Nouvelle vice-présidente du CA de l’Ineris

Rédigé par  jeudi, 13 décembre 2018 12:01
Manoëlle Martin, nouvelle vice-présidente du conseil d’administration de l’Ineris. Manoëlle Martin, nouvelle vice-présidente du conseil d’administration de l’Ineris.

La nomination de Manoëlle Martin confirme l’un ancrage fort dans la Région Hauts-de-France de l’institut national de l’environnement industriel et des risques.

Par décret officiel du 27 novembre 2018, Manoëlle Martin (voir photographie) a été nommée vice-présidente du conseil d’administration de l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris). Elle est vice-présidente de la Région Hauts-de-France, en charge des lycées et de l’orientation des jeunes, et adjointe au maire de Gouvieux (Oise).

Après des études de commerce, Manoëlle Martin commence sa carrière comme contrôleur de gestion, avant de devenir la collaboratrice parlementaire d'Éric Woerth, député de l’Oise. Elle est ensuite élue en mars 2001 conseillère municipale de Nanteuil-le-Haudouin (Oise). En 2008, elle est nommée adjointe au maire de Gouvieux, en charge des finances. Elle est réélue au Conseil municipal en 2014.

Cette nomination renforce l’ancrage de l’Ineris, établissement public national dont le siège social se trouve dans l’Oise, à Verneuil-en-Halatte plus précisément. Rappelons que l’Ineris est notamment partenaire du réseau des universités et grandes écoles au cœur de la démarche de troisième révolution industrielle engagée par la Région.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2019 - 31/01/2019
20e Carrefour de l’eau
30/01/2019 - 31/01/2019
Biogaz Europe 2019
05/02/2019 - 06/02/2019
Analyse Industrielle

Capteurs et transmetteurs
Détecteur de niveau à lames vibrantes Liquiphant

Le Liquiphant FTL31 est un détecteur de niveau pour les liquides. Le FTL31 est conçu pour les applications [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
SDH
Synchronous Digital Hierarchy. Normalisée par l’UIT au début des années 1990 (et connue aux Etats-Unis sous le nom de Sonet), la hiérarchie numérique synchrone définit une infrastructure de transport dans les réseaux de télécommunications sur fibre optique. Elle a été développée pour faciliter l’évolution vers les hauts débits, simplifier la gestion de la bande passante et améliorer les possibilités d’exploitation et de maintenance des réseaux télécoms. La SDH définit en particulier des niveaux successifs de multiplexage des voies de transmission : STM-1 (ou Sonet OC-3) à 155,52 Mbit/s, STM-4 (OC-12) à 622,08 Mbit/s, STM-16 (OC-48) à 2,488 Gbit/s et STM-64 (OC-192) à 9,953 Gbit/s. Brasseurs, multiplexeurs d’insertion/extraction et systèmes de ligne sont les trois principaux équipements SDH. (Définition Electronique International Hebdo)