MVG enregistre un CA 2018 en hausse de 5 %

Rédigé par  vendredi, 15 mars 2019 11:39

La croissance de l’exercice fiscal 2018 atteint 7,8 % par rapport à l’année précédente, à taux de change constants.

Dans la ligné d’un 4e trimestre caractérisé par une croissance de 10 %, le groupe français Microwave Vision Group (MVG), spécialisé dans la « visualisation » des ondes électromagnétiques, a clos son exercice fiscal 2018 de 74,6 millions d’euros, en progression de 5 % par rapport à l’année précédente et même de 7,8 % à taux de change constants.

Le chiffre d’affaires se répartit de la manière suivante : 59,2 M€ (+7,2 %) pour le pôle Antenna Measurement System (AMS), 13,3 M€ (-1,5 %) pour le pôle Compatibilité électromagnétique (CEM) et 2,1 M€ (-12,5 %) pour le département Environnemental and Industrial Control (EIC).

« La croissance du pôle AMS a notamment été tirée par une demande forte sur les télécommunications civiles avec le démarrage de la 5G en Asie et les ventes du StarLab. Le groupe réitère sa performance élevée de l’an dernier avec une activité en CEM toujours soutenue en Europe et aux États-Unis », explique la société.

Avec un carnet de commandes de 73,4 M€ pour les 12 à 18 prochains mois, en croissance de 5,2 % par rapport à 2017 et de 18,4 % par rapport à 2016, le groupe aborde l’exercice fiscal 2019 sereinement, pour afficher un nouvel exercice de croissance rentable.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre
03/04/2019 - 04/04/2019
Enova Nantes
10/04/2019 - 11/04/2019
Sido

Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Inventé par Dr. Fritz Faulhaber père et breveté en 1958, la bobine á bobinage oblique de FAULHABER [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
FFT
Fast Fourier Transform, transformée de Fourier rapide. On sait depuis longtemps réaliser des transformées de Fourier d’un signal, à l’aide d’électroniques analogiques (mises en œuvre notamment dans les analyseurs de spectres). Lorsque les électroniques numériques sont apparues, on a naturellement cherché à calculer numériquement la transformée de Fourier des signaux. Mais ces calculs étaient longs, jusqu’à ce qu’apparaisse un nouvel algorithme qui a permis de fortement réduire le temps de calcul. Cet algorithme a été baptisé “fast” (rapide, en anglais). Et c’est ainsi qu’est apparu le terme FFT. Aujourd’hui, quand on parle d’un analyseur FFT, il s’agit d’un appareil qui assure une fonction d’analyse spectrale et qui calcule numériquement le spectre.
Ceci étant, malgré les progrès accomplis par les calculateurs, les analyseurs FFT restent relativement lents et sont réservés à l’analyse de signaux acoustiques, de vibrations ou à l’analyse d’asservissements (quelques centaines de kHz tout au plus). Quand on dit qu’un analyseur FFT est “temps réel jusqu’à 20 kHz”, cela signifie qu’il va calculer le spectre d’un signal jusqu’à 20 kHz, sans perdre aucune information sur le signal d’entrée. L’analyseur peut calculer les raies spectrales supérieures à cette fréquence, mais il perd alors la notion de “temps réel” : autrement dit, le temps de calcul est trop long pour pouvoir prendre en compte la totalité des échantillons du signal et des portions de ce signal sont perdues.