Antennes isotropes mobiles

Rédigé par  jeudi, 02 mars 2017 11:15

Les IsoLOG 3D Mobile développés par Aaronia sont deux antennes isotropes portables fonctionnant dans la gamme de fréquence de 9 kHz à 3 ou 6 GHz (respectivement 9030 et 9060), les premières du marché selon la société. Cette antenne intègre notamment un préamplificateur avec fonction by-pass.

# Gain typique à 3 GHz : -10 dB (bypass) ou 10 dB (préamplificateur activé)

# Fréquence de commutation : 1 Hz à 50 kHz

# Contrôle manuel ou changement automatique entre les axes

# Alimentation externe ou sur batterie (autonomie de 6 h environ)

# Dimensions : 315 x 70 x 70 mm (masse de 350 g)

# Compatible avec les analyseurs de spectre de tous les fabricants

Aaronia

www.aaronia.com

Dernière modification le jeudi, 02 mars 2017 11:15
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

Pas d'événement

Capteurs et transmetteurs
Détecteur de niveau à lames vibrantes Liquiphant

Le Liquiphant FTL31 est un détecteur de niveau pour les liquides. Le FTL31 est conçu pour les applications [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
In situ

Le test in-situ d’une carte électronique consiste à tester individuellement les composants qu’elle comporte ainsi que la qualité des connexions. L’accès électrique aux différents points de la carte s’effectue à l’aide d’une planche à clous. Le test in-situ permet de mettre immédiatement en évidence un composant défaillant. Lors du test, seul le composant ou la zone sous test est mise sous tension.
Sur les cartes les plus denses, l’accès aux points de la carte est de plus en plus difficile. Ceci a conduit les fabricants de testeurs de cartes à développer des techniques de contrôle optique (AOI) ou à rayons X. Mais, bien évidemment, on se limite ici à des contrôles d’aspects (de qualité des soudures, de marquage des composants, etc.) et on n’atteint pas la qualité d’un test électrique.
Le test in-situ est en général complété par un test fonctionnel, qui permet de s’assurer du bon fonctionnement de la carte. Dans certaines productions bien rodées, on se contente d'un test fonctionnel rapide, de type "go-no go", et on pratique éventuellement un test in-situ sur les cartes qui n'ont pas passé le test go-no go, afin de localiser le défaut et réparer la carte.