EuMW 2017 : Noise XT dévoile son premier produit pour l’avionique

Rédigé par  mercredi, 18 octobre 2017 11:10
EuMW 2017 : Noise XT dévoile son premier produit pour l’avionique Cédric Lardière

Le spécialiste française de l’analyse de bruit de phase a en effet développé un système de test d’altimètres radar.

A l’occasion de l’édition 2017 du salon European Microwave Week (EuMW), qui s’est déroulé du 8 au 13 octobre dernier à Nuremberg (Allemagne), Noise eXtented Technologies (XT), entité du  groupe français Spherea Test & Services spécialisée dans la synthèse de fréquence à très faible bruit de phase et de l'analyse de bruit de phase, a dévoilé le testeur d’altimètres radar ATS 384.

« Nous apportons en fait notre expertise dans le domaine de l’avionique, un secteur où Spherea Test & Services est très bien positionné. Les solutions purement numériques (rejouer un échantillon capturé) peuvent s’accompagner d’erreurs et permettent difficilement de réaliser des distances de l’ordre de 1 km, par exemple, en laboratoire », explique Guillaume De Giovanni, président de Noise XT.

L’ATS 384 est une solution analogique qui permet d’émettre une énergie la plus faible possible, pour une LPI (Low Probabilty of Interception) très faible, de s’affranchir de n’importe quel cryptage, de répondre aux contraintes de sécurité exigées par les programmes militaires. Fonctionnant dans une gamme de fréquence de 4,2 à 4,4 GHz – d’autres gammes sont disponibles – , le nouveau système affiche une étendue de mesure allant de 15 à 15 000 m, une justesse de 1 %, la génération des vitesses jusqu’à Mach 4 (près de 5 000 km/h).

En plus d’un Doppler en option, il existe deux modes de fonctionnement : un mode progressif (puissance en 2n, jusqu’à huit fibres optiques combinées), qui permet de dérouler un programme de vol, et un mode discret (valeur précise de fibre optique, jusqu’à 8 longueurs discrètes).

Dernière modification le jeudi, 19 octobre 2017 18:35
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2018 - 01/02/2018
Sepem Rouen
01/02/2018 - 01/02/2018
Journée technique du LNE
06/02/2018 - 06/02/2018
Journée technique du CFM
06/02/2018 - 07/02/2018
Analyse industrielle
07/02/2018 - 08/02/2018
Pharmapack Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Biogaz Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Enova Lyon

Capteurs et transmetteurs
Détecteur de niveau à lames vibrantes Liquiphant

Le Liquiphant FTL31 est un détecteur de niveau pour les liquides. Le FTL31 est conçu pour les applications [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
PROM
Programmable read-only memory , mémoire programmable à lecture seulement. Il s’agit de circuits intégrés assurant une fonction de mémoire non volatile, c’est-à-dire qui conserve ses informations même lorsque l’alimentation est coupée (alors que ce n’est pas le cas pour les mémoires vives RAM).
L’histoire des mémoires non volatiles présentées en circuit intégré a démarré avec les ROM, qui étaient programmées une fois pour toutes par le fabricant du composant. Il s’agissait donc d’une mémoire morte. Les PROM font un peu la même chose mais ici la programmation est assurée par l’utilisateur lui-même (à l’aide d’un programmateur, qui consiste à appliquer des courants forts de façon à faire fondre des contacts à l’intérieur du circuit). Comme pour les ROM, la programmation est faite une fois pour toutes.
Les EPROM qui ont suivi étaient radicalement différentes : elles pouvaient s’effacer (en appliquant des rayonnements ultraviolets sur la puce du composant, à travers une fenêtre transparente) et pouvaient être reprogrammées ; comme les ROM et les PROM, il s’agit de mémoires non volatiles (par contre, les EPROM ne sont pas des mémoires mortes).
La EEPROM enfin, présente l’avantage d’être effacable électriquement. Bien entendu, elle peut être reprogrammée.