Un nouveau président pour le Cetiat

Rédigé par  vendredi, 25 novembre 2016 11:36

C’est Laurent Mouchet qui succède à Frédéric Bruyère à la tête du Centre technique des industries aérauliques et thermiques.

Le Centre technique des industries aérauliques et thermiques (Cetiat) vient d’annoncer la nomination de Laurent Mouchet, directeur des opérations et membre du Comité de direction d’Aldes, groupe français spécialisé dans la ventilation, le chauffage, le rafraîchissement et l’eau chaude sanitaire, ainsi que l’aspiration centralisée de poussières, pour un mandat de trois ans. Il succède ainsi à Frédéric Bruyère qui occupait ce poste depuis 2010.

Diplômé de l’Ecole centrale de Lyon et de l’ESSEC Business School, Laurent Mouchet a débuté sa carrière dans le domaine de l’aérospatiale. En 1995, il entre chez PSA Peugeot Citroën, où il occupera, pendant près de 20 ans, les postes de responsable du département Chauffage/climatisation, de directeur de projets (Peugeot 301 et Citroën C-Elysée) et de directeur des avant-projets dans le monde.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2018 - 01/02/2018
Sepem Rouen
01/02/2018 - 01/02/2018
Journée technique du LNE
06/02/2018 - 06/02/2018
Journée technique du CFM
06/02/2018 - 07/02/2018
Analyse industrielle
07/02/2018 - 08/02/2018
Pharmapack Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Biogaz Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Enova Lyon

Non classé
Mesure vibratoire de machines tournantes

Quelle que soit la machine : générateur, turbine, compresseur alternatif, diesel ou transmission, les [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
PROM
Programmable read-only memory , mémoire programmable à lecture seulement. Il s’agit de circuits intégrés assurant une fonction de mémoire non volatile, c’est-à-dire qui conserve ses informations même lorsque l’alimentation est coupée (alors que ce n’est pas le cas pour les mémoires vives RAM).
L’histoire des mémoires non volatiles présentées en circuit intégré a démarré avec les ROM, qui étaient programmées une fois pour toutes par le fabricant du composant. Il s’agissait donc d’une mémoire morte. Les PROM font un peu la même chose mais ici la programmation est assurée par l’utilisateur lui-même (à l’aide d’un programmateur, qui consiste à appliquer des courants forts de façon à faire fondre des contacts à l’intérieur du circuit). Comme pour les ROM, la programmation est faite une fois pour toutes.
Les EPROM qui ont suivi étaient radicalement différentes : elles pouvaient s’effacer (en appliquant des rayonnements ultraviolets sur la puce du composant, à travers une fenêtre transparente) et pouvaient être reprogrammées ; comme les ROM et les PROM, il s’agit de mémoires non volatiles (par contre, les EPROM ne sont pas des mémoires mortes).
La EEPROM enfin, présente l’avantage d’être effacable électriquement. Bien entendu, elle peut être reprogrammée.