Logiciel de test de conformité pour interfaces eMMC

Rédigé par  jeudi, 08 décembre 2016 10:04

Rohde & Schwarz a ajouté à sa série d’oscilloscopes numériques RTO le logiciel de test de conformité eMMC (option RTO-K92). Il assure les tests automatisé des interfaces embedded Multimedia Cards (eMMC) selon la version 5.1 de la norme Jedec. Cet outil couvre la classe de vitesse HS200 (JESD84-B50) et, pour la première fois, la classe HS400 (JESD84-B50).

# Assistant guidant l’utilisateur à toutes les étapes de test

# Nouveaux éléments de contrôle rendant plus facile à utiliser ScopeSuite et plus flexibles la définition et la conception des tests

# Résultats obtenus plus rapidement via une séquence de tests automatique optimisée

# Génération possible d’un rapport détaillé à des fins documentaires

# Pour les modèles RTO1004, RTO1014, RTO1024 et RTO1044

# Applications : fabricants de puces eMMC, développeurs et fabricants de circuits et de produits utilisant ces puces

Rohde & Schwarz France

www.rohde-schwarz.com

Dernière modification le jeudi, 08 décembre 2016 10:04
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

Pas d'événement

Capteurs et transmetteurs
Pression absolue et relative Cerabar M PMP51

Le transmetteur de pression numérique Cerabar PMP51 avec cellule de mesure piézorésistive et membrane [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
In situ

Le test in-situ d’une carte électronique consiste à tester individuellement les composants qu’elle comporte ainsi que la qualité des connexions. L’accès électrique aux différents points de la carte s’effectue à l’aide d’une planche à clous. Le test in-situ permet de mettre immédiatement en évidence un composant défaillant. Lors du test, seul le composant ou la zone sous test est mise sous tension.
Sur les cartes les plus denses, l’accès aux points de la carte est de plus en plus difficile. Ceci a conduit les fabricants de testeurs de cartes à développer des techniques de contrôle optique (AOI) ou à rayons X. Mais, bien évidemment, on se limite ici à des contrôles d’aspects (de qualité des soudures, de marquage des composants, etc.) et on n’atteint pas la qualité d’un test électrique.
Le test in-situ est en général complété par un test fonctionnel, qui permet de s’assurer du bon fonctionnement de la carte. Dans certaines productions bien rodées, on se contente d'un test fonctionnel rapide, de type "go-no go", et on pratique éventuellement un test in-situ sur les cartes qui n'ont pas passé le test go-no go, afin de localiser le défaut et réparer la carte.