Recul des ventes de Wireless Telecom Group en 2016

Rédigé par  jeudi, 06 avril 2017 12:11
Timothy Whelan, CEO de Wireless Telecom Group. Timothy Whelan, CEO de Wireless Telecom Group.

Le spécialiste des de composants, modules, systèmes et instruments de mesure RF et micro-ondes a enregistré une baisse de 5,4 % de son chiffre d’affaires.

Malgré un très bon 4e trimestre (hausse de 13,6 % du chiffre d’affaires, à 9 millions de dollars), le groupe américain Wireless Telecom Group, fabricant de composants, modules, systèmes et instruments de mesure RF et micro-ondes, au travers des sociétés Boonton Electronics, CommAgility, Microlab et Noisecom, vient de clore son exercice fiscal 2016 sur le recul de 5,4 % de son chiffre d’affaires, à 31,3 M$.

La société enregistre sur la même période des pertes nettes d’un montant de 1,8 M$, au lieu de bénéfices nets de 376 681 dollars en 2015. Si l’activité Solutions de réseaux affiche, en 2016, une baisse de 6,2 %, à 20,2 M$, le segment Test et mesure ne recule que de 3,9 %, à 11,1 M$.

« À bien des égards, 2016 a été une année difficile. Il y a cependant eu un certain nombre de points positifs réalisés au cours du 2e semestre et au début de 2017 et qui amélioreront nos perspectives de revenus et de rentabilité en 2017, notamment l'acquisition de CommAgility en février dernier et la création du segment Solutions embarquées », explique Timothy Whelan (voir photographie), CEO de Wireless Telecom Group.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

04/05/2017 - 04/05/2017
Journée régionale de l’électronique
16/05/2017 - 18/05/2017
Innorobo
16/05/2017 - 16/05/2017
Journée technique du CFM
17/05/2017 - 18/05/2017
HydroGaïa
31/05/2017 - 01/06/2017
Mesures Solutions Expo
31/05/2017 - 01/06/2017
ExpoBiogaz

Capteurs et transmetteurs
Transmetteur 8 voies Liquiline CM448 | Endress+Hauser

Le Liquiline CM448 est un transmetteur multiparamètre numérique pour la surveillance et le contrôle [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Déterminisme
Le mot est employé un peu à toutes les sauces et souvent abusivement. Pour Le Petit Robert, le déterminisme est un “principe scientifique suivant lequel les conditions d'existence d'un phénomène sont déterminées, fixées absolument de telle façon que, ces conditions étant posées, le phénomène ne peut pas ne pas se produire”. Le même dictionnaire donne une autre définition : “doctrine philosophique suivant laquelle tous les événements sont liés et déterminés par la chaîne des événements antérieurs”.
Dans le domaine des automatismes, on dit souvent qu’une commande est déterministe lorsque les mêmes causes produisent les mêmes effets, pour un même état initial. Et cela doit être vrai même si des parasites ou des situations imprévues surviennent. On est assez proche de la première définition du Petit Robert.
Quand on dit que la norme EN954 relative aux systèmes de sécurité machine est d’essence “déterministe”, on est également dans l’esprit de la définition du dictionnaire (on oppose la norme “déterministe” EN954 à la norme IEC61508, également dédiée à la sécurité, qui est d’essence “probabiliste”).
Mais la plupart des gens accordent encore un autre sens au mot “déterminisme” : c’est qu’une action donnée doit être effectuée dans un temps bien délimité. C’est ainsi que l’on dit que la plupart des bus de terrain et les réseaux locaux à jeton sont déterministes parce que l’on est sûr qu’un échange d’informations se fera dans un temps bien défini (plus précisément, on est assuré que le temps pour effectuer une tâche ne dépassera pas une certaine limite connue). A l’inverse, le réseau Ethernet type “à détection de collision” n’est pas considéré comme étant déterministe car avec son système d’accès aléatoire et la détection de collision (CSMA/CD), une demande d’accès au réseau peut être différée si celui-ci est trop chargé : dans ce cas, on ne peut pas garantir qu’une demande d’échange d’information se fera dans un temps bien délimité, quelles que soient les circonstances. Dans le même ordre d’idée, on peut dire qu’un système “temps réel” (aller à ce mot pour la définition) est déterministe. Mais l’inverse n’est pas forcément vrai : ce n’est pas parce qu’un système est déterministe qu’il est temps réel.