Les équipements de CND s'imposent dans la boîte à outils des industriels

Rédigé par  jeudi, 30 avril 2020 17:03

Research and Markets a étudié le marché mondial des équipements de contrôle non destructif (CND) jusqu’en 2025, le créditant d’une croissance annuelle de 6 % portée par les réglementations de sécurité, la durée de vie prolongée des infrastructures et l’optimisation de la maintenance.

Le cabinet d’analyses Research and Markets a réalisé une étude du marché mondial des équipements de contrôle non destructif (CND) révélant qu’il pourrait passer de 14,1 milliards de dollars générés en 2019 à 30,3 milliards de dollars en 2025, suivant un taux de croissance annuel pondéré (CAGR) de 6 % sur la période.
L’établissement par les gouvernements de réglementations strictes de sécurité, la nécessité de prolonger la vie des infrastructures vieillissantes et l’optimisation de la maintenance pour gagner en efficacité et en qualité, sont autant de facteurs qui favorisent l’adoption du CND dans les cycles de production. Le rapport fait ainsi ressortir que les équipements de CND apparaissent comme des éléments essentiels de la boîte à outils des industriels.
Ce phénomène est renforcé dans l’aérospatial et la défense par des objectifs de réduction des émissions de carbone et l’usage de matériaux innovants. Les équipements de CND représentent également un fort potentiel à long terme dans les indutries du pétrole et du gaz pour la gestion efficace des actifs, connus pour leur complexité et leurs cycles de vie limités.
La vente d’équipements de contrôle pourrait par contre être freinée par le coût élevé des systèmes et par la pénurie de compétences, ainsi que par la sous-traitance des opérations de CND et l’arrivée de fournisseurs de services sur le marché.
Parmi les technologies employées pour le contrôle non destructif, l’étude souligne que les ultrasons et la radiographie connaissent d’importantes innovations. Le marché des tests par ultrasons multiéléments montre une certaine saturation, faisant des ondes ultrasonores guidées le nouveau segment dynamique. Le rapport révèle d’autre part que l’émergence du Big Data et de l’Internet des objets permet aux fournisseurs d’intégrer aux équipements des dispositifs de reporting améliorés.
Le marché est dominé par quelques acteurs majeurs, certains s’engageant dans des collaborations stratégiques pour proposer des solutions personnalisées aux utilisateurs finaux contraints par les réglementations. On assiste également à des fusions ou à des acquisitions de start-up visant à compléter les offres de produits. Les fournisseurs retenus par Research and Markets sont Magnaflux, Yxlon, Fujifilm, Olympus, Bureau Veritas, GE Measurement and Control, Nikon, Intertek et Applus.
Au niveau régional, la zone Asie-Pacifique devrait connaître le taux de croissance le plus élevé sur la période, dû en particulier aux investissements importants dans les infrastructures. Cela concerne principalement le secteur de la production d’énergie - aussi bien fossile que renouvelable -, la fabrication de véhicules électriques, et la MRO (Maintenance, Repair and Overhaul) dans l’aéronautique.

Dernière modification le jeudi, 30 avril 2020 17:03
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

16/06/2020 - 17/06/2020
Journées de la mesure 2020
23/06/2020 - 26/06/2020
SITL

Capteurs et transmetteurs
Thermorésistance iTHERM TM411 | Endress+Hauser

Cette thermorésistance iTHERM a été conçue pour répondre aux exigences de l'agroalimentaire et des [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Nathalie HEURLIN
Chef de publicité
n.heurlin@mesures.com - 02.98.27.79.99
Ko
Kilo-octets. Un octet est égal à 8 bits. Le bit est un élément binaire, qui peut prendre deux états (0 ou 1). Les termes de Kilo et Méga utilisés dans le système binaire ne doivent pas être confondus avec ceux utilisés dans le système décimal.
Dans le système décimal, 1 kilo est égal à 1000 et 1 méga est égal à 1000 kilos soit 1 million. Pour mieux fixer les idées sur la taille d’une mémoire, on a décidé de transposer dans l’univers binaire ces notions de kilo et méga (en mettant une majuscule, pour faire la différence). Le point de départ a été 1 Ko : le nombre binaire qui était le plus proche du kilo “décimal” était 1024 (2 puissance 10, donc 210).
Tout part de là. Par exemple, 64 Ko est égal à 64x1024 octets, soit 65536 octets (on s’éloigne du 64 kilos décimal), 128 Ko est égal à 131072octets (on est loin du 128 kilos décimal), etc. Un Mo représente 1024x1024 octets soit 1 048 576 octets. Un Go représente 1024x1024x1024 octets, soit 1073741834 octets. En résumé, les Kilos, Mégas, Giga (et même Téras) binaires sont, pour les deux premiers chiffres, du même ordre de grandeur que les kilos, mégas, gigas et téras décimaux.