Endress+Hauser : diplôme R4E et alliance Industrie 4.0

Rédigé par  mercredi, 17 janvier 2018 15:18
De gauche à droite : Anne-Sophie Guth, responsable QSE/Amélioration continue chez Endress+Hauser France, Siegfried Schmidt, Business Excellence Learder chez Swiss Association for Quality (SAQ), Nadia Peiffer-Puh, directrice de l’évaluation et du développement durable du Syndicat des eaux et de l'assainissement (SDEA) Alsace-Moselle, et Laurent Mulley, directeur général d’Endress+Hauser France. De gauche à droite : Anne-Sophie Guth, responsable QSE/Amélioration continue chez Endress+Hauser France, Siegfried Schmidt, Business Excellence Learder chez Swiss Association for Quality (SAQ), Nadia Peiffer-Puh, directrice de l’évaluation et du développement durable du Syndicat des eaux et de l'assainissement (SDEA) Alsace-Moselle, et Laurent Mulley, directeur général d’Endress+Hauser France.

La filiale française vient d’étendre sa démarche EFQM et le groupe suisse de créer une alliance destinée au secteur du pétrole et du gaz.

La filiale française du groupe suisse Endress+Hauser, l’un des principaux fournisseurs mondiaux de solutions pour les process industriels, vient de recevoir le diplôme R4E (4 étoiles ; voir photographie) selon la Fondation européenne pour le management de la qualité (EFQM) pour l’ensemble de ses activités. Il s’agit en fait de l’extension  de la démarche d’excellence EFQM à l’ensemble des activités d’Endress+Hauser France.

Depuis deux ans et la reconnaissance CE2 (1 étoile), le comité de direction s’appuie sur le modèle EFQM en accord avec la stratégie de l’entreprise. L’efficacité des actions et leur pertinence ont été démontrées par l’obtention de la reconnaissance R4E. « La mise en place du modèle EFQM nous pousse à avoir une vue holistique de nos actions dans notre environnement économique. Et l’évaluation elle-même nous a confortés dans la pertinence et la nécessité de poursuivre notre approche d’excellence opérationnelle », affirme Laurent Mulley, directeur général d’Endress+Hauser France.

Par ailleurs, le groupe suisse vient de créer une alliance pour fournir les technologies numériques des champs pétrolifères à l'industrie du pétrole et du gaz. Cette alliance se traduit par l'alignement des partenariats avec Angus Measurement Services (conseils en fabrication de systèmes et en technologie), TechnipFMC (technologie de mesure et capacités de conception) et son fournisseur de services agréé, Vector Controls (analyse de gaz, mesure et contrôle). Les sociétés d'automatisation collaboreront pour informer et mieux préparer les entreprises du secteur à passer l'industrie 4.0.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

05/03/2019 - 08/03/2019
Global Industrie
12/03/2019 - 14/03/2019
CFIA
13/03/2019 - 13/03/2019
Journée technique du CFM
26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre

Capteurs et transmetteurs
Thermorésistance iTHERM TM411 | Endress+Hauser

Cette thermorésistance iTHERM a été conçue pour répondre aux exigences de l'agroalimentaire et des [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Régulateur PID

La régulation a pour objectif de maintenir à un niveau prédéterminé un paramètre de process (une température, une pression, un niveau, un débit, une position, une vitesse, etc.). Pour ce faire, le régulateur agit sur une valeur réglante (pour par exemple commander une résistance chauffante, une vanne, un robinet, un moteur, etc.).

Le régulateur PID est de loin le régulateur le plus répandu et le plus facile à mettre en œuvre. Ce type de régulation (voir aussi la définition de ce terme) consiste à associer trois actions :

  • action proportionnelle (P) : la grandeur de sortie du régulateur est directement proportionnelle à l’écart entre la grandeur mesurée et la valeur de consigne. Avec ce type de régulation, la valeur mesurée n’atteint jamais la valeur de la consigne : le rôle du régulateur est de minimiser cet écart.
  • action intégrale (I) : l’action intégrale permet d’annuler l’écart entre la mesure et la consigne et donc d’améliorer la précision de la régulation. Elle consiste à réaliser une intégration (au sens mathématique du terme) de l’écart. L’action intégrale est pratiquement toujours associée à une action proportionnelle.
  • action dérivée : celle-ci consiste à dériver (au sens mathématique du terme) l’écart entre la mesure et la consigne. L’action dérivée permet de raccourcir le temps de réponse de la régulation et de stabiliser la régulation (lorsque les variations de la grandeur contrôlée sont rapides). L’action dérivée est complémentaire de l’action proportionnelle.