+9,22 % pour la surveillance de la qualité de l’air intérieur

Rédigé par  jeudi, 22 décembre 2016 11:21
+9,22 % pour la surveillance de la qualité de l’air intérieur Chauvin Arnoux

Les initiatives gouvernementales en cours visant le développement d'industries respectueuses de l'environnement, une sensibilisation accrue du public expliquent cette croissance.

La société d’analyses indienne reportsnreports.com prévoit que le marché mondial de la surveillance de la qualité de l’air intérieur atteindra un montant de 4,63 milliards de dollars en 2022, avec un taux de croissance annuel moyen (CAGR) de +9,22 %.

Les systèmes de surveillance fixes ont représenté, en 2015, la part la plus importante du marché. La progression de ce segment est attribuée à l'installation croissante de stations grâce à leur capacité de surveillance en temps réel, à la présence d’options de sortie analogique ou numérique et du volume d'échantillon limité requis pour l'analyse de la qualité de l'air.

Avec le nombre de directives réglementaires strictes en hausse et la disponibilité accrue de capteurs de particules, reportsnreports.com s’attend à ce que le marché des systèmes de surveillance des polluants physiques affiche le taux de croissance le plus élevé, en particulier dans les centrales électriques et les industries pétrochimiques.

« Les réglementations gouvernementales, la popularité croissante des maisons intelligentes et des bâtiments écologiques, les initiatives gouvernementales en cours visant le développement d'industries respectueuses de l'environnement, l'augmentation du financement public-privé pour une surveillance de la pollution atmosphérique et une sensibilisation accrue du public sont autant de facteurs de la croissance du marché », explique la société d’analyses. Même si des facteurs tels que le coût élevé des produits pour la surveillance de la qualité de l'air intérieur et leurs limitations techniques limitent la croissance.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

Pas d'événement

Mesure mécanique, vision et CND
Analyseurs de bruit et vibration

Les analyseurs OROS permettent de mesurer et d'analyser de 2 à + de 1000 voies.Conçus pour de l’analyse [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
In situ

Le test in-situ d’une carte électronique consiste à tester individuellement les composants qu’elle comporte ainsi que la qualité des connexions. L’accès électrique aux différents points de la carte s’effectue à l’aide d’une planche à clous. Le test in-situ permet de mettre immédiatement en évidence un composant défaillant. Lors du test, seul le composant ou la zone sous test est mise sous tension.
Sur les cartes les plus denses, l’accès aux points de la carte est de plus en plus difficile. Ceci a conduit les fabricants de testeurs de cartes à développer des techniques de contrôle optique (AOI) ou à rayons X. Mais, bien évidemment, on se limite ici à des contrôles d’aspects (de qualité des soudures, de marquage des composants, etc.) et on n’atteint pas la qualité d’un test électrique.
Le test in-situ est en général complété par un test fonctionnel, qui permet de s’assurer du bon fonctionnement de la carte. Dans certaines productions bien rodées, on se contente d'un test fonctionnel rapide, de type "go-no go", et on pratique éventuellement un test in-situ sur les cartes qui n'ont pas passé le test go-no go, afin de localiser le défaut et réparer la carte.