Rohde & Schwarz a développé un générateur d’échos radar

Rédigé par  mardi, 11 septembre 2018 16:07

L’AREG100A de l’allemand est destiné aux OEM et aux équipementiers de rang 1 pour leurs tests en production de masse.

Le groupe allemand Rohde & Schwarz, l’un des principaux fabricants mondiaux en test et mesure, en technologies des médias, en communications sécurisées, en radiosurveillance, etc., a développé le générateur d’échos radar automobiles AREG100A, en étroite collaboration avec l’industrie automobile.

Ce nouveau système permet ainsi de répondre aux exigences des OEM et des équipementiers de rang 1 en matière de fiabilité des tests en production de masse, sachant que les capteurs radar sont un élément essentiel dans la sécurité des véhicules autonomes.

Travaillant dans la bande ISM 24 GHz et la bande E à 77 ou 79 GHz, avec une largeur d’analyse instantanée de 4 GHz, l’AREG100A simule les échos de quatre objets cibles artificiels au maximum, à une distance donnée (4 m ou de 5 à 300 m). Il est possible, en option, d’appliquer des décalages Doppler personnalisables afin de reproduire un mouvement radial des objets.

En plus de la fourniture de ports d’entrée et de sortie calibrés ans la bande FI, le système allemand propose également la vérification de l’immunité des capteurs vis-à-vis des interférences, la mesure de la bande occupée et des émissions parasites, ainsi que la détermination de la puissance rayonnée totale (Equivalent Isotropic Radiated Power ou EIRP).

Il suffit pour cela de connecter un générateur de signal RF, un analyseur de spectre et de signal et/ou un wattmètre RF, sans aucun équipement millimétrique supplémentaire. Rohde & Schwarz pousse même la flexibilité de sa solution en proposant une chambre de test anéchoïque très compacte pour une très grande reproductibilité des tests.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

25/09/2018 - 28/09/2018
Micronora
25/09/2018 - 27/09/2018
Sepem Avignon
27/09/2018 - 27/09/2018
Journée technique de l'Exera
03/10/2018 - 04/10/2018
Journées nationales de la mesure (J’M)
11/10/2018 - 11/10/2018
Journée technique de l'IO-Link France
16/10/2018 - 16/10/2018
Digital Industry Summit
18/10/2018 - 18/10/2018
Les Assises du MES
23/10/2018 - 24/10/2018
Enova Paris

Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Machines à décaper l’isolantLa technique moderne ne peut pas renoncer aux câbles. Pour pratiquement [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
  • Kit de développement pour caméras 3D Kit de développement pour caméras 3D
    IDS Imaging Development Systems diffuse la version 2.2 du kit de développement logiciel (SDK) pour ses caméras 3D Ensenso. Il offre un traitement d'image plus efficace, basé sur une carte graphique Nvidia CUDA (Compute Unified Device Architecture) avec processeur graphique (GPU).
    Lire la suite >
  • Logiciel d'ingénierie
 Logiciel d'ingénierie

    Siemens a ajouté des extensions fonctionnelles à son outil d'ingénierie TIA Portal V15.1. Celles-ci sont axées sur les tests et les simulations.

    Lire la suite >
  • Camera intelligente Camera intelligente
    La caméra intelligente Neon-1021 x86 d'ADlink Technologies intègre différents logiciels de vision, permettant de choisir le mieux adapté et de profiter d’un éventail de fonctions très étendu.
    Lire la suite >
Boundary Scan
La technique “boundary scan” (balayage de la périphérie) est pratique pour accéder individuellement aux circuits intégrés numériques présents sur une carte électronique. Les différentes broches des composants et les différents composants sont raccordés sur un bus spécialisé (Boundary Scan) accessible depuis le connecteur de la carte. Cette technique permet de réaliser de la programmation in-situ de composants (mémoires et micro-contrôleurs) et de tester ces composants. Le gros intérêt du Boundary Scan est d’éviter de recourir au traditionnel lit à clous, encombrant, peu flexible (il faut en développer un pour chaque type de carte à tester) et coûteux. Revers de la médaille, cette technique impose d’utiliser des versions Boundary Scan des composants classiques, qui nécessitent plus de surface sur le silicium et sont donc plus onéreuses.
Le terme Boundary Scan est également connu sous le nom de JTAG et il fait l'objet d'une norme (IEEE 1149.1).