Endress+Hauser : diplôme R4E et alliance Industrie 4.0

Rédigé par  mercredi, 17 janvier 2018 15:18
De gauche à droite : Anne-Sophie Guth, responsable QSE/Amélioration continue chez Endress+Hauser France, Siegfried Schmidt, Business Excellence Learder chez Swiss Association for Quality (SAQ), Nadia Peiffer-Puh, directrice de l’évaluation et du développement durable du Syndicat des eaux et de l'assainissement (SDEA) Alsace-Moselle, et Laurent Mulley, directeur général d’Endress+Hauser France. De gauche à droite : Anne-Sophie Guth, responsable QSE/Amélioration continue chez Endress+Hauser France, Siegfried Schmidt, Business Excellence Learder chez Swiss Association for Quality (SAQ), Nadia Peiffer-Puh, directrice de l’évaluation et du développement durable du Syndicat des eaux et de l'assainissement (SDEA) Alsace-Moselle, et Laurent Mulley, directeur général d’Endress+Hauser France.

La filiale française vient d’étendre sa démarche EFQM et le groupe suisse de créer une alliance destinée au secteur du pétrole et du gaz.

La filiale française du groupe suisse Endress+Hauser, l’un des principaux fournisseurs mondiaux de solutions pour les process industriels, vient de recevoir le diplôme R4E (4 étoiles ; voir photographie) selon la Fondation européenne pour le management de la qualité (EFQM) pour l’ensemble de ses activités. Il s’agit en fait de l’extension  de la démarche d’excellence EFQM à l’ensemble des activités d’Endress+Hauser France.

Depuis deux ans et la reconnaissance CE2 (1 étoile), le comité de direction s’appuie sur le modèle EFQM en accord avec la stratégie de l’entreprise. L’efficacité des actions et leur pertinence ont été démontrées par l’obtention de la reconnaissance R4E. « La mise en place du modèle EFQM nous pousse à avoir une vue holistique de nos actions dans notre environnement économique. Et l’évaluation elle-même nous a confortés dans la pertinence et la nécessité de poursuivre notre approche d’excellence opérationnelle », affirme Laurent Mulley, directeur général d’Endress+Hauser France.

Par ailleurs, le groupe suisse vient de créer une alliance pour fournir les technologies numériques des champs pétrolifères à l'industrie du pétrole et du gaz. Cette alliance se traduit par l'alignement des partenariats avec Angus Measurement Services (conseils en fabrication de systèmes et en technologie), TechnipFMC (technologie de mesure et capacités de conception) et son fournisseur de services agréé, Vector Controls (analyse de gaz, mesure et contrôle). Les sociétés d'automatisation collaboreront pour informer et mieux préparer les entreprises du secteur à passer l'industrie 4.0.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

Pas d'événement

Non classé
Mesure vibratoire de machines tournantes

Quelle que soit la machine : générateur, turbine, compresseur alternatif, diesel ou transmission, les [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
  • Barrières de sécurité pour petites distances Barrières de sécurité pour petites distances
    Les nouveaux rideaux lumineux et barrières immatérielles de sécurité de la série SLC/SLG 240 COM de Schmersal conviennent aux applications avec une petite distance de sécurité.
    Lire la suite >
  • Analyseur de soufre dans le pétrole Analyseur de soufre dans le pétrole
    Horiba a complété sa gamme d’analyseurs de soufre, avec le modèle portable SLFA-60. Destiné à la détermination de la teneur en soufre dans les schistes bitumineux, le pétrole brut traditionnel et les autres produits pétroliers, cet appareil affiche une étendue de mesure double (0 à 9,9999 %) de celle du modèle qu’il remplace.
    Lire la suite >
  • Caméras industrielles Caméras industrielles
    IDS a lancé une nouvelle génération de caméras industrielles de la famille uEye SE. Les nombreuses variantes proposées la rendent compatible avec une grande variété d'applications.
    Lire la suite >
Run Time
Version exécutoire d’un logiciel. La plupart des logiciels industriels comportent une version dite de “développement” qu’utilise le développeur pour créer un applicatif opérationnel. Cet applicatif est ensuite compilé et chargé dans la (ou les) machines (s) cible. C’est cet applicatif que l’on appelle le “run time”. Le run time ne peut pas être modifié (sauf les paramétrages prévus lors de la conception du logiciel). Souvent, les éditeurs de logiciels vendent une version “développement” et font payer des royalties pour les versions “run-time” (les royalties sont calculées en fonction du nombre de postes déployés).