SKF poursuit l’automatisation de ses usines, notamment en France

Rédigé par  vendredi, 15 février 2019 14:46

Le spécialiste suédois du roulement réalise des investissements majeurs dédiés à l’automatisation de lignes d’assemblage installées sur deux sites de fabrication en Allemagne et en France.

Le groupe suédois SKF, fournisseur au niveau mondial de roulements, joints et composants de mécatronique, a révélé fin 2018 sa stratégie et ses perspectives financières, faisant ressortir la poursuite des investissements dédiés à l’automatisation de son outil de production. L’accent a également été mis sur des propositions de valeur pour les équipements rotatifs, ainsi que sur les réalisations et nouveaux objectifs pour l’industrie automobile.

Au cœur de la politique d’automatisation de ses usines, le groupe a initié deux investissements majeurs d’un montant total de 150 millions de couronnes suédoises, soit environ 14,4 millions d’euros. Ils sont destinés d’une part, à une ligne de production basée à Schweinfurt en Allemagne, mettant en œuvre une technologie d’usinage flexible des rouleaux utilisés dans les roulements de grandes dimensions.

Ils concernent d’autre part le site français de Saint-Cyr-sur-Loire (Indre-et-Loire), avec l’installation d’une nouvelle ligne d’assemblage « flexible à la commande » et d’une cellule d’emballage automatisée pour toute la gamme de roulements rigides à billes. Selon les prévisions de SKF, ces deux projets devraient être menés à bien au cours du premier semestre 2020.

Dernière modification le vendredi, 15 février 2019 14:58
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre
03/04/2019 - 04/04/2019
Enova Nantes
10/04/2019 - 11/04/2019
Sido

Capteurs et transmetteurs
Débitmètres Proline 300/500

Nouvelle génération de mesure de débitProline 300/500 vous offre une grande valeur ajoutée tout au [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
FFT
Fast Fourier Transform, transformée de Fourier rapide. On sait depuis longtemps réaliser des transformées de Fourier d’un signal, à l’aide d’électroniques analogiques (mises en œuvre notamment dans les analyseurs de spectres). Lorsque les électroniques numériques sont apparues, on a naturellement cherché à calculer numériquement la transformée de Fourier des signaux. Mais ces calculs étaient longs, jusqu’à ce qu’apparaisse un nouvel algorithme qui a permis de fortement réduire le temps de calcul. Cet algorithme a été baptisé “fast” (rapide, en anglais). Et c’est ainsi qu’est apparu le terme FFT. Aujourd’hui, quand on parle d’un analyseur FFT, il s’agit d’un appareil qui assure une fonction d’analyse spectrale et qui calcule numériquement le spectre.
Ceci étant, malgré les progrès accomplis par les calculateurs, les analyseurs FFT restent relativement lents et sont réservés à l’analyse de signaux acoustiques, de vibrations ou à l’analyse d’asservissements (quelques centaines de kHz tout au plus). Quand on dit qu’un analyseur FFT est “temps réel jusqu’à 20 kHz”, cela signifie qu’il va calculer le spectre d’un signal jusqu’à 20 kHz, sans perdre aucune information sur le signal d’entrée. L’analyseur peut calculer les raies spectrales supérieures à cette fréquence, mais il perd alors la notion de “temps réel” : autrement dit, le temps de calcul est trop long pour pouvoir prendre en compte la totalité des échantillons du signal et des portions de ce signal sont perdues.