Irepa Laser poursuit sa stratégie d’innovation en fabrication additive

Rédigé par  mardi, 19 avril 2016 17:47

La société alsacienne lance un nouveau programme pour le développement de procédés de fabrication additive, placé dans une optique d’Usine du futur.

Membre de l’institut Carnot Mica, la société de recherche et développement Irepa Laser est spécialisée dans les procédés laser pour le traitement des matériaux, créatrice notamment de la technologie brevetée de fabrication additive par dépôt de matière, CLAD. Dans le cadre de son plan de développement stratégique Alsace 3D, elle a validé le programme Fabrication additive métallique laser, FAML 2020, destiné à élaborer des solutions pour fabriquer à moindre coût, des pièces combinant des matériaux de différentes natures, en associant la technologie CLAD à d’autres procédés comme le SLM (Selective Laser Melting) ou le Cold Spray.

Ce plan sur quatre ans, d’un montant de 4,5 millions d’euros, est cofinancé par la nouvelle région ACAL (Alsace Champagne-Ardenne Lorraine), l’Eurométropole de Strasbourg et l’Etat, à hauteur de 1,5 million. Il comprend l’acquisition de matériels innovants et une extension de 300 m2 des locaux techniques de la société.

Se plaçant résolument dans une perspective d’Usine du futur, Jean-Paul Gaufillet, directeur d’Irepa Laser, précise : « Nos clients pourront très rapidement se familiariser, en toute autonomie, avec ces nouveaux outils de fabrication, notamment grâce à nos programmes de coaching technologiques ».

Dernière modification le mardi, 19 avril 2016 17:47
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

Pas d'événement

Non classé
Dynamique des structures

De l’acquisition aux résultatsL’analyse de structure est un puissant outil pour comprendre le comportement [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Run Time
Version exécutoire d’un logiciel. La plupart des logiciels industriels comportent une version dite de “développement” qu’utilise le développeur pour créer un applicatif opérationnel. Cet applicatif est ensuite compilé et chargé dans la (ou les) machines (s) cible. C’est cet applicatif que l’on appelle le “run time”. Le run time ne peut pas être modifié (sauf les paramétrages prévus lors de la conception du logiciel). Souvent, les éditeurs de logiciels vendent une version “développement” et font payer des royalties pour les versions “run-time” (les royalties sont calculées en fonction du nombre de postes déployés).