Wika lance un capteur de pression IO-Link

Rédigé par  vendredi, 12 avril 2019 15:25

En plus d’un indicateur visible à 360°, le nouveau modèle de l’allemand affiche des caractéristiques élevées en termes de robustesse.

L’allemand Wika, fabricant d’instrumentation de process, vient d’ajouter à son catalogue le capteur de pression A-1200. L’originalité de ce capteur IO-Link réside dans son indicateur lumineux visible à 360° (option), ce qui assure à l’opérateur une identification idéale de l’état de fonctionnement.

En plus d’indiquer par un codage couleur (vert, jaune ou rouge) s’il fonctionne correctement ou s’il se trouve en mode erreur (surpression, défaut d’alimentation, par exemple), le nouveau capteur dispose d’une fonction de localisation par clignotement, qui facilite grandement sa gestion et sa maintenance.

Du côté des spécifications, l’A-1000 présente une étendue de mesure de 0-0,4 à 0-1 000 bar, deux seuils de commutation PNP/NPN, en plus de l’interface IO-Link et de l’option Teach. Il supporte des conditions de process de -30 à +100 °C (de -40 à +125 °C en option), les vibrations jusqu’à 25 g et les chocs jusqu’à 100 g (pendant 6 ms) ou 1 000 g (1 ms), ainsi que jusqu’à 100 millions de cycles de charge.

Le capteur de pression IP65 et/ou IP67 se distingue enfin par sa compacité (dimensions [ØxL] de 26,9 x 47 mm au maximum) pour faciliter l’intégration sur tous les équipements. Il s’adapte même à la nature du fluide (raccord process élargi jusqu’à 12 mm pour les fluides visqueux) ou à une application avec des pics de pression (raccord process rétréci à 0,6 mm).

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

Pas d'événement

Capteurs et transmetteurs
Détecteur de niveau à lames vibrantes Liquiphant

Le Liquiphant FTL31 est un détecteur de niveau pour les liquides. Le FTL31 est conçu pour les applications [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Freeware
Freeware est la contraction de “free software” et signifie “logiciel libre de droit”, c’est-à-dire gratuit. Les logiciels libres ne sont en général pas proposés avec le code source et ils ne peuvent donc pas être modifiés.
Il ne faut pas confondre freeware et “open source” (ici, le code source est accessible à tous).