GF Piping Systems lance ses premiers transmetteurs de niveau radar

Rédigé par  mardi, 31 janvier 2017 11:20

Le fabricant complète ainsi son offre à ultrasons et par pression hydrostatique avec la technologie de radar filoguidé et sans contact.

GF Piping Systems, l’une des trois divisions du suisse Georg Fischer spécialisée dans les systèmes de canalisation, vient de compléter sa gamme de mesure de niveau, composée jusque-là des technologies à ultrasons et par pression hydrostatique, avec les modèles 2290 et 2291. Ce sont en effet les premiers transmetteurs de niveau du fabricant basés sur la technologie radar (sans contact pour le 2290 et filoguidé pour le 2291).

« Obtenir des informations exactes sur le niveau de fluides n'est pas toujours facile. Ces deux nouveaux transmetteurs permettent de répondre aux contraintes des applications plus complexes où les technologies conventionnelles ne sont plus adaptées », explique Dave Vollaire, Instrumentation Product Manager for GF Piping Systems.

Destinés à un large éventail d’applications dans les procédés chimiques et le traitement de l’eau, ces nouveaux transmetteurs assurent des mesures entre 0,2 et 18 m (2290) ou jusqu’à 6 m (2291), avec une justesse de  ±3 mm (2290) ou ±5 mm (2291). Ils supportent également des conditions de process allant de -30 à +100 °C et jusqu’à 25 bar (2290) ou de -30 à +90 °C, jusqu’à 40 bar et avec une émissivité relative de 1,9 (2291). En plus de disposer d’une sortie 4-20 mA Hart, les transmetteurs de niveau radar 2290 et 2291 sont certifiés IP67, Atex et IECEx.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

Pas d'événement

Capteurs et transmetteurs
Proline Promag P 100 et Proline Promass P 100

Le Promag P 100 est destiné aux applications chimiques et de process avec liquides corrosifs et températures [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
In situ

Le test in-situ d’une carte électronique consiste à tester individuellement les composants qu’elle comporte ainsi que la qualité des connexions. L’accès électrique aux différents points de la carte s’effectue à l’aide d’une planche à clous. Le test in-situ permet de mettre immédiatement en évidence un composant défaillant. Lors du test, seul le composant ou la zone sous test est mise sous tension.
Sur les cartes les plus denses, l’accès aux points de la carte est de plus en plus difficile. Ceci a conduit les fabricants de testeurs de cartes à développer des techniques de contrôle optique (AOI) ou à rayons X. Mais, bien évidemment, on se limite ici à des contrôles d’aspects (de qualité des soudures, de marquage des composants, etc.) et on n’atteint pas la qualité d’un test électrique.
Le test in-situ est en général complété par un test fonctionnel, qui permet de s’assurer du bon fonctionnement de la carte. Dans certaines productions bien rodées, on se contente d'un test fonctionnel rapide, de type "go-no go", et on pratique éventuellement un test in-situ sur les cartes qui n'ont pas passé le test go-no go, afin de localiser le défaut et réparer la carte.