Le générateur de signaux vectoriels RF est conçu pour faire gagner du temps

Avec le générateur de signaux 2910, Keithley entre véritablement sur le marché de l’instrumentation RF.  Son principal argument ? Faire gagner du temps à l’utilisateur (grâce à une grande convivialité pour l’accès aux fonctions) et à l’exploitant (temps de commutation très courts, donc gain de temps pour réaliser les tests en production).
On ne s’improvise pas constructeur d’instruments RF. Keithley Instruments le sait mieux que personne et c’est pour cette raison que, lorsqu’elle a décidé d’attaquer ce marché, elle n’a rien laissé au hasard : elle a ouvert un centre de conception spécialisé dans ce domaine (à Santa Rosa, en Californie, en décembre 2003) et a recruté des ingénieurs spécialisés et chevronnés. Les ingénieurs et les techniciens de ce centre accumulent aujourd’hui plus de 450 années.homme en instrumentation RF et hyperfréquences, un peu dans tous les domaines : matériel, logiciel, traitement du signal, interface homme-machine… L’effort conséquent qui a été consenti marque bien la volonté de la société américaine de s’installer dans la durée. Et d’avoir un effet de gamme : le générateur de signaux vectoriels 2910 RF qui vient d’être annoncé sera suivi dès cet été de l’analyseur de signaux vectoriels 2810 et du puissancemètre RF portable 3500 (qui, en termes de taille, n’a pas d’équivalent sur le marché).
Nouveau venu sur le marché de l’instrumentation RF, Keithley Instruments n’a pas cherché à investir une niche particulière, peu convoitée, et entend au contraire s’affirmer dans le cœur du marché, où la concurrence est la plus vive. Et elle se présente avec la tryptique habituelle : performances, facilité d’utilisation, prix.  « Le 2910 offre une facilité d’utilisation inégalée par rapport aux instruments RF habituels, explique Vincent Courty, directeur pour la France et l’Italie. Il suffit par exemple de voir la face avant pour s’en rendre compte : il n’y a pas les habituelles rangées de boutons. L’interface opérateur est une interface de type Windows, avec un guidage à l’écran par menus (deux modes d’accès aux menus sont possibles : par l’écran tactile ou avec une souris). Une aide en ligne est également proposée ». Les rares boutons sont réservés au réglage des paramètres les plus courants (fréquence, amplitude,…). L’appareil fonctionne sous Windows CE, ce qui lui permet d’avoir un coût plus accessible que les modèles fonctionnant sous Windows XP, et une meilleure réactivité aux commandes.
En termes de performances, Keithley met en avant la rapidité de réaction de l’appareil, ce qui, dans un environnement de production, permet d’accélérer le test. « La vitesse de commutation des formes d’onde des signaux est très élevée, poursuit M. Courty. Avec ses 64 Méchantillons, l’appareil accepte le chargement simultané de multiples formes d’onde différentes et permet la commutation entre ces signaux en moins de 1,5 ms (en mode List) ». 
Il est possible de télécharger (sous forme graphique ou de tableaux) toute forme d’onde arbitraire dans une bande de fréquences pouvant atteindre 40 MHz. Ces formes d’ondes peuvent être générées à l’aide d’outils fournis par le constructeur ou d’autres tels que Matlab. Sur option, le 2910 dispose de logiciels intégrés capables de produire des signaux  numériques personnalisés (GSM, GPRS, EDGE, W-CDMA, etc.). De nouvelles formes de signaux seront disponibles au fur et à mesure de l’apparition des nouvelles normes.
De plus, le 2910 peut produire des signaux RF analogiques classiques, avec les types de modulation interne les plus courants (dans une bande de 40 MHz). A l’aide de l’entrée externe I/Q, il peut également créer des signaux modulés dans une bande allant jusqu’à 200 MHz
Côté pilotage, le 2910 possède des interfaces USB, GPIB et Ethernet/LXI (toutes sont présentes sur le modèle de base). La programmation peut être réalisée à l’aide de commandes SCPI ou à l’aide d’un logiciel de programmation type LabVIEW (des drivers IVI C et IVI COM sont disponibles).
L’appareil est disponible en 4 variantes, qui se distinguent par l’emplacement du connecteur RF (à l’avant ou à l’arrière) et la présentation “mécanique” (boîtier pour montage direct en rack ou boîtier avec poignées de transport).
Le prix est de 16.500 euros. Ce prix inclut la modulation analogique interne, la modulation I/Q externe et enfin la génération de formes d’ondes arbitraires.

