, Wi.Tec Sensorik et Mirico).

Pour un visiteur hollandais, il s’agit de prospecter des clients potentiels et éventuellement de trouver des partenaires commerciaux. Au-delà de la qualité des présentations techniques, le congrès CEM est en effet l’occasion pour 65 fabricants de présenter leurs dernières solutions. A l’image du britannique Signal Group (analyseur de gaz série IV), le suisse SW Technology (analyseur de NH3 et de H2O qLDX) ou les français Addair (analyseur de poussières en temps réel) et Leman (générateur de gaz GCStation).

Dernière modification le jeudi, 24 mai 2018 11:10
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

05/03/2019 - 08/03/2019
Global Industrie
12/03/2019 - 14/03/2019
CFIA
13/03/2019 - 13/03/2019
Journée technique du CFM
26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre

Mesure mécanique, vision et CND
Analyseurs de bruit et vibration

Les analyseurs OROS permettent de mesurer et d'analyser de 2 à + de 1000 voies.Conçus pour de l’analyse [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Régulateur PID

La régulation a pour objectif de maintenir à un niveau prédéterminé un paramètre de process (une température, une pression, un niveau, un débit, une position, une vitesse, etc.). Pour ce faire, le régulateur agit sur une valeur réglante (pour par exemple commander une résistance chauffante, une vanne, un robinet, un moteur, etc.).

Le régulateur PID est de loin le régulateur le plus répandu et le plus facile à mettre en œuvre. Ce type de régulation (voir aussi la définition de ce terme) consiste à associer trois actions :

  • action proportionnelle (P) : la grandeur de sortie du régulateur est directement proportionnelle à l’écart entre la grandeur mesurée et la valeur de consigne. Avec ce type de régulation, la valeur mesurée n’atteint jamais la valeur de la consigne : le rôle du régulateur est de minimiser cet écart.
  • action intégrale (I) : l’action intégrale permet d’annuler l’écart entre la mesure et la consigne et donc d’améliorer la précision de la régulation. Elle consiste à réaliser une intégration (au sens mathématique du terme) de l’écart. L’action intégrale est pratiquement toujours associée à une action proportionnelle.
  • action dérivée : celle-ci consiste à dériver (au sens mathématique du terme) l’écart entre la mesure et la consigne. L’action dérivée permet de raccourcir le temps de réponse de la régulation et de stabiliser la régulation (lorsque les variations de la grandeur contrôlée sont rapides). L’action dérivée est complémentaire de l’action proportionnelle.