Vector Informatik acquiert Vector Software

Rédigé par  jeudi, 02 mars 2017 11:33

Le spécialiste allemand rachète en effet son quasi-homonyme américain spécialisé dans les tests automatisés pour les applications logicielles embarquées.

L’allemand Vector Informatik, fabricant d’outils logiciels et de composants embarqués pour le développement des systèmes électroniques automobiles, vient d’annoncer le rachat de l’américain Vector Software, éditeur d’outils de tests dynamiques automatisés pour les applications logicielles embarquées, pour un montant non dévoilé.

Effective depuis le 18 janvier dernier, cette acquisition va permettre à l’allemand d’étendre son offre dans le domaine du test avec la plate-forme VectorCast (voir photographie) de l’américain pour la vérification centrée sur le code selon les exigences de haute qualité et de sécurité. Ce sera également l’opportunité pour Vector Informatik de se positionner sur les marchés autres que l’automobile.

Situé à East Greenwich, Vector Software, qui emploie 90 personnes, va devenir une division de Vector Informatik, dirigée par John Paliotta en tant que directeur général et CTO et par Mats Larsson en tant que vice-président des ventes, du marketing et des opérations.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

Pas d'événement

Mesure physique, analyse chimique
Experts en analyses physico-chimiques

Avec plus de 35 ans d'expérience en analyse physico-chimique et une présence dans le monde entier, [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Run Time
Version exécutoire d’un logiciel. La plupart des logiciels industriels comportent une version dite de “développement” qu’utilise le développeur pour créer un applicatif opérationnel. Cet applicatif est ensuite compilé et chargé dans la (ou les) machines (s) cible. C’est cet applicatif que l’on appelle le “run time”. Le run time ne peut pas être modifié (sauf les paramétrages prévus lors de la conception du logiciel). Souvent, les éditeurs de logiciels vendent une version “développement” et font payer des royalties pour les versions “run-time” (les royalties sont calculées en fonction du nombre de postes déployés).