Siemens étend son offre de débitmètres à ultrasons

Rédigé par  jeudi, 31 août 2017 10:53

Il s’agit d’un débitmètre à ultrasons de type clamp-on se caractérise notamment par une excellente précision et une haute immunité au bruit.

Le groupe allemand Siemens, présent dans les domaines de l’électrification, l’automatisation et la « digitalization », vient de compléter son offre de débitmètres à ultrasons, avec le Sitrans FS230. Il s’agit d’un débitmètre à ultrasons de type clamp-on composé des capteurs Sitrans FSS200 et du transmetteur Sitrans FST030.

Le nouveau débitmètre se caractérise notamment par une excellente précision et une haute immunité au bruit. Son Digital Sensor Link (DSL) numérise en effet le signal instantanément après la mesure, ce qui minimise les influences extérieures et optimise le rapport signal/bruit. Grâce aussi à sa fréquence d’actualisation des données de 100 Hz et à son algorithme PerformancePlus intégré, le Sitrans FS230 détecte même les plus petites fluctuations du débit avec une précision constante de 0,5 à 1 % de la mesure (vitesse d’écoulement supérieure à 0,3 m/s) et une stabilité très élevée du point zéro.

Le transmetteur Sitrans FST030 est fourni avec de nombreux assistants de mise en service intégrés et un matériel de montage simple, d’où une grande facilité d’installation. L’affichage personnalisable offre par ailleurs six vues différentes permettant d’adapter et de visualiser des mesures multiparamètres (débit volumétrique brut/standard, densité, débit massique, etc.). Des outils d’assistance permettent d’accéder directement à l’ensemble des données opérationnelles et fonctionnelles, des certificats et des journaux d’audit.

Le débitmètre à ultrasons de type clamp-on Sitrans FS230 convient aux secteurs du traitement de l’eau et des eaux usées, de l’énergie, de l’agroalimentaire, de la pharmaceutique ou de la chimie (diamètre de la canalisation de 12,7 mm à 10 m, sortie 0/4-20 mA Hart, relais, RS-485 Modbus RTU, agréments Atex, IECEx).

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2018 - 01/02/2018
Sepem Rouen
01/02/2018 - 01/02/2018
Journée technique du LNE
06/02/2018 - 06/02/2018
Journée technique du CFM
06/02/2018 - 07/02/2018
Analyse industrielle
07/02/2018 - 08/02/2018
Pharmapack Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Biogaz Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Enova Lyon

Capteurs et transmetteurs
Transmetteur 8 voies Liquiline CM448 | Endress+Hauser

Le Liquiline CM448 est un transmetteur multiparamètre numérique pour la surveillance et le contrôle [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
PROM
Programmable read-only memory , mémoire programmable à lecture seulement. Il s’agit de circuits intégrés assurant une fonction de mémoire non volatile, c’est-à-dire qui conserve ses informations même lorsque l’alimentation est coupée (alors que ce n’est pas le cas pour les mémoires vives RAM).
L’histoire des mémoires non volatiles présentées en circuit intégré a démarré avec les ROM, qui étaient programmées une fois pour toutes par le fabricant du composant. Il s’agissait donc d’une mémoire morte. Les PROM font un peu la même chose mais ici la programmation est assurée par l’utilisateur lui-même (à l’aide d’un programmateur, qui consiste à appliquer des courants forts de façon à faire fondre des contacts à l’intérieur du circuit). Comme pour les ROM, la programmation est faite une fois pour toutes.
Les EPROM qui ont suivi étaient radicalement différentes : elles pouvaient s’effacer (en appliquant des rayonnements ultraviolets sur la puce du composant, à travers une fenêtre transparente) et pouvaient être reprogrammées ; comme les ROM et les PROM, il s’agit de mémoires non volatiles (par contre, les EPROM ne sont pas des mémoires mortes).
La EEPROM enfin, présente l’avantage d’être effacable électriquement. Bien entendu, elle peut être reprogrammée.