Krohne renforce son offre de débitmètres

Rédigé par  mardi, 26 septembre 2017 16:04

Le fabricant lance un débitmètre à ultrasons pour les températures et pressions élevées et un débitmètre à effet Coriolis pour grands diamètres.

Le groupe allemand Krohne, fabricant de solutions d’instrumentation de process, vient d’étendre son offre de débitmètres, en introduisant un modèle à ultrasons en ligne Optisonic 4400 pour les hautes températures et les hautes pressions (voir photographie) et des modèles à effet Coriolis Optimass 2400 et Optimass 6400 pour les canalisations de grands diamètres.

Les nouvelles versions du débitmètre à ultrasons Optisonic 4400 peuvent ainsi supporter des températures de process de -45 à +600 °C (version HT) ou des pressions de process jusqu’à 490 bar (HP). Successeur de l'UFM 530 HT et se caractérisant par une précision de ±0,5 % ± 5 mm/s (2 cordes), pour une étendue de mesure de 0,5 à 20 m/s, l'Optisonic 4400 HT est destiné aux applications de sel fondu ou d'huile thermique synthétique/HTF dans des centrales à énergie solaire concentrée (CSP), les hydrocarbures liquides à température élevée dans les raffineries de pétrole ou la mesure de l'eau d'alimentation dans les centrales thermiques au charbon.

Avec une précision de ±1 % de la valeur mesurée ± 10 mm/s de 0,5 à 20 m/s, la version HP, elle, vise les applications telles que les injections d'eau/de produits chimiques dans des puits, les réseaux de transport dans l'industrie du pétrole et du gaz, les unités pétrochimiques ou les usines chimiques.

En ce qui concerne l’extension vers les grands diamètres, les débitmètres à effet Coriolis Optimass 2400 et Optimass 6400 sont désormais disponibles respectivement jusqu'au DN400 (quatre tubes droits) et jusqu’aux DN150 et DN200. Conformes aux agréments des MID et OIML pour les transactions commerciales gaz et liquide, SIL 2/3 et aux directives API et AGA, ils sont destinés aux industries de la pétrochimie, du pétrole et du gaz (chargement et ravitaillement d'hydrocarbures en vrac, GNL).

Dernière modification le mardi, 26 septembre 2017 16:04
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

20/11/2018 - 21/11/2018
Be 4.0
27/11/2018 - 27/11/2018
Automation Class Factory

Capteurs et transmetteurs
Radar de niveau Micropilot FMR10/FMR20

Micropilot FMR10/FMR20 -Pour les cuves de stockage et le domaine de l’eauEndress+Hauser frappe un grand [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
RAID

Redundant Array of Independent Disks, batterie redondante de disques durs indépendants. A la fin des années 1980, RAID signifiait “Redundant Array of Inexpensive Disks”, c’est-à-dire batterie redondante de disques économiques. C’était à l’époque où les gros disques d’ordinateurs étaient onéreux. Les temps ont changé et c’est la raison pour laquelle le terme Inexpensive a été remplacé par Independant. Le but des RAID est d’augmenter la performance ou de fournir une tolérance aux pannes. Développé à l’origine pour les systèmes de stockage, les Raid ont vu leurs applications s’élargir et sont désormais présents sur les PC. Le concept Raid peut être mis en œuvre avec un disque unique et à l’aide d’un logiciel spécialisé, mais les performances sont moindres qu’avec des Raid multi-disques, surtout lorsqu’il s’agit de restituer les données après une défaillance.
Raid améliore les performances des disques en interpénétrant les octets ou les groupes d’octets à travers plusieurs disques, de sorte qu’au moins deux disques sont en train de lire et d’écrire simultanément. La tolérance aux pannes est réalisée en utilisant la technique du disque miroir (duplication totale des données) comme dans RAID 1 ou en utilisant les bits de parité comme dans RAID 3 et RAID 5. Les bits de parité sont calculés en prenant un bit du disque 1 et en le combinant (fonction OU exclusif) avec un bit du disque 2, et en stockant le résultat sur le disque 3. Un disque défaillant peut être remplacé à chaud par un autre, le contrôleur RAID se charge de reconstituer les données perdues.

  • RAID 0. Les données sont réparties sur plusieurs disques de façon à améliorer la performance. Il n’y a pas de protection contre les pannes.
  • RAID 1. Les données sont toutes écrites en miroir sur deux disques distincts. Solution qui offre la meilleure fiabilité mais double le coût du stockage.
  • RAID 2. Les bits (plutôt que des octets ou des groupes d’octets) sont répartis sur plusieurs disques.
  • RAID 3. Les données sont réparties sur trois ou davantage de disques. Tous les disques travaillent en parallèle, ce qui assure une vitesse de transfert très élevée. Les bits de parité de parité permettent de reconstituer les données en cas de panne de l'un des disques physiques.
  • RAID 4. Similaire au Raid 3 mais chaque disque est géré indépendamment. Peu utilisé.
  • RAID 5. Le plus largement utilisé. Les données sont réparties sur trois ou davantage de disques afin d’augmenter les performances, et les bits de parité sont utilisés pour la tolérance aux pannes. Les bits de parité permettent de reconstituer les données en cas de panne de l'un des disques physiques.
  • RAID 6. Le plus fiable mais il est peu utilisé. Similaire à RAID 5, mais ici le contrôleur effectue les calculs de deux bits de parité différents, ou le même calcul sur deux sous-ensembles de données qui se chevauchent.
  • RAID 10. Combinaison de RAID 1 et RAID 0. RAID 0 est utilisé pour la performance et RAID 1 est utilisé pour la tolérance aux pannes.