Le Symop publie un indicateur de conjoncture trimestriel

Rédigé par  mardi, 23 août 2016 12:15

Le Symop, Syndicat des machines et technologies de production, publie désormais chaque trimestre un point de conjoncture sur ses principaux secteurs d’activité.

Le Symop, Syndicat des machines et technologies de production, publie désormais chaque trimestre un point de conjoncture sur ses principaux secteurs d’activité. Et pour lancer cet indicateur, le Symop a publié un point pour le deuxième trimestre 2016 où la conjoncture a été relativement favorable pour les fournisseurs de biens d’équipement. « Dans l’industrie, sur le deuxième trimestre, le taux d'utilisation des capacités de production a augmenté par rapport au trimestre précédent et atteint son plus haut niveau depuis plusieurs années, sans toutefois retrouver le niveau d’avant crise », précise le syndicat.

Le chiffre d’affaires trimestriel des répondants du Symop enregistre ainsi une forte croissance par rapport au deuxième trimestre 2015, à +12,1% (voir illustration), une amélioration qui se confirme tant sur le marché interne que sur les marchés à l’export. Elle est plus particulièrement soutenue par les ventes de machines d’emballage et de conditionnement, de robots industriels, mais également de matériels et de consommables de production.

Après 1,4 % de hausse séquentielle au premier trimestre 2016, les commandes adressées aux fournisseurs de biens d’équipement ont progressé de 8,9 % en valeur au deuxième trimestre 2016, malgré un mois de mai atone. Comparée au deuxième trimestre 2015, la progression des commandes s'établit à 6,9%.

Parmi les explications de cette situation plutôt favorable constatée depuis plusieurs mois, le Symop note une reprise de l’investissement des entreprises favorisée notamment par la mesure de suramortissement de l’investissement manufacturier (valable jusqu’en décembre 2017) qui incite les industriels à renouveler leur outil de production.

Pour le troisième trimestre, les industriels anticipent une croissance de 13,3% de leurs commandes, boostées par l'export, en particulier en Asie avec les développements dans l'aéronautique, l'automobile, et l'agroalimentaire, alors que les USA restent un marché porteur et que l’Europe du sud et le Maghreb deviennent plus attractifs.

 

Dernière modification le mardi, 23 août 2016 13:17
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2018 - 01/02/2018
Sepem Rouen
01/02/2018 - 01/02/2018
Journée technique du LNE
06/02/2018 - 06/02/2018
Journée technique du CFM
06/02/2018 - 07/02/2018
Analyse industrielle
07/02/2018 - 08/02/2018
Pharmapack Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Biogaz Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Enova Lyon

Capteurs et transmetteurs
Transmetteur 8 voies Liquiline CM448 | Endress+Hauser

Le Liquiline CM448 est un transmetteur multiparamètre numérique pour la surveillance et le contrôle [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
PROM
Programmable read-only memory , mémoire programmable à lecture seulement. Il s’agit de circuits intégrés assurant une fonction de mémoire non volatile, c’est-à-dire qui conserve ses informations même lorsque l’alimentation est coupée (alors que ce n’est pas le cas pour les mémoires vives RAM).
L’histoire des mémoires non volatiles présentées en circuit intégré a démarré avec les ROM, qui étaient programmées une fois pour toutes par le fabricant du composant. Il s’agissait donc d’une mémoire morte. Les PROM font un peu la même chose mais ici la programmation est assurée par l’utilisateur lui-même (à l’aide d’un programmateur, qui consiste à appliquer des courants forts de façon à faire fondre des contacts à l’intérieur du circuit). Comme pour les ROM, la programmation est faite une fois pour toutes.
Les EPROM qui ont suivi étaient radicalement différentes : elles pouvaient s’effacer (en appliquant des rayonnements ultraviolets sur la puce du composant, à travers une fenêtre transparente) et pouvaient être reprogrammées ; comme les ROM et les PROM, il s’agit de mémoires non volatiles (par contre, les EPROM ne sont pas des mémoires mortes).
La EEPROM enfin, présente l’avantage d’être effacable électriquement. Bien entendu, elle peut être reprogrammée.