Kistler se renforce en analyse de combustion

Rédigé par  jeudi, 18 octobre 2018 13:06
De gauche à droite : Dr. Frank Wytrykus, cofondateur et directeur général de SMETEC, Rolf Sonderegger, CEO du groupe Kistler, et Ralf Düsterwald, cofondateur et directeur général de SMETEC. De gauche à droite : Dr. Frank Wytrykus, cofondateur et directeur général de SMETEC, Rolf Sonderegger, CEO du groupe Kistler, et Ralf Düsterwald, cofondateur et directeur général de SMETEC.

Le groupe suisse vient en effet de racheter SMETEC, fabricant spécialisé dans l’analyse visuelle de la combustion.

Le groupe suisse Kistler, spécialisé dans les mesures de pression dynamique, de force, de couple et d’accélération, vient d’annoncer le rachat de l’allemand SMETEC Gesellschaft für Sensor-, Motor- und Energietechnik, pour un montant non précisé.

Pour optimiser la conception des moteurs soumis à des exigences accrues en termes de rentabilité et d’émissions nulles, constructeurs et équipements automobiles doivent s’appuyer sur des analyses précises du processus de combustion. SMETEC, société basée à Erkelenz, près d’Aix-la-Chapelle (Allemagne), a développé une technologie capable de visualiser les processus dans la chambre de combustion et de formuler des déclarations sur la qualité du processus de combustion.

« La technologie de mesure optique de SMETEC complète très bien la nôtre, notamment les capteurs de pression et nous permet d’élargir notre portefeuille en proposant des options supplémentaires en matière d'analyse de la combustion. Cela nous permet de mieux répondre aux besoins de nos clients », explique Rolf Sonderegger, CEO du groupe Kistler. Cette activité, avec celle issue de Vester Elektronik (traitement d'image) racheté en 2017, rejoint au sein du Competence Center Vision du groupe, situé à Karlsruhe (Allemagne).

« En tant que petite entreprise, nous bénéficierons énormément de l'organisation mondiale et des structures de vente de Kistler. Avec un tel partenaire solide à nos côtés, nous pouvons exploiter pleinement le potentiel de marché de notre technologie », affirme le Dr Frank Wytrykus, cofondateur et directeur général de SMETEC. Avec le directeur général Ralf Düsterwald, il continuera à gérer la société.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

20/11/2018 - 21/11/2018
Be 4.0
27/11/2018 - 27/11/2018
Automation Class Factory

Capteurs et transmetteurs
Pression absolue et relative Cerabar M PMP51

Le transmetteur de pression numérique Cerabar PMP51 avec cellule de mesure piézorésistive et membrane [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
RAID

Redundant Array of Independent Disks, batterie redondante de disques durs indépendants. A la fin des années 1980, RAID signifiait “Redundant Array of Inexpensive Disks”, c’est-à-dire batterie redondante de disques économiques. C’était à l’époque où les gros disques d’ordinateurs étaient onéreux. Les temps ont changé et c’est la raison pour laquelle le terme Inexpensive a été remplacé par Independant. Le but des RAID est d’augmenter la performance ou de fournir une tolérance aux pannes. Développé à l’origine pour les systèmes de stockage, les Raid ont vu leurs applications s’élargir et sont désormais présents sur les PC. Le concept Raid peut être mis en œuvre avec un disque unique et à l’aide d’un logiciel spécialisé, mais les performances sont moindres qu’avec des Raid multi-disques, surtout lorsqu’il s’agit de restituer les données après une défaillance.
Raid améliore les performances des disques en interpénétrant les octets ou les groupes d’octets à travers plusieurs disques, de sorte qu’au moins deux disques sont en train de lire et d’écrire simultanément. La tolérance aux pannes est réalisée en utilisant la technique du disque miroir (duplication totale des données) comme dans RAID 1 ou en utilisant les bits de parité comme dans RAID 3 et RAID 5. Les bits de parité sont calculés en prenant un bit du disque 1 et en le combinant (fonction OU exclusif) avec un bit du disque 2, et en stockant le résultat sur le disque 3. Un disque défaillant peut être remplacé à chaud par un autre, le contrôleur RAID se charge de reconstituer les données perdues.

  • RAID 0. Les données sont réparties sur plusieurs disques de façon à améliorer la performance. Il n’y a pas de protection contre les pannes.
  • RAID 1. Les données sont toutes écrites en miroir sur deux disques distincts. Solution qui offre la meilleure fiabilité mais double le coût du stockage.
  • RAID 2. Les bits (plutôt que des octets ou des groupes d’octets) sont répartis sur plusieurs disques.
  • RAID 3. Les données sont réparties sur trois ou davantage de disques. Tous les disques travaillent en parallèle, ce qui assure une vitesse de transfert très élevée. Les bits de parité de parité permettent de reconstituer les données en cas de panne de l'un des disques physiques.
  • RAID 4. Similaire au Raid 3 mais chaque disque est géré indépendamment. Peu utilisé.
  • RAID 5. Le plus largement utilisé. Les données sont réparties sur trois ou davantage de disques afin d’augmenter les performances, et les bits de parité sont utilisés pour la tolérance aux pannes. Les bits de parité permettent de reconstituer les données en cas de panne de l'un des disques physiques.
  • RAID 6. Le plus fiable mais il est peu utilisé. Similaire à RAID 5, mais ici le contrôleur effectue les calculs de deux bits de parité différents, ou le même calcul sur deux sous-ensembles de données qui se chevauchent.
  • RAID 10. Combinaison de RAID 1 et RAID 0. RAID 0 est utilisé pour la performance et RAID 1 est utilisé pour la tolérance aux pannes.