Siemens va investir un milliard d’euros dans les start-up

Rédigé par  vendredi, 01 juillet 2016 16:23

Une nouvelle structure dédiée aux start-up et baptisée next47, en réfèrence à la naissance de Siemens en 1847, démarrera ses activités le 1er octobre prochain dans trois implantations basées à Berkeley, Munich et Shanghai.

Le groupe Siemens vient d'annoncer dans un communiqué la création d’une structure baptisée next47, qui disposera d'un budget d’un milliard d’euros sur cinq ans pour investir dans des start-up qui proposent des innovations de rupture.

next47, qui fait réfèrence à la naissance de Siemens en 1847, sera dirigée par le directeur technique de Siemens, Siegfried Russwurm, et démarrera ses activités le 1er octobre prochain dans trois implantations basées à Berkeley (Californie), Munich et Shanghai.

« next47 crée un espace d’expérimentation et de croissance sans les contraintes organisationnelles d'un groupe », explique Siegfried Russwurm. Elle s’intéresse dès à présent aux start-up ou aux projets individuels, et en particulier à ceux des employés de Siemens, de même qu'aux entreprises établies en recherche de partenaire. Les domaines visés prioritairement sont l’intelligence artificielle, les machines autonomes, la mobilité connectée, l’électrification.

Au cours des 20 dernières années, Siemens a investi plus de 800 millions d'euros dans près de 180 start-up, et a lancé 12 nouvelles entreprises.

Dernière modification le vendredi, 01 juillet 2016 16:29
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

Pas d'événement

Capteurs et transmetteurs
Débitmètres Proline 300/500

Nouvelle génération de mesure de débitProline 300/500 vous offre une grande valeur ajoutée tout au [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
In situ

Le test in-situ d’une carte électronique consiste à tester individuellement les composants qu’elle comporte ainsi que la qualité des connexions. L’accès électrique aux différents points de la carte s’effectue à l’aide d’une planche à clous. Le test in-situ permet de mettre immédiatement en évidence un composant défaillant. Lors du test, seul le composant ou la zone sous test est mise sous tension.
Sur les cartes les plus denses, l’accès aux points de la carte est de plus en plus difficile. Ceci a conduit les fabricants de testeurs de cartes à développer des techniques de contrôle optique (AOI) ou à rayons X. Mais, bien évidemment, on se limite ici à des contrôles d’aspects (de qualité des soudures, de marquage des composants, etc.) et on n’atteint pas la qualité d’un test électrique.
Le test in-situ est en général complété par un test fonctionnel, qui permet de s’assurer du bon fonctionnement de la carte. Dans certaines productions bien rodées, on se contente d'un test fonctionnel rapide, de type "go-no go", et on pratique éventuellement un test in-situ sur les cartes qui n'ont pas passé le test go-no go, afin de localiser le défaut et réparer la carte.