Kobold lance un débitmètre électromagnétique « moderne »

Rédigé par  mercredi, 06 décembre 2017 11:00

Le modèle MIM dispose de fonctionnalités lui permettant de s’adapter à de très nombreuses applications, sans avoir recours à de multiples options.

L’allemand Kobold Messring, fabricant d’instrumentation de process, vient d’étendre sa gamme de débitmètres électromagnétiques, avec l’introduction du modèle MIM. Ce débitmètre, résolument moderne, dispose de fonctionnalités lui permettant de s’adapter à de très nombreuses applications sans avoir recours à de multiples options.

Le modèle MIM se distingue par sa compacité (68 x 68 x 72 mm) et son large écran TFT tactile couleur 1,4 pouce 128 x 128 pixels, orientable par pas de 90° par logiciel, ainsi que par un design tout métal avec des raccords filetés inox et un boîtier inox IP67 lui conférant une résistance à de fortes contraintes mécaniques ou environnementales.

Côté caractéristiques, on trouve les mesures de débit bidirectionnel (étendues de 0,04-10 l/min à 0,4-100 l/min) et de température (-30 à +100 °C), deux sorties paramétrables (4-20 mA, contact, impulsions, fréquence), deux totalisateurs en standard, dont l’un avec remise à zéro, une fonction de dosage avec entrée contact possible, le paramétrage par boutons tactiles (même avec des gants), etc.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

Pas d'événement

Non classé
Mesure vibratoire de machines tournantes

Quelle que soit la machine : générateur, turbine, compresseur alternatif, diesel ou transmission, les [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
In situ

Le test in-situ d’une carte électronique consiste à tester individuellement les composants qu’elle comporte ainsi que la qualité des connexions. L’accès électrique aux différents points de la carte s’effectue à l’aide d’une planche à clous. Le test in-situ permet de mettre immédiatement en évidence un composant défaillant. Lors du test, seul le composant ou la zone sous test est mise sous tension.
Sur les cartes les plus denses, l’accès aux points de la carte est de plus en plus difficile. Ceci a conduit les fabricants de testeurs de cartes à développer des techniques de contrôle optique (AOI) ou à rayons X. Mais, bien évidemment, on se limite ici à des contrôles d’aspects (de qualité des soudures, de marquage des composants, etc.) et on n’atteint pas la qualité d’un test électrique.
Le test in-situ est en général complété par un test fonctionnel, qui permet de s’assurer du bon fonctionnement de la carte. Dans certaines productions bien rodées, on se contente d'un test fonctionnel rapide, de type "go-no go", et on pratique éventuellement un test in-situ sur les cartes qui n'ont pas passé le test go-no go, afin de localiser le défaut et réparer la carte.