MVG enregistre un CA 2018 en hausse de 5 %

Rédigé par  vendredi, 15 mars 2019 11:39

La croissance de l’exercice fiscal 2018 atteint 7,8 % par rapport à l’année précédente, à taux de change constants.

Dans la ligné d’un 4e trimestre caractérisé par une croissance de 10 %, le groupe français Microwave Vision Group (MVG), spécialisé dans la « visualisation » des ondes électromagnétiques, a clos son exercice fiscal 2018 de 74,6 millions d’euros, en progression de 5 % par rapport à l’année précédente et même de 7,8 % à taux de change constants.

Le chiffre d’affaires se répartit de la manière suivante : 59,2 M€ (+7,2 %) pour le pôle Antenna Measurement System (AMS), 13,3 M€ (-1,5 %) pour le pôle Compatibilité électromagnétique (CEM) et 2,1 M€ (-12,5 %) pour le département Environnemental and Industrial Control (EIC).

« La croissance du pôle AMS a notamment été tirée par une demande forte sur les télécommunications civiles avec le démarrage de la 5G en Asie et les ventes du StarLab. Le groupe réitère sa performance élevée de l’an dernier avec une activité en CEM toujours soutenue en Europe et aux États-Unis », explique la société.

Avec un carnet de commandes de 73,4 M€ pour les 12 à 18 prochains mois, en croissance de 5,2 % par rapport à 2017 et de 18,4 % par rapport à 2016, le groupe aborde l’exercice fiscal 2019 sereinement, pour afficher un nouvel exercice de croissance rentable.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

24/09/2019 - 26/09/2019
CIM 2019
24/09/2019 - 26/09/2019
Forum de l'électronique
24/09/2019 - 26/09/2019
Measurement World
08/10/2019 - 10/10/2019
Sepem Industries Angers
10/10/2019 - 10/10/2019
Journée technique du CFM

Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Inventé par Dr. Fritz Faulhaber père et breveté en 1958, la bobine á bobinage oblique de FAULHABER [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
SWR
Standing Wave Ratio, taux d’ondes stationnaires (TOS). Le phénomène des ondes stationnaires se produit notamment sur les lignes de transmission à hautes fréquences, lorsqu’il y a des désadaptations d’impédance entre le câble et l’émetteur/récepteur.