Baumer renforce ses capteurs de pression hygiéniques

Rédigé par  mardi, 05 juin 2018 12:22

Le capteur PP20H du fabricant suisse intègre une interface IO-Link, est disponible en une seule version pour un grand nombre d’applications.

Le suisse Baumer, fabricant de capteurs, de codeurs, d’instruments de mesure et de composants pour les systèmes de traitement d'image automatisé, vient d’introduire le capteur de pression hygiénique PP20H.

« Ce modèle de nouvelle génération est idéal pour une installation dans des espaces exigus, une seule version du capteur suffisant d’ailleurs pour réaliser un grand nombre d’applications. D’où la réduction des coûts de stockage », explique la société. Une autre nouveauté du capteur PP20H est la présence, pour la première fois, d’une interface IO-Link, en plus d’une sortie 4-20 mA.

Parmi les autres caractéristiques, citons une étendue de mesure (EM) de -1 à 40 bar, un écart de mesure maximal de ±0,5 % de l’EM, une stabilité à long terme inférieure à ±0,2 % de l’EM par an. La cellule de mesure en silicium (élément de détection hermétiquement scellé) est résistante au condensat, en particulier en cas de variations de températures extrêmes dans un environnement humide.

Le nouveau modèle supporte une température de process de -20 à +125 °C, sans col de refroidissement, dispose d’un boîtier en acier inoxydable IP69K associé à une grande variété de raccords process. Enfin le PP20H est compatible avec les agréments 3A, EHEDG, NEP (Nettoyage en place) et SEP (Stérilisation en place), etc.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans


Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Machines à décaper l’isolantLa technique moderne ne peut pas renoncer aux câbles. Pour pratiquement [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
HACCP
Hazard Analysis and Critical Control Point, analyse des risques et contrôle des points critiques. Les Américains prononcent “Hassip”. L’HACCP s’applique surtout dans les industries alimentaires et pharmaceutiques et il rassemble les bonnes pratiques dans ce domaine. L’HACCP s’articule autour de sept principes :
- L’analyse des risques potentiels (contamination microbienne, présence d’une toxine chimique, d’un morceau de verre ou de métal, par exemple) et la manière de les contrôler.
- Le contrôle des points critiques afin d’éliminer totalement le risque. Parmi les moyens couramment utilisés pour cela, on peut citer la cuisson, la réfrigération et la détection de présence de particules métalliques (qui peuvent apparaître lorsqu’il s’agit de produits malaxés ou broyés).
- La recherche de mesures préventives pour chaque point critique, avec les valeurs limites. Il peut par exemple s’agir d’une température et d’un temps minimum de cuisson.
- La mise en place de procédures pour s’assurer que les points critiques sont effectivement bien pris en compte. Ceci peut être fait par la désignation de responsables chargés de telle ou telle opération.
- La mise en place d’actions correctives lorsque le suivi montre que certaines procédures ou mesures préventives n’ont pas été correctement prises en compte.
- L’établissement de procédures pour vérifier que le process fonctionne correctement. Pour cela, on peut par exemple utiliser des enregistreurs qui vont relever les températures et les temps de cuisson.
- La mise en place d’un système de gestion de la documentation de l’ensemble du système HACCP