Sematec Métrologie se dote d’un tomographe haut de gamme

Rédigé par  vendredi, 12 avril 2019 15:27
Sematec Métrologie se dote d’un tomographe haut de gamme Nikon Metrology

Cet équipement va permettre à la société de réaliser des contrôles non destructifs, des missions de numérisation et de rétro-conception.

Le français Sematec Métrologie, filiale du groupe suédois Hexagon spécialisée dans les prestations de services en mesure dimensionnelle, vient d’annoncer la disponibilité d’un nouveau tomographe numérique haut de gamme, le modèle XTH450 du japonais Nikon Metrology.

Cet équipement va permettre à la société de réaliser des contrôles non destructifs, tels que l’inspection matière, des cartographies couleur et des écarts dimensionnels, ainsi que des missions de numérisation et de rétro-conception. La nouvelle machine permet de contrôler des pièces jusqu’à des dimensions (ØxH) de 400 x 600 mm, avec une précision de 10 à 20 µm et une résolution de 30 à 400 µm.

« Les précédents tomographes que nous mettions à disposition de nos clients étaient déjà particulièrement performants, mais lorsque nous avions affaire à des pièces en acier épais, nous étions bloqués. Avec le nouvel appareil, nous avons désormais la possibilité de traverser ce type de pièces et ce jusqu’à plusieurs dizaines de millimètres. La possession de type de machines est en général l’apanage des fabricants et des gros producteurs de pièces, et non des prestataires », explique Jean-Noël Bietrix, directeur général de Sematec Métrologie.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

24/09/2019 - 26/09/2019
CIM 2019
24/09/2019 - 26/09/2019
Forum de l'électronique
24/09/2019 - 26/09/2019
Measurement World
08/10/2019 - 10/10/2019
Sepem Industries Angers
10/10/2019 - 10/10/2019
Journée technique du CFM

Capteurs et transmetteurs
Transmetteur 8 voies Liquiline CM448 | Endress+Hauser

Le Liquiline CM448 est un transmetteur multiparamètre numérique pour la surveillance et le contrôle [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
API

Ce sigle a deux sens, l’un qui s’applique à l’univers des automatismes, l’autre à l’univers de l’informatique.

  • Automate Programmable Industriel. Les API sont des ordinateurs dédiés aux applications d’automatismes. A la différence des ordinateurs de bureau, il n’y a ici ni clavier ni écran (du moins pour les API classiques). Il y a par contre un grand nombre d’entrées/sorties (sur lesquelles sont raccordés les capteurs et actionneurs). Autre différence importante, la programmation se fait avec des langages spéciaux conçus pour les automaticiens (décrits dans la norme IEC 1131.3).
    On le voit, cela n’a pas grand-chose à voir avec un automate au sens commun du terme. Une autre définition avait été proposée par des professionnels (“Contrôleur logique programmable”) mais elle n’a pas eu de succès.
    Le correspondant anglais de API est PLC (Programmable Logic Controller). 
  • Application Programming Interface, interface de programmation d’applications. A l’origine, une API (ou un jeu d’API) est une couche logicielle au travers de laquelle une application peut accéder de façon standardisée aux ressources d’un système, sans qu’elle en connaisse les détails internes. Elle est donc utilisée par les développeurs d’applications et implantée sous une forme concrète sous la forme d’appels système, de fonctions C ou, sous Windows, de DLL (Dynamic Link Libraries). Mais aujourd’hui, le concept d’API s’est généralisé à tout type d’interface logicielle plus ou moins standard : API de système d’exploitation, API pour couches d’accès au réseau, API entre deux entités logicielles distantes, etc. (Définition Electronique International Hebdo)