Un détecteur de gaz pour les environnements très humides

Rédigé par  mercredi, 20 février 2019 14:08

Ion Science étend sa gamme de détecteurs PID avec un modèle destiné aux composés aromatiques totaux dans les environnements très humides.

Le britannique Ion Science, fabricant de détecteurs de gaz et de fuites, ainsi que de solutions de surveillance de corrosion, vient de lancer FalcoTAC, le premier détecteur PID à poste fixe du marché doté d’une source de 10 eV d’énergie et destiné aux composés aromatiques totaux dans les environnements très humides.

La technologie « typhon » propriétaire empêche la formation de condensation sur le capteur, d’où une utilisation dans des environnements difficiles et humides, sans barrières de protection contre les intempéries. Cette résistance accrue à l'humidité et à la contamination garantit une plus grande fiabilité, une réduction significative des problèmes de dérive et une durée de vie prolongée.

La technologie de détection large bande propriétaire du FalcoTAC offre, quant à elle, un temps de détection (T90) inférieur à 30 s pour les modèles à diffusion et, donc, une meilleure protection pour les personnels de sites pétrochimiques, de pétrole et de gaz, vis-à-vis du benzène, du toluène, du xylène, etc.

Le FalcoTAC peut détecter un composé entre 0,01 et 50 ppm (capteur externe à sécurité intrinsèque), avec une sensibilité de 0,01 ppm et un échantillonnage par diffusion – l’avantage est notamment moins de problèmes de contamination que les systèmes à pompe – ou par pompe pour les applications où un échantillon doit être prélevé sur l'unité.

Le boîtier antidéflagrant intègre enfin 1 sortie 4-20 mA, 2 sorties relais, 1 sortie RS-485 Mobus et une interface utilisateur intuitive avec affichage Oled et 5 commutateurs activés magnétiquement rétroéclairés.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre
03/04/2019 - 04/04/2019
Enova Nantes
10/04/2019 - 11/04/2019
Sido

Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Moteurs pas à pas La structure robuste, la grande plage de régimes et la puissance exceptionnelle dans [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
FFT
Fast Fourier Transform, transformée de Fourier rapide. On sait depuis longtemps réaliser des transformées de Fourier d’un signal, à l’aide d’électroniques analogiques (mises en œuvre notamment dans les analyseurs de spectres). Lorsque les électroniques numériques sont apparues, on a naturellement cherché à calculer numériquement la transformée de Fourier des signaux. Mais ces calculs étaient longs, jusqu’à ce qu’apparaisse un nouvel algorithme qui a permis de fortement réduire le temps de calcul. Cet algorithme a été baptisé “fast” (rapide, en anglais). Et c’est ainsi qu’est apparu le terme FFT. Aujourd’hui, quand on parle d’un analyseur FFT, il s’agit d’un appareil qui assure une fonction d’analyse spectrale et qui calcule numériquement le spectre.
Ceci étant, malgré les progrès accomplis par les calculateurs, les analyseurs FFT restent relativement lents et sont réservés à l’analyse de signaux acoustiques, de vibrations ou à l’analyse d’asservissements (quelques centaines de kHz tout au plus). Quand on dit qu’un analyseur FFT est “temps réel jusqu’à 20 kHz”, cela signifie qu’il va calculer le spectre d’un signal jusqu’à 20 kHz, sans perdre aucune information sur le signal d’entrée. L’analyseur peut calculer les raies spectrales supérieures à cette fréquence, mais il perd alors la notion de “temps réel” : autrement dit, le temps de calcul est trop long pour pouvoir prendre en compte la totalité des échantillons du signal et des portions de ce signal sont perdues.