Multivoies et précision pour les numériseurs LXI de Spectrum

Rédigé par  mardi, 28 août 2018 16:00

Certains modèles de la nouvelle série allemande visent les applications requérant 48 voies et 80 Méch/s ou 24 voies et 125 Méch/s.

L’allemand Spectrum, fabricant d’instrumentation de test et mesure basée sur PC, a une nouvelle fois [*] étendu sa famille de numériseurs LXI digitizerNetbox, avec l’introduction de la série DN6.59x forte de douze modèles.

« Ils offrent une solution facile à utiliser pour toute personne devant réaliser des mesures précises sur de multiples voies, telles que celles sur des réseaux de capteurs, des récepteurs, des détecteurs ou des antennes, ainsi que par les utilisateurs qui doivent tester des signaux provenant de plusieurs composants électroniques ou points de test », indique Oliver Rovini, CTO de Spectrum.

En plus de proposer 24, 32, 40 ou 48 voies de mesure, selon le modèle, comme les séries DN6.46x et DN6.49x, les nouveaux numériseurs DN6.59x se distinguent surtout par leur vitesse d’échantillonnage maximale de 20, 40 ou 80 Méch/s (ou 125 Méch/s sur la moitié des voies) et leur bande passante analogique de 10, 20 ou 60 MHz.

Parmi les autres spécifications, citons un rapport signal/bruit typique de 81 dB (20 Méch/s, 1 MHz et ±1 V), une dynamique (SFDR) typique de 105 dB (20 Méch/s, 1 MHz et ±500 mV), une distortion harmonique totale typique de -92,8 dB (20 Méch/s, 1 MHz et ±1 V), une tension d’entrée programmable de ±200 mV à ±10 V – chaque voie dispose de son propre CAN 16 bits et de son propre circuit de conditionnement de signal – ,une interface Gigabit Ethernet conforme LXI, une grande variété de langage de programmation (C++, LabView, Matlab, VB.NET, C#, J#, Delphi, Java et Python).

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

25/09/2018 - 28/09/2018
Micronora
25/09/2018 - 27/09/2018
Sepem Avignon
27/09/2018 - 27/09/2018
Journée technique de l'Exera
03/10/2018 - 04/10/2018
Journées nationales de la mesure (J’M)
11/10/2018 - 11/10/2018
Journée technique de l'IO-Link France
16/10/2018 - 16/10/2018
Digital Industry Summit
18/10/2018 - 18/10/2018
Les Assises du MES
23/10/2018 - 24/10/2018
Enova Paris

Capteurs et transmetteurs
Radar de niveau Micropilot FMR10/FMR20

Micropilot FMR10/FMR20 -Pour les cuves de stockage et le domaine de l’eauEndress+Hauser frappe un grand [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
  • Kit de développement pour caméras 3D Kit de développement pour caméras 3D
    IDS Imaging Development Systems diffuse la version 2.2 du kit de développement logiciel (SDK) pour ses caméras 3D Ensenso. Il offre un traitement d'image plus efficace, basé sur une carte graphique Nvidia CUDA (Compute Unified Device Architecture) avec processeur graphique (GPU).
    Lire la suite >
  • Logiciel d'ingénierie
 Logiciel d'ingénierie

    Siemens a ajouté des extensions fonctionnelles à son outil d'ingénierie TIA Portal V15.1. Celles-ci sont axées sur les tests et les simulations.

    Lire la suite >
  • Camera intelligente Camera intelligente
    La caméra intelligente Neon-1021 x86 d'ADlink Technologies intègre différents logiciels de vision, permettant de choisir le mieux adapté et de profiter d’un éventail de fonctions très étendu.
    Lire la suite >
Boundary Scan
La technique “boundary scan” (balayage de la périphérie) est pratique pour accéder individuellement aux circuits intégrés numériques présents sur une carte électronique. Les différentes broches des composants et les différents composants sont raccordés sur un bus spécialisé (Boundary Scan) accessible depuis le connecteur de la carte. Cette technique permet de réaliser de la programmation in-situ de composants (mémoires et micro-contrôleurs) et de tester ces composants. Le gros intérêt du Boundary Scan est d’éviter de recourir au traditionnel lit à clous, encombrant, peu flexible (il faut en développer un pour chaque type de carte à tester) et coûteux. Revers de la médaille, cette technique impose d’utiliser des versions Boundary Scan des composants classiques, qui nécessitent plus de surface sur le silicium et sont donc plus onéreuses.
Le terme Boundary Scan est également connu sous le nom de JTAG et il fait l'objet d'une norme (IEEE 1149.1).