Libelium lance des kits de développement NB-IoT

Rédigé par  vendredi, 15 mars 2019 11:37

Conçus en partenariat avec Ericsson, ces kits permettent aux industriels de valider leurs concepts, avant d’investir.

A l’occasion de l’édition 2019 du Mobile World Congress (MWC), qui s’est déroulé du 25 au 28 février dernier, à Barcelone (Espagne), l’espagnol Libelium, fabricant de solutions dédiées aux applications de M2M et d'Internet des objets (IoT), distribué en France par Factory Systèmes, a présenté l’intégration de la connectivité NB-IoT dans sa plate-forme de capteurs sans fil.

Cette intégration se présente sous la forme de différents kits de développement NB-IoT, conçus en partenariat avec le suédois Ericsson, pour valider les concepts. Cette annonce s’inscrit dans la nouvelle stratégie de l’espagnol consistant à proposer des projets personnalisés. « Au cours de nos 13 années d’existence, nous avons intégré plus de 15 protocoles de communication, la fragmentation du marché des IoT nécessitant des protocoles différents en fonction des applications », rappelle Alicia Asín, CEO de Libelium.

Les kits de l’espagnol intègrent une API en open source, une connectivité NB-IoT intégrée dans un module fabriqué par Quectel et compatible avec les réseaux NB-IoT, LTE-Cat-M et même GPRS – une solution de rechange est assurée au cas où la couverture NB-IoT ne serait pas possible à un moment donné – , ainsi qu’un positionnement via un module GNSS. Libelium collabore actuellement avec Ericsson pour rendre la connectivité NB-IoT compatible avec le protocole LWM2M.

« Les industriels ont désormais l’opportunité de pouvoir tester notre plate-forme de capteurs, en ayant recours à de nombreuses technologies radio, y compris la technologie NB-IoT, avant de se lancer dans des investissements majeurs », ajoute David Gascón, directeur technique de Libelium.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre
03/04/2019 - 04/04/2019
Enova Nantes
10/04/2019 - 11/04/2019
Sido

Capteurs et transmetteurs
Thermorésistance iTHERM TM411 | Endress+Hauser

Cette thermorésistance iTHERM a été conçue pour répondre aux exigences de l'agroalimentaire et des [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
FFT
Fast Fourier Transform, transformée de Fourier rapide. On sait depuis longtemps réaliser des transformées de Fourier d’un signal, à l’aide d’électroniques analogiques (mises en œuvre notamment dans les analyseurs de spectres). Lorsque les électroniques numériques sont apparues, on a naturellement cherché à calculer numériquement la transformée de Fourier des signaux. Mais ces calculs étaient longs, jusqu’à ce qu’apparaisse un nouvel algorithme qui a permis de fortement réduire le temps de calcul. Cet algorithme a été baptisé “fast” (rapide, en anglais). Et c’est ainsi qu’est apparu le terme FFT. Aujourd’hui, quand on parle d’un analyseur FFT, il s’agit d’un appareil qui assure une fonction d’analyse spectrale et qui calcule numériquement le spectre.
Ceci étant, malgré les progrès accomplis par les calculateurs, les analyseurs FFT restent relativement lents et sont réservés à l’analyse de signaux acoustiques, de vibrations ou à l’analyse d’asservissements (quelques centaines de kHz tout au plus). Quand on dit qu’un analyseur FFT est “temps réel jusqu’à 20 kHz”, cela signifie qu’il va calculer le spectre d’un signal jusqu’à 20 kHz, sans perdre aucune information sur le signal d’entrée. L’analyseur peut calculer les raies spectrales supérieures à cette fréquence, mais il perd alors la notion de “temps réel” : autrement dit, le temps de calcul est trop long pour pouvoir prendre en compte la totalité des échantillons du signal et des portions de ce signal sont perdues.