Un bilan positif tiré du salon Convergence pour l'Industrie du futur

Rédigé par  jeudi, 02 février 2017 17:23

La première édition de cet événement chargé de promouvoir le savoir-faire français et les opportunités de l’Industrie du futur, a rempli ses objectifs avec succès, en s’appuyant sur le regroupement du Midest, de Smart Industries et du Forum Industrie du futur.

En avril 2015, le Président de la République annonçait l’élargissement du plan Usine du futur, alors rebaptisé Industrie du futur, et lançait un appel aux organisateurs de salons pour qu’un événement y soit consacré, illustrant le savoir-faire français et les opportunités offertes par la modernisation de l’outil de production. C’est pour répondre à cette demande que le salon Convergence pour l’Industrie du futur a été créé, issu du regroupement de Midest, une référence en Europe pour la sous-traitance industrielle, de Smart Industries, dédié à l’offre de produits et services pour l’usine intelligente, et du Forum Industrie du futur, un espace regroupant les institutions, la recherche et les réalisations mises en œuvre par les donneurs d’ordres.

Rendez-vous du 3 au 6 octobre 2017 à Villepinte

La première édition de Convergence pour l’Industrie du futur, qui s’est tenue du 6 au 9 décembre dernier au Parc des Expositions de Paris Nord Villepinte, s’est soldée par un bilan positif, avec le rassemblement de 1 800 exposants et l’accueil de plus de 46 000 visiteurs. « Réunir en un seul lieu toute l’expertise française pour construire l’Industrie du futur était un véritable défi que nous avons relevé tous ensemble », déclare ainsi Philippe Darmayan, président de l’Alliance Industrie du futur, une association qui assure le déploiement de ce plan et qui coordonne au niveau national, les initiatives et les travaux tendant à la transformation industrielle française, notamment par l’apport du numérique. Fort de ce premier succès, le prochain rendez-vous de Convergence pour l’Industrie du futur est déjà fixé et aura lieu du 3 au 5 octobre 2017 à Villepinte.

Dernière modification le lundi, 06 février 2017 10:58
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2018 - 01/02/2018
Sepem Rouen
01/02/2018 - 01/02/2018
Journée technique du LNE
06/02/2018 - 06/02/2018
Journée technique du CFM
06/02/2018 - 07/02/2018
Analyse industrielle
07/02/2018 - 08/02/2018
Pharmapack Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Biogaz Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Enova Lyon

Non classé
Mesure vibratoire de machines tournantes

Quelle que soit la machine : générateur, turbine, compresseur alternatif, diesel ou transmission, les [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
PROM
Programmable read-only memory , mémoire programmable à lecture seulement. Il s’agit de circuits intégrés assurant une fonction de mémoire non volatile, c’est-à-dire qui conserve ses informations même lorsque l’alimentation est coupée (alors que ce n’est pas le cas pour les mémoires vives RAM).
L’histoire des mémoires non volatiles présentées en circuit intégré a démarré avec les ROM, qui étaient programmées une fois pour toutes par le fabricant du composant. Il s’agissait donc d’une mémoire morte. Les PROM font un peu la même chose mais ici la programmation est assurée par l’utilisateur lui-même (à l’aide d’un programmateur, qui consiste à appliquer des courants forts de façon à faire fondre des contacts à l’intérieur du circuit). Comme pour les ROM, la programmation est faite une fois pour toutes.
Les EPROM qui ont suivi étaient radicalement différentes : elles pouvaient s’effacer (en appliquant des rayonnements ultraviolets sur la puce du composant, à travers une fenêtre transparente) et pouvaient être reprogrammées ; comme les ROM et les PROM, il s’agit de mémoires non volatiles (par contre, les EPROM ne sont pas des mémoires mortes).
La EEPROM enfin, présente l’avantage d’être effacable électriquement. Bien entendu, elle peut être reprogrammée.