Yokogawa dévoile les successeurs des DLM4000

Rédigé par  lundi, 14 septembre 2020 17:36

La nouvelle série d’oscilloscopes numériques DLM5000 se distinguent par de nombreuses spécifications et fonctionnalités améliorées.

Moins de deux ans après avoir lancé la série DLM3000, qui a remplacé les DLM2000, le japonais Yokogawa Electric, fabricant de systèmes de contrôle et d'instrumentation de process, poursuit le renouvellement de sa gamme d’oscilloscopes numériques avec l’introduction de la série DLM5000.

Les quatre modèles d’ores et déjà disponibles, selon la bande passante de 350 ou 500 MHz et le nombre de voies analogiques (4 ou 8), sont les successeurs des DLM4000. En plus de modèles dotés de 4 voies analogiques, les nouveaux oscilloscopes se distinguent par de nombreuses fonctionnalités améliorées.

Il n’y a, par exemple, plus de compromis en termes de voies de mesure : les modèles DLM4000 disposaient de 8 voies analogiques, ou de 7 voies analogiques et 8 voies logiques, auxquelles l’utilisateur pouvait ajouter 16 voies logiques avec l’option /L16. Les modèles DLM5000 disposent en standard de 16 voies logiques et en option (/L32) 16 autres voies logiques.

Une autre évolution est la fréquence d’échantillonnage de 2,5 Géch/s, au lieu de 1,25 Géch/s (2,5 Géch/s avec entrelacement des voies) avec les DLM4000. La résolution verticale reste inchangée à 8 bits (12 bits en mode High Resolution). Les utilisateurs des DLM5000 bénéficient également d’une profondeur mémoire maximale bien supérieure : 50 Mpoints en standard, jusqu’à 250 Mpoints en option, au lieu de respectivement 6,25 Mpoints et 125 Mpoints.

Yokogawa Electric prévoit par ailleurs d’ajouter, au printemps prochain, l’option DLMsync, qui permettra de connecter deux DLM5000 pour réaliser des mesures. Si leur écran TFT couleur 12,1 pouces XGA est désormais tactile, les nouveaux oscilloscopes reprennent toutefois les fonctions d’analyse de bus série, les interfaces de communication et le facteur de forme des DLM4000.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

Pas d'événement

Capteurs et transmetteurs
Pression absolue et relative Cerabar M PMP51

Le transmetteur de pression numérique Cerabar PMP51 avec cellule de mesure piézorésistive et membrane [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Nathalie HEURLIN
Chef de publicité
n.heurlin@mesures.com - 02.98.27.79.99
i.Link
Appellation de Sony, i.Link est plus connu sous le nom de IEEE1394 et FireWire. Il s’agit d’un bus série externe conçu à l’origine par Apple (sous le nom de FireWire) pour raccorder des périphériques à haut débit (400 Mbit/s) sur des PC (équipements vidéo en particulier).
Quand USB est apparu sur les PC, on a pensé que ce port serait réservé aux périphériques à faible débit (clavier, écran, imprimante) tandis que FireWire assurerait la connexion des périphériques à haut débit. Mais USB a vu ses capacités augmentées et du coup FireWire n’a pas connu le succès escompté sur les PC.
Le bus IEEE1394 est un bus série capable de transmettre des données de façon asynchrone et isochrone avec un débit utile très proche du débit nominal. Simple dans sa conception (paire torsadée) et dans son utilisation (plug and play à chaud), il trouve des applications dans le domaine industriel, en particulier dans les applications de vision et en tant que bus de terrain pour les commandes et synchronisations d’axes.