Des nanocapteurs de très haute sensibilité

[exclus="c"]Le prix Norbert Ségard 2011 a été remis à Jean-Jacques Bois, cofondateur de Nanolike. Il récompense un dispositif de dépôt de nanoparticules visant à créer des capteurs de haute sensibilité, à faible consommation énergétique.

 

 En janvier dernier, la fondation Norbert Ségard remettait le prix du jeune ingénieur créateur à deux lauréats. Parmi eux, Jean-Jacques Bois, cofondateur de la start-up Nanolike. Pour ce jeune ingénieur diplômé de l’Insa de Toulouse, l’aventure a commencé il y a deux ans, suite à un brevet déposé par le Laboratoire de physique et chimie de nano-objets (LPCNO). « Nous avons compris que la technologie avait un très fort potentiel, en particulier dans le domaine de l’instrumentation. C’est pourquoi nous avons décidé de l’exploiter en créant notre propre société », explique Jean-Jacques Bois. L’innovation réside dans la maîtrise d’un procédé de dépôt de nanoparticules sur des substrats flexibles ou rigides (comme le silicium). Ces nano-objets, initialement en solution liquide, sont déposés les uns contre les autres et répartis de manière uniforme. Si l’on fait circuler un courant de part et d’autre du “collier de perles” ainsi obtenu, « on constate que la résistance de ce composant varie en fonction de différentes grandeurs : la température, l’humidité, la déformation, etc. », précise le jeune ingénieur. De là à transformer ce dépôt de nanoparticules en capteur, il n’y a qu’un pas… Suivant le type de nano-objets et de ligand, il est en effet possible de concevoir des éléments sensibles à l’une ou l’autre des grandeurs que l’on souhaite mesurer.
Ce n’est pas la première fois que l’on exploite les propriétés des nanoparticules. Elles sont par exemple utilisées en suspension dans des produits cosmétiques ou des peintures. « Mais jusqu’à présent, on ne maîtrisait que leur concentration. Personne n’était capable de les coller les unes à côté des autres sur un substrat », souligne Jean-Jacques Bois. Pour que le courant puisse correctement circuler, et qu’il soit possible de réaliser des capteurs identiques, il ne peut y avoir de manque ou d’amas de nanoparticules. Toute la difficulté réside donc dans l’homogénéité du dépôt formé.
Un large champ d’applications
L’intérêt de ce procédé est multiple. Contrairement à l’approche “top down” traditionnelle, il ne s’agit pas de découper un élément de silicium pour obtenir des composants de plus en plus petits (au risque de dégrader la qualité de la surface, et donc les performances du capteur), mais de travailler directement à l’échelle nanométrique. Les capteurs obtenus se distinguent ainsi par une sensibilité très importante. D’autre part, la consommation d’énergie est réduite au minimum (de l’ordre du micro­watt). Enfin, il y a tous les avantages de la miniaturisation. « Sur une surface d’un centimètre carré, nous pouvons placer une centaine de capteurs, précise Jean-Jacques Bois. Cela peut servir à accroître encore la fiabilité du résultat, ou à mesurer différentes grandeurs au même endroit ». Et pourquoi pas, à terme, « imaginer un film de nanocapteurs que l’on pourrait coller sur des surfaces comme des patchs circulaires »… Une solution qui pallierait les limites des capteurs actuels dans toutes les applications où le poids, l’encombrement et la consommation d’énergie sont des critères déterminants (aéronautique, automobile, etc.).
La jeune entreprise, hébergée par l’Insa de Toulouse, est actuellement à la recherche de partenaires industriels pour l’aider à développer sa technologie. Son objectif est de proposer des capteurs intégrés d’ici un à trois ans.
Marie-Line Zani-Demange

Dernière modification le mardi, 22 mai 2012 13:42
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

24/09/2019 - 26/09/2019
CIM 2019
24/09/2019 - 26/09/2019
Forum de l'électronique
24/09/2019 - 26/09/2019
Measurement World
08/10/2019 - 10/10/2019
Sepem Industries Angers
10/10/2019 - 10/10/2019
Journée technique du CFM

Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Inventé par Dr. Fritz Faulhaber père et breveté en 1958, la bobine á bobinage oblique de FAULHABER [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
  • PC embarqué pour transports
 PC embarqué pour transports

    Le tBOX300-510-FL d'Axiomtek est un PC embarqué durci, conçu pour les véhicules et les secteurs marin et ferroviaire.

    Lire la suite >
  • Contrôleur pour capteurs de déplacement Contrôleur pour capteurs de déplacement
    Le contrôleur induSensor MSC7401 de Micro-Epsilon est utilisé pour les mesures de déplacement et de distance dans l’automatisation et la construction mécanique. Il peut être associé aux sondes inductives et aux capteurs de déplacement des séries LVDT et LDR du fabricant.
    Lire la suite >
  • Spectromètre Raman portable Spectromètre Raman portable
    Anton Paar a étendu sa famille de spectromètres Raman, avec le modèle portable Cora 100. Il permet de fournir des résultats rapides et fiables pour l'identification sur site de matières dangereuses, de matières premières entrantes, d’explosifs, etc.
    Lire la suite >
VGA

Video Graphics Array, format standard d'affichage sur un écran d'ordinateur, défini par IBM et offrant une définition de 640 x 480 pixels en 16 couleurs ou de 320 x 200 pixels en 256 couleurs.
Par la suite, IBM a proposé une amélioration, avec son format XGA (eXtended Graphics Array), proposant les définitions 640 x 480 et 1024 x 768 en 65 536 couleurs, mais ce standard ne s'est pas largement imposé.
Désormais, c'est SVGA (Super VGA) qui est devenu le standard de fait des formats d'affichage en complément du format VGA. Il propose 4 définitions d'écran supplémentaires : 

  • 800 x 600
  • 1024 x 768
  • 1280 x 1024
  • 1600 x 1200


La palette peut comporter dans tous les cas 16 millions de couleurs (couleurs codées sur 24 bits par pixel).