Recul des ventes de Wireless Telecom Group en 2016

Rédigé par  jeudi, 06 avril 2017 12:11
Timothy Whelan, CEO de Wireless Telecom Group. Timothy Whelan, CEO de Wireless Telecom Group.

Le spécialiste des de composants, modules, systèmes et instruments de mesure RF et micro-ondes a enregistré une baisse de 5,4 % de son chiffre d’affaires.

Malgré un très bon 4e trimestre (hausse de 13,6 % du chiffre d’affaires, à 9 millions de dollars), le groupe américain Wireless Telecom Group, fabricant de composants, modules, systèmes et instruments de mesure RF et micro-ondes, au travers des sociétés Boonton Electronics, CommAgility, Microlab et Noisecom, vient de clore son exercice fiscal 2016 sur le recul de 5,4 % de son chiffre d’affaires, à 31,3 M$.

La société enregistre sur la même période des pertes nettes d’un montant de 1,8 M$, au lieu de bénéfices nets de 376 681 dollars en 2015. Si l’activité Solutions de réseaux affiche, en 2016, une baisse de 6,2 %, à 20,2 M$, le segment Test et mesure ne recule que de 3,9 %, à 11,1 M$.

« À bien des égards, 2016 a été une année difficile. Il y a cependant eu un certain nombre de points positifs réalisés au cours du 2e semestre et au début de 2017 et qui amélioreront nos perspectives de revenus et de rentabilité en 2017, notamment l'acquisition de CommAgility en février dernier et la création du segment Solutions embarquées », explique Timothy Whelan (voir photographie), CEO de Wireless Telecom Group.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

19/09/2017 - 21/09/2017
Enova Paris

Mesure mécanique, vision et CND
Analyseurs de bruit et vibration

Les analyseurs OROS permettent de mesurer et d'analyser de 2 à + de 1000 voies.Conçus pour de l’analyse [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
LIE
Limite Inférieure d’Explosivité. La LIE d’un gaz ou d’une vapeur est la concentration minimale en volume dans l’air au-dessus de laquelle il peut être enflammé ou, si l'on préfère, la concentration volumique de gaz au-dessous de laquelle il n'y a pas assez de gaz combustible pour assurer la propagation de la combustion dans le mélange en phase gazeuse. De la même façon, on définit la LSE, Limite Supérieure d’Explosivité.