Pico Technology se lance dans l’analyse de réseau vectorielle

Rédigé par  mardi, 20 juin 2017 17:52

En quelques semaines, c’est le deuxième fabricant d’instrumentation générale à proposer son analyseur de réseau vectoriel.

Le britannique Pico Technology, fabricant spécialisé dans les oscilloscopes et enregistreurs au format USB, vient de lancer son premier analyseur de réseau vectoriel, le Pico VNA 106. Cette annonce fait suite à celle de l’américain Tektronix, lui aussi néophyte dans le domaine de l’analyse de réseau vectorielle (même si les deux nouveaux produits USB ne jouent pas forcément dans la même catégorie).

Malgré un format très compact (286 x 174 x 61 mm), le Pico VNA 106 affiche des performances intéressantes : une gamme de fréquence de 300 kHz à 6 GHz, une DANL de -118 dB avec une largeur d’analyse de 10 Hz, un bruit de trace typique de 0,005 dB rms (201 points entre 1 MHz et 6 GHz), une acquisition de tous les paramètres S (S11, S21, S12, S22) en 190 ms par point, soit moins de 30 s pour un fichier Touchstone S2P de 500 points.

Dernière modification le mardi, 04 juillet 2017 17:55
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2018 - 01/02/2018
Sepem Rouen
01/02/2018 - 01/02/2018
Journée technique du LNE
06/02/2018 - 06/02/2018
Journée technique du CFM
06/02/2018 - 07/02/2018
Analyse industrielle
07/02/2018 - 08/02/2018
Pharmapack Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Biogaz Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Enova Lyon

Capteurs et transmetteurs
Transmetteur 8 voies Liquiline CM448 | Endress+Hauser

Le Liquiline CM448 est un transmetteur multiparamètre numérique pour la surveillance et le contrôle [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
PROM
Programmable read-only memory , mémoire programmable à lecture seulement. Il s’agit de circuits intégrés assurant une fonction de mémoire non volatile, c’est-à-dire qui conserve ses informations même lorsque l’alimentation est coupée (alors que ce n’est pas le cas pour les mémoires vives RAM).
L’histoire des mémoires non volatiles présentées en circuit intégré a démarré avec les ROM, qui étaient programmées une fois pour toutes par le fabricant du composant. Il s’agissait donc d’une mémoire morte. Les PROM font un peu la même chose mais ici la programmation est assurée par l’utilisateur lui-même (à l’aide d’un programmateur, qui consiste à appliquer des courants forts de façon à faire fondre des contacts à l’intérieur du circuit). Comme pour les ROM, la programmation est faite une fois pour toutes.
Les EPROM qui ont suivi étaient radicalement différentes : elles pouvaient s’effacer (en appliquant des rayonnements ultraviolets sur la puce du composant, à travers une fenêtre transparente) et pouvaient être reprogrammées ; comme les ROM et les PROM, il s’agit de mémoires non volatiles (par contre, les EPROM ne sont pas des mémoires mortes).
La EEPROM enfin, présente l’avantage d’être effacable électriquement. Bien entendu, elle peut être reprogrammée.