Contrôle commande jeudi, 19 avril 2018 11:46

Cette solution permet aux industriels d’accroître la productivité des opérations par lots et ainsi de mettre encore plus rapidement sur le marché leurs produits.

Mesure physique jeudi, 19 avril 2018 11:38

Le français a levé 2 M€ et signé un accord portant sur l’intégration de ses produits au logiciel Wirepas Mesh du finlandais.

Mesure mécanique mercredi, 18 avril 2018 21:53

L’opération entre les deux divisions de Spectris devrait être effective au début de l’année 2019.

Mesure électronique / électrique mercredi, 18 avril 2018 19:11

Il s’agit du multimètre numérique de table Keithley DMM6500 et du système d’acquisition de données/multimètre numérique Keithley DAQ6510.

Mesure physique mercredi, 18 avril 2018 19:08

Le groupe américain a récemment racheté Infrarot Mikroskopie und Messtechnik (IRM2) et enregistré un chiffre d’affaires en forte hausse.

Logiciels mercredi, 18 avril 2018 19:06

La solution issue de la R&D d’EDF est une solution d’intelligence artificielle au service de l’excellence opérationnelle de ses clients industriels.

Divers mercredi, 18 avril 2018 12:07

Le centre d’expertise industrielle a mis au point un procédé innovant de fabrication additive par soudure à l’arc, à la fois rapide, économique et capable de sortir des pièces métalliques de très grande taille.

Automatisme mercredi, 18 avril 2018 12:04

Le spécialiste des réacteurs nucléaires renforce son offre de solutions Instrumentation & Control (I&C) et complète ce rachat par un partenariat de fabrication avec Schneider Electric.

Métrologie, normes et réglementation mardi, 17 avril 2018 11:07

Il s’agit du français SFINT, de l’allemand Aicher Kalibrierdienst, de l’activité allemande d’Atlas Copco, de l’américain Massachusetts Metrology et du brésilien Vale Balanças.

Analyse industrielle mardi, 17 avril 2018 10:59

Des chercheurs américains ont développé une solution portable et basée sur une spectroscopie laser pour la sécurité des opérations pétrolières et gazières.

Page 1 sur 1067

logo_80ans

24/04/2018 - 27/04/2018
Control
16/05/2018 - 18/05/2018
CEM 2018
16/05/2018 - 16/05/2018
Journée technique du CFM
29/05/2018 - 31/05/2018
Préventica
30/05/2018 - 31/05/2018
Enova Toulouse
05/06/2018 - 07/06/2018
Sepem Colmar
06/06/2018 - 07/06/2018
Expo Biogaz

Capteurs et transmetteurs
Transmetteur 8 voies Liquiline CM448 | Endress+Hauser

Le Liquiline CM448 est un transmetteur multiparamètre numérique pour la surveillance et le contrôle [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
6 sigma
Six Sigma (6s) est un ensemble de stratégies, méthodes, outils de calculs statistiques, etc. qui permettent d’améliorer un processus, qu’il s’agisse d’un processus de conception, d’un processus de production, d’un processus commercial, etc. Une démarche Six Sigma peut être appliquée aux processus les plus élémentaires, comme par exemple le processus d’insertion de la notice à l’intérieur de l’emballage d’un médicament. Le but d’un projet Six Sigma est d’éliminer les causes de défauts. Pour le mettre en place, il est donc judicieux de commencer par les processus qui génèrent le plus de problèmes.
L’origine de la méthode Six Sigma remonte à 1985 : à cette époque, Motorola Semiconductors avait avancé l’argument qu’elle visait un objectif de Six Sigma pour la fabrication de composants électroniques. Sigma désigne l’écart type d’un processus (voir définition de écart type). Dans toute production, on se fixe des limites de tolérance haute et basse. Un processus 'un sigma' (1s), ça signifie que 68,26 % des pièces produites se trouvent à l’intérieur des limites de tolérance. Pour un processus 'deux sigma' (2s), ce pourcentage monte à 95,46 %. Et ainsi de suite. Un processus Six Sigma (6s) signifie que 99,999998 % des pièces produites sont à l’intérieur des limites de tolérance, c’est-à-dire qu’il y a moins d’une pièce défectueuse sur 50 millions. Du moins en théorie. En fait, en pratique, le taux de défaut retenu pour un processus Six Sigma est de 3,4 ppm (3,4 pièces défectueuses sur un million). Ce chiffre ne doit rien au hasard. On part du principe que le process Six Sigma n’est pas forcément centré par rapport aux limites de tolérances. On s’autorise un écart de ±1,5s par rapport au centre et les calculs permettent alors d’arriver à un taux de 3,4 ppm.
Cela dit, la plupart des processus actuels relèvent plutôt du 3s, voire 3,5s. Mais c’est parfois beaucoup plus : pour ses moteurs d’avions, General Electric parle d’un objectif de 20s !