Wika étend sa gamme de calibrateurs de process

Rédigé par  mardi, 28 février 2017 11:15

Le fabricant allemand lance un calibrateur de process portable, qui se distingue notamment par sa polyvalence et sa simplicité d’utilisation.

L’allemand Wika, fabricant de capteurs et transmetteurs de pression, de température, de niveau et de débit, vient d’introduire le calibrateur de process portable CPH7000. Cet outil destiné aux étalonnages sur site et en laboratoire se caractérise par sa polyvalence.

Il dispose en effet de cinq modes de fonctionnement différents, à savoir la mesure (pression, température, courant et tension), l’étalonnage, le test de commutation, l’enregistreur et la simulation de signaux 0-24 A. Et le calibrateur est également fourni, en option, avec une pompe de pression intégrée (étendue de mesure de -0,85 à +25 bar, justesse de 0,025 % de la pleine échelle), un baromètre et un module de mesure des paramètres ambiants.

Avec son écran tactile présentant huit champs d’application et ses fonctions d’aide, le CPH7000 n’a besoin d’aucune imprimante et est on ne peut plus intuitif. Dernières caractéristiques, ses dimensions sont de 107 x 384 x 105 mm (masse de 2,5 g avec pompe et capteur de référence) et une interface Wika-Wireless (Bluetooth) est disponible.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

Pas d'événement

Capteurs et transmetteurs
Pression différentielle Deltabar PMD75

Le transmetteur de pression différentielle Deltabar PMD75 avec capteur piézorésistif et membrane métallique [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
In situ

Le test in-situ d’une carte électronique consiste à tester individuellement les composants qu’elle comporte ainsi que la qualité des connexions. L’accès électrique aux différents points de la carte s’effectue à l’aide d’une planche à clous. Le test in-situ permet de mettre immédiatement en évidence un composant défaillant. Lors du test, seul le composant ou la zone sous test est mise sous tension.
Sur les cartes les plus denses, l’accès aux points de la carte est de plus en plus difficile. Ceci a conduit les fabricants de testeurs de cartes à développer des techniques de contrôle optique (AOI) ou à rayons X. Mais, bien évidemment, on se limite ici à des contrôles d’aspects (de qualité des soudures, de marquage des composants, etc.) et on n’atteint pas la qualité d’un test électrique.
Le test in-situ est en général complété par un test fonctionnel, qui permet de s’assurer du bon fonctionnement de la carte. Dans certaines productions bien rodées, on se contente d'un test fonctionnel rapide, de type "go-no go", et on pratique éventuellