Forte hausse du visitorat à Analyse industrielle 2019

Rédigé par  mercredi, 20 février 2019 14:10
Forte hausse du visitorat à Analyse industrielle 2019 Cédric Lardière

La 32e édition a réuni 1 436 visiteurs (+15 % par rapport à l’édition précédente), et 63 exposants.

Ni neige, ni grève (enfin presque) cette année pour Analyse industrielle. La 32e édition du salon annuel des solutions en analyse industrielle, organisé par Infopromotions - Groupe Solutions et qui s’est tenue les 5 et 6 février 2019 à l’Espace Grande Arche - Paris La Défense, a ainsi vu la venue de 1 436 visiteurs, soit une hausse de 15 % par rapport à l’édition précédente, et de 63 exposants.

En parallèle de l’exposition se tenait également un cycle de 15 conférences techniques et ateliers exposants, qui ont accueilli 543 personnes. Parmi les sujets abordés, citons les systèmes d’analyse de gaz et de traitement des données dans le cadre de la surveillance des émissions des installations de combustion, l’analyse de mercure dans les émissions industrielles, la maintenance prévisionnelle dans le cadre d’une stratégie de transformation numérique, etc.

Le salon confirme ainsi sa position incontournable en France pour les acteurs du secteur et rendez-vous est d’ores et déjà donné en 2020 pour la 33e édition, à la date pas encore fixée, l’organisateur réservant peut-être des surprises...

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre
03/04/2019 - 04/04/2019
Enova Nantes
10/04/2019 - 11/04/2019
Sido

Capteurs et transmetteurs
Détecteur de niveau à lames vibrantes Liquiphant

Le Liquiphant FTL31 est un détecteur de niveau pour les liquides. Le FTL31 est conçu pour les applications [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
FFT
Fast Fourier Transform, transformée de Fourier rapide. On sait depuis longtemps réaliser des transformées de Fourier d’un signal, à l’aide d’électroniques analogiques (mises en œuvre notamment dans les analyseurs de spectres). Lorsque les électroniques numériques sont apparues, on a naturellement cherché à calculer numériquement la transformée de Fourier des signaux. Mais ces calculs étaient longs, jusqu’à ce qu’apparaisse un nouvel algorithme qui a permis de fortement réduire le temps de calcul. Cet algorithme a été baptisé “fast” (rapide, en anglais). Et c’est ainsi qu’est apparu le terme FFT. Aujourd’hui, quand on parle d’un analyseur FFT, il s’agit d’un appareil qui assure une fonction d’analyse spectrale et qui calcule numériquement le spectre.
Ceci étant, malgré les progrès accomplis par les calculateurs, les analyseurs FFT restent relativement lents et sont réservés à l’analyse de signaux acoustiques, de vibrations ou à l’analyse d’asservissements (quelques centaines de kHz tout au plus). Quand on dit qu’un analyseur FFT est “temps réel jusqu’à 20 kHz”, cela signifie qu’il va calculer le spectre d’un signal jusqu’à 20 kHz, sans perdre aucune information sur le signal d’entrée. L’analyseur peut calculer les raies spectrales supérieures à cette fréquence, mais il perd alors la notion de “temps réel” : autrement dit, le temps de calcul est trop long pour pouvoir prendre en compte la totalité des échantillons du signal et des portions de ce signal sont perdues.