Un nouveau transmetteur de pression pour Krohne

Rédigé par  mercredi, 29 avril 2020 14:41

Se positionnant entre les Optibar P1010C et P2010C et la série Optibar 5060, le transmetteur Optibar PM 3050 répond aux applications de mesure de pression et de niveau de nombreuses industries.

Le groupe allemand Krohne, fabricant de solutions d’instrumentation de process, vient d’introduire le transmetteur de pression Optibar PM 3050 pour les applications de mesure de pression et de niveau sur des gaz, des liquides ou des vapeurs, dans de nombreuses industries (agroalimentaire, eau et eaux usées, sidérurgie, constructeurs/intégrateurs, automatisation…).

L’Optibar PM 3050, qui remplace l’Optibar P 3050, se positionne entre les modèles compacts Optibar P1010C et P2010C et la série Optibar 5060. Il permet de mesurer des pressions absolues et relatives de 0-100 mbar à 0-100 bar relatifs ou 0-400 mbar à 0-40 bar absolus en standard, avec une précision de ±0,10 ou ±0,20 %de l’étendue de mesure.

Il est possible de monter jusqu’à une pression de 100 bar, alors que les Optibar PM 5060 atteignent 600 ou 1 000 bar. Le nouveau transmetteur affiche des facteurs de surcharge élevés, en particulier pour les petites plages de mesure, et un temps de réponse inférieur à 80 ms.

Autres différences, le boîtier de l’Optibar PM 3050 est en inox 316L, entièrement soudé avec une membrane métallique, alors que les utilisateurs ont le choix, en plus, du Monel, du tantale, du PTFE, etc. avec les Optibar 5060.

Le nouveau transmetteur de pression dispose de nombreux raccords process (filetés, à bride, en retrait ou affleurants), avec un diamètre de DN25 à DN100 selon le type de raccords. L’Optibar P 1010 n’a qu’un raccord fileté et l’Optibar P 2010 n’a pas de raccords à bride.

La plage de température de process s’étend de -40 jusqu’à +150 °C sans l'ajout de séparateur à membrane. Pour les températures plus élevées et/ou les produits agressifs, l’utilisateur peut mettre en œuvre un séparateur à membrane de la série Optibar DSP, d’où une large gamme de matériaux spéciaux et un découplage thermique jusqu'à +400 °C.

Enfin, l’Optibar PM 3050 intègre une sortie 4-20 mA Hart, mais aucun bus de terrain, et il est certifié Atex et IECEx Ex ia, 3A, EHEDG, etc., mais pas SIL 2/3.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

16/06/2020 - 17/06/2020
Journées de la mesure 2020
23/06/2020 - 26/06/2020
SITL

Capteurs et transmetteurs
Thermorésistance iTHERM TM411 | Endress+Hauser

Cette thermorésistance iTHERM a été conçue pour répondre aux exigences de l'agroalimentaire et des [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Nathalie HEURLIN
Chef de publicité
n.heurlin@mesures.com - 02.98.27.79.99
Ko
Kilo-octets. Un octet est égal à 8 bits. Le bit est un élément binaire, qui peut prendre deux états (0 ou 1). Les termes de Kilo et Méga utilisés dans le système binaire ne doivent pas être confondus avec ceux utilisés dans le système décimal.
Dans le système décimal, 1 kilo est égal à 1000 et 1 méga est égal à 1000 kilos soit 1 million. Pour mieux fixer les idées sur la taille d’une mémoire, on a décidé de transposer dans l’univers binaire ces notions de kilo et méga (en mettant une majuscule, pour faire la différence). Le point de départ a été 1 Ko : le nombre binaire qui était le plus proche du kilo “décimal” était 1024 (2 puissance 10, donc 210).
Tout part de là. Par exemple, 64 Ko est égal à 64x1024 octets, soit 65536 octets (on s’éloigne du 64 kilos décimal), 128 Ko est égal à 131072octets (on est loin du 128 kilos décimal), etc. Un Mo représente 1024x1024 octets soit 1 048 576 octets. Un Go représente 1024x1024x1024 octets, soit 1073741834 octets. En résumé, les Kilos, Mégas, Giga (et même Téras) binaires sont, pour les deux premiers chiffres, du même ordre de grandeur que les kilos, mégas, gigas et téras décimaux.