Les analyseurs de spectre USB de Tektronix montent en fréquence

Rédigé par  vendredi, 24 août 2018 11:20

Les nouveaux modèles de la série RSA500A travaillent désormais jusqu’à une fréquence de 13 ou 18 GHz.

L’américain Tektronix, le leader mondial en oscilloscopie et l’un des principaux fabricants en instrumentation électronique, a étendu sa gamme d’analyseur de spectre USB vers de plus hautes fréquences. La série RSA500A intègre en effet désormais des modèles RSA513A et RSA518A travaillant à une gamme de fréquence de 9 kHz à respectivement 13,6 et 18 GHz.

Pour mémoire, la gamme de fréquence était jusque-là limitée à 3 ou 7,5 GHz. Chaque appareil affiche également un DANL de -161 dBm/Hz à 10 GHz (avec pré-amplification) et un bruit de phase typique de -89 dBc/Hz à 10 kHz d’une porteuse de 10 GHz. En plus d’un générateur de poursuite (option 04), de nombreuses fonctions de mesure et d’analyse sont disponibles dans le logiciel associé SignalVu-PC.

« Beaucoup d’analyseurs de spectre sont adaptés pour balayer le spectre, mais ils ne sont pas non plus utiles pour enregistrer, car leur bande passante en temps réel est très limitée. Le RSA518A est idéal à la fois pour balayer et pour enregistrer, ce qui en fait un bien meilleur investissement pour notre déploiement de relevés RF », explique Chris Gregory, directeur des procédés chez HawkEye 360, un développeur de produits de géo-analyse basée sur les satellites. Les applications des nouveaux RSA500A sont la surveillance de spectre dans la bande radar Ku, le test des stations de base 5G LTE, la surveillance RADHAZ ou EMCON, etc.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

25/09/2018 - 28/09/2018
Micronora
25/09/2018 - 27/09/2018
Sepem Avignon
27/09/2018 - 27/09/2018
Journée technique de l'Exera
03/10/2018 - 04/10/2018
Journées nationales de la mesure (J’M)
11/10/2018 - 11/10/2018
Journée technique de l'IO-Link France
16/10/2018 - 16/10/2018
Digital Industry Summit
18/10/2018 - 18/10/2018
Les Assises du MES
23/10/2018 - 24/10/2018
Enova Paris

Mesure mécanique, vision et CND
Analyseurs de bruit et vibration

Les analyseurs OROS permettent de mesurer et d'analyser de 2 à + de 1000 voies.Conçus pour de l’analyse [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
  • Kit de développement pour caméras 3D Kit de développement pour caméras 3D
    IDS Imaging Development Systems diffuse la version 2.2 du kit de développement logiciel (SDK) pour ses caméras 3D Ensenso. Il offre un traitement d'image plus efficace, basé sur une carte graphique Nvidia CUDA (Compute Unified Device Architecture) avec processeur graphique (GPU).
    Lire la suite >
  • Logiciel d'ingénierie
 Logiciel d'ingénierie

    Siemens a ajouté des extensions fonctionnelles à son outil d'ingénierie TIA Portal V15.1. Celles-ci sont axées sur les tests et les simulations.

    Lire la suite >
  • Camera intelligente Camera intelligente
    La caméra intelligente Neon-1021 x86 d'ADlink Technologies intègre différents logiciels de vision, permettant de choisir le mieux adapté et de profiter d’un éventail de fonctions très étendu.
    Lire la suite >
Boundary Scan
La technique “boundary scan” (balayage de la périphérie) est pratique pour accéder individuellement aux circuits intégrés numériques présents sur une carte électronique. Les différentes broches des composants et les différents composants sont raccordés sur un bus spécialisé (Boundary Scan) accessible depuis le connecteur de la carte. Cette technique permet de réaliser de la programmation in-situ de composants (mémoires et micro-contrôleurs) et de tester ces composants. Le gros intérêt du Boundary Scan est d’éviter de recourir au traditionnel lit à clous, encombrant, peu flexible (il faut en développer un pour chaque type de carte à tester) et coûteux. Revers de la médaille, cette technique impose d’utiliser des versions Boundary Scan des composants classiques, qui nécessitent plus de surface sur le silicium et sont donc plus onéreuses.
Le terme Boundary Scan est également connu sous le nom de JTAG et il fait l'objet d'une norme (IEEE 1149.1).