Pickering Interfaces lance une version Lite de SPM

Rédigé par  vendredi, 01 juin 2018 10:50

Cette version économique et entièrement fonctionnelle est toutefois limitée à deux modules de commutation actifs.

Le britannique Pickering Interfaces, fabricant de commutation de signaux et d’instrumentation modulaire pour le test électronique et la simulation, vient d’introduire la version 6 du logiciel de routage de signaux Switch Path Manager (SPM). En plus d'une période d'évaluation désormais de 14 jours, basée sur le nombre effectif de jours d’utilisation et non sur une période fixe, l’autre mise à jour majeure concerne la disponibilité d’une version Lite.

Cette nouvelle version économique est entièrement fonctionnelle, mais limitée à deux modules de commutation actifs. Des configurations avec plus de modules peuvent être créées, chargées et éditées, mais elles ne peuvent pas être exécutées. Autre différence avec la version complète, SPM Lite n'est pas connecté à un ordinateur dédié et peut être utilisé comme une licence de site.

Parmi les nouvelles fonctionnalités, citons un éditeur amélioré, l’introduction de chemins multipoints – une seule étape est désormais possible pour créer des itinéraires fixes pour plusieurs points (A connecte à B et C, par exemple) – et la fonction API « IsConnectedStatus (EndpointA, EndpointB) ».

« L’éditeur, ou configurateur de système, donne à l'utilisateur la possibilité d'appliquer des fonctionnalités standard (copier, coller, supprimer, rechercher, remplacer et manipuler des cellules). Il offre également une meilleure technologie de filtrage des broches dédiées et des options d'affichage permettant à l'utilisateur de choisir ce qui sera affiché dans le configurateur », explique Pickering Interfaces.

Enfin, avec la fonction « IsConnectedStatus (EndpointA, EndpointB) », un seul appel de fonction simple suffit pour savoir si des points de terminaison donnés ont été connectés par le logiciel SPM. Cette fonction est importante lorsqu'un itinéraire utilise plusieurs relais et, sur ce chemin, il y a plus de points de terminaison connectés à chacun d’eux que l’utilisateur pense.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans


Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Moteurs pas à pas La structure robuste, la grande plage de régimes et la puissance exceptionnelle dans [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
HACCP
Hazard Analysis and Critical Control Point, analyse des risques et contrôle des points critiques. Les Américains prononcent “Hassip”. L’HACCP s’applique surtout dans les industries alimentaires et pharmaceutiques et il rassemble les bonnes pratiques dans ce domaine. L’HACCP s’articule autour de sept principes :
- L’analyse des risques potentiels (contamination microbienne, présence d’une toxine chimique, d’un morceau de verre ou de métal, par exemple) et la manière de les contrôler.
- Le contrôle des points critiques afin d’éliminer totalement le risque. Parmi les moyens couramment utilisés pour cela, on peut citer la cuisson, la réfrigération et la détection de présence de particules métalliques (qui peuvent apparaître lorsqu’il s’agit de produits malaxés ou broyés).
- La recherche de mesures préventives pour chaque point critique, avec les valeurs limites. Il peut par exemple s’agir d’une température et d’un temps minimum de cuisson.
- La mise en place de procédures pour s’assurer que les points critiques sont effectivement bien pris en compte. Ceci peut être fait par la désignation de responsables chargés de telle ou telle opération.
- La mise en place d’actions correctives lorsque le suivi montre que certaines procédures ou mesures préventives n’ont pas été correctement prises en compte.
- L’établissement de procédures pour vérifier que le process fonctionne correctement. Pour cela, on peut par exemple utiliser des enregistreurs qui vont relever les températures et les temps de cuisson.
- La mise en place d’un système de gestion de la documentation de l’ensemble du système HACCP