Quelques caractéristiques
· Bande de fréquences : 400 MHz à 2,5 GHz
· Modulation : jusqu’à 40 MHz en interne, 200 MHz en externe (I/Q)
· Temps de commutation : < 1 ms pour la plupart des signaux
· Précision : < ±0,5 dB sur l’amplitude
· Format : ½ rack 19’’, hauteur 3U (5,25’’)
· Ecran tactile 7’’

Dernière modification le lundi, 13 mars 2006 01:00
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

02/09/2020 - 03/09/2020
Expobiogaz
03/09/2020 - 04/09/2020
Sido
16/09/2020 - 17/09/2020
Analyse industrielle
23/09/2020 - 24/09/2020
IoT World + MtoM Embedded
23/09/2020 - 24/09/2020
Microwave & RF
29/09/2020 - 01/10/2020
Carrefour des fournisseurs de l’industrie agroalimentaire (CFIA)
29/09/2020 - 01/10/2020
Sepem Industrie Avignon/Forum de l'électronique
07/10/2020 - 08/10/2020
Forum Labo
14/10/2020 - 15/10/2020
Mesures Solutions Expo

Capteurs et transmetteurs
Proline Promag P 100 et Proline Promass P 100

Le Promag P 100 est destiné aux applications chimiques et de process avec liquides corrosifs et températures [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Nathalie HEURLIN
Chef de publicité
n.heurlin@mesures.com - 02.98.27.79.99
  • Détecteurs de niveau à lames vibrantes Détecteurs de niveau à lames vibrantes
    La nouvelle génération des détecteurs à lames vibrantes Liquiphant FTL51B d’Endress+Hauser communique désormais en Bluetooth, avec l'application propriétaire SmartBlue (Android et iOS).
    Lire la suite >
  • Antenne goniométrique pour localisation Antenne goniométrique pour localisation
    Narda Safety Test Solutions (STS ; groupe L3Harris Technologies) a présenté son antenne goniométrique automatique ADFA 2 (Automatic Direction Finding Antenna). Avec une gamme de fréquence étendue, elle permet, associée au récepteur temps réel SignalShark, de localiser de manière précise et sûre des signaux RF.
    Lire la suite >
  • Transmetteur de point de rosée Transmetteur de point de rosée
    Le transmetteur de point de rosée SF82, développé par Michell Instruments (groupe Process Sensing Technologies) affiche un temps de réponse de 6 s (de -60 à -20 °C) ou 40 s (de -20 à -60 °C), alors que les modèles Easidew sont limités à 5 min.
    Lire la suite >
Bloc de jonction
Le bloc de jonction, appelé aussi “borne”, comporte des borniers à vis ou à ressort et il sert à raccorder des fils électriques dont l’extrémité a été préalablement dénudée (mais il existe aussi des systèmes de connexions auto-dénudantes, appelées aussi “à déplacement d’isolant”). Les blocs de jonction sont omniprésents dans les armoires électriques industrielles où ils servent à connecter des capteurs et actionneurs sur des équipements électroniques et électriques. Ils sont très modulaires et permettent de réaliser de fortes densités de connexions.
De nombreux capteurs et actionneurs sont équipés de fils munis d’un connecteur pré-câblé, souvent cylindrique. Ceux-ci se raccordent sur des socles également munis de connecteurs. Ces socles remplissent un peu le rôle d’un bloc de jonction mais ils ne sont pas modulaires et ne permettent pas de réaliser une forte densité de raccordements.
Bloc de jonction se traduit en anglais par “terminal bloc”.