Tektronix lance les oscilloscopes numériques MSO 6

Rédigé par  mardi, 17 juillet 2018 12:11

Cette nouvelle série à 4 voies complète les MSO 5 vers le haut, en affichant une bande passante jusqu’à 8 GHz et une fréquence d’échantillonnage de 25 Géch/s sous 8 bits.

Un an seulement après avoir dévoilé la série MSO 5, l’américain Tektronix, le leader mondial en oscilloscopie et l’un des principaux fabricants en instrumentation électronique, vient d’introduire la série d’oscilloscopes numériques à signaux mixtes MSO 6.

Elle reprend ce qui a fait l’originalité de la série MSO 5, à savoir notamment les entrées FlexChannel, l’écran TFT couleur tactile capacitif 15,6 pouces HD 1080, un fonctionnement sous un système d’exploitation propriétaire ou sous Windows 10 en option.

« Mais la MSO 6 complète la gamme vers le haut, avec 4 entrées analogiques, une bande passante allant de 1 GHz à 8 GHz, une fréquence d’échantillonnage de 25 Géch/s sous 8 bits ou de 12,5 Géch/s sous 12 bits – il est possible de travailler en mode High Res jusqu’à une résolution verticale 16 bits mais à 625 Méch/s – , une profondeur mémoire de 62,5 Mpoints (jusqu’à 250 Mpoints en option) », explique Bruno Morin, directeur des ventes Espagne, France et Portugal chez Tektronix.

Le nouveau modèle MSO 64 bénéficie également d’une nouvelle fonctionnalité, baptisée Visual Trigger. Elle permet de tracer des segments sur un signal et de définir des scénarii booléens, les ingénieurs arrivant ainsi à obtenir des informations en beaucoup moins de temps. Et l’on retrouve toujours un voltmètre numérique, un compteur/fréquencemètre et un générateur de fonctions et de formes d’onde arbitraires (option).

« Nos clients qui développent des systèmes embarqués ont besoin de plus de bande passante et d'entrées moins bruités – le bruit aléatoire RMS typique est de 158 µV à 8 GHz et 1 mV/division – , mais ils veulent également la convivialité, la facilité de sondage et le packaging compact des oscilloscopes de milieu de gamme », indique Christopher Witt, vice-président et directeur général de la Time Domain Business Unit (TDBU) de Tektronix.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

20/05/2019 - 20/05/2019
Café débat sur la métrologie
21/05/2019 - 23/05/2019
Preventica Paris
22/05/2019 - 23/05/2019
PEFTEC 2019
23/05/2019 - 23/05/2019
A3P Métrologie
05/06/2019 - 06/06/2019
Atmos’Fair
05/06/2019 - 05/06/2019
Journée technique du CFM
12/06/2019 - 13/06/2019
Expo Biogaz
17/06/2019 - 23/06/2019
Salon international de l'aéronautique et de l'espace
18/06/2019 - 18/06/2019
Energy Class Factory

Non classé
Memograph M RSG45

L'enregistreur graphique évolué est un système flexible et performant pour l'organisation des valeurs [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Powerlink

Ethernet Powerlink est un réseau Ethernet temps réel et déterministe, présentant un temps de cycle de 200 µs et une gigue meilleure que 1 µs. Ce réseau utilise des composants Ethernet tout à fait standards. Au niveau de la couche physique du modèle OSI, il utilise le mode CSMA/CD (accès multiple avec détection de collision). Normalement, ce mode ne permet pas de garantir le temps réel. En fait, c’est au-dessus, au niveau de la couche MAC (accès au réseau), que se fait la différence : Powerlink utilise la technique SCNM (Slot Communication Network Management), qui permet de gérer un accès séquentiel aux différents équipements connectés au réseau, rendant impossible un accès simultané de deux équipements, et évitant ainsi tout risque de collision.

Powerlink atteint ses performances temporelles optimales lorsqu’il est dans le mode "Protected Mode", dédié au temps réel "dur". Il existe un mode "Open Mode", pour lequel il est possible de mixer des données temps réel et des données qui ne le sont pas. Les données temps réel sont traitées de manière déterministe mais avec des temps de cycle de l’ordre de la milliseconde (au lieu de 200 µs).

Powerlink est au départ une initiative de la société autrichienne B&R. C’est aujourd’hui un standard ouvert géré par l’association EPSG. Cette association travaille en coopération avec l’association CANopen : au niveau de la couche application, Powerlink peut travailler avec les profils des capteurs/actionneurs de CANopen.