Le Cetim œuvre pour un standard de communication des machines-outils

Rédigé par  vendredi, 24 janvier 2020 14:53

Le Centre technique des industries mécaniques s’engage dans le projet international Umati visant à définir un standard de communication des machines-outils basé sur OPC UA, avec la présentation fin janvier d’un premier démonstrateur au salon Intercut 2020 de Cluses (74).

Le Centre technique des industries mécaniques, institut labellisé Carnot, est devenu membre du projet collaboratif Umati (Universal MAchine-Tool Interface), qui a pour objectif la création et la diffusion d’un standard international de communication des machines-outils, basé sur une spécification complémentaire du protocole OPC UA. Dans un contexte de développement de l’industrie du futur, il doit permettre aux machines et à leurs périphériques d’adopter un langage commun pour se connecter aisément à des écosystèmes informatiques spécifiques aux clients, à l’intérieur ou en-dehors de l’environnement de production, via une interface simple et sécurisée.

Initié par le VDW, la fédération allemande des constructeurs de machines-outils, le projet a été rejoint par des partenaires internationaux, fabricants de composants et de machines, experts en technologies de communication et organismes de recherche. Une démarche partagée par le Cetim dans le but de comprendre et d’anticiper l’intégration du nouveau standard dans ses travaux et développements futurs.

Dévoilé sur le salon AMB de Stuttgart en septembre 2018, Umati a été proposé dans une première version à l’EMO d’Hanovre en septembre dernier. C’est à présent à l’occasion d’Intercut 2020, rencontres internationales de l’usinage organisées du 29 au 30 janvier à Cluses (Haute-Savoie), que le Cetim et ses partenaires (groupe de travail Umati, Siemens et Fanuc) mettront en œuvre un premier démonstrateur opérationnel. Celui-ci effectuera la remontée d’informations et la supervision de machines et de leurs contrôleurs de marques différentes, connectés via OPC UA à un même système d’exploitation des données. De quoi ouvrir la voie à de nouvelles applications de l’intelligence artificielle en usinage, selon le Cetim.

Dernière modification le vendredi, 24 janvier 2020 14:53
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

02/09/2020 - 03/09/2020
Expobiogaz
03/09/2020 - 04/09/2020
Sido
16/09/2020 - 17/09/2020
Analyse industrielle
23/09/2020 - 24/09/2020
IoT World + MtoM Embedded
23/09/2020 - 24/09/2020
Microwave & RF
29/09/2020 - 01/10/2020
Sepem Industrie Avignon/Forum de l'électronique
29/09/2020 - 01/10/2020
Carrefour des fournisseurs de l’industrie agroalimentaire (CFIA)
07/10/2020 - 08/10/2020
Forum Labo

Capteurs et transmetteurs
Radar de niveau Micropilot FMR10/FMR20

Micropilot FMR10/FMR20 -Pour les cuves de stockage et le domaine de l’eauEndress+Hauser frappe un grand [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Nathalie HEURLIN
Chef de publicité
n.heurlin@mesures.com - 02.98.27.79.99
  • Entrées/sorties décentralisées Entrées/sorties décentralisées
    
Le système d'entrées/sorties décentralisées CPX-AP-I de Festo permet l'intégration facile de modules compacts et de terminaux décentralisés dans les principaux systèmes hôtes
.
    Lire la suite >
  • Récepteur RF portable Récepteur RF portable
    Le récepteur de surveillance portable PR200 de Rohde & Schwarz permet d’analyser les émissions radios connues et inconnues et d’en localiser les sources, dans la gamme de fréquences de 8 kHz à 8 GHz.
    Lire la suite >
  • Antenne goniométrique pour localisation Antenne goniométrique pour localisation
    Narda Safety Test Solutions (STS ; groupe L3Harris Technologies) a présenté son antenne goniométrique automatique ADFA 2 (Automatic Direction Finding Antenna). Avec une gamme de fréquence étendue, elle permet, associée au récepteur temps réel SignalShark, de localiser de manière précise et sûre des signaux RF.
    Lire la suite >
GPIB
General Purpose Information/Interface Bus : il s’agit d’un standard universellement utilisé pour interconnecter des instruments de mesure électronique (générateurs, oscilloscopes, etc.) afin de réaliser des bancs de test automatiques. Normalisé depuis 1975 sous la référence IEEE 488.1 (il avait été en fait introduit en 1965 par la division instrumentation de Hewlett-Packard, qui allait être rebaptisée Agilent Technologies par la suite), GPIB est une liaison parallèle à 24 fils avec un débit de 1 Mo/s et qui est capable de piloter 14 instruments. Une version plus rapide (8 Mo/s) est arrivée par la suite. L’IEEE 488 est désormais sérieusement concurrencée par Ethernet, USB et FireWire.
L’IEEE 488-2 définit le protocole de communication entre tous les équipements d’un bus GPIB. Il s’agit d’une interface logicielle définissant la structure des échanges sur le bus (protocole des contrôleurs, ouverture des lignes, renvoi d’états standards, etc.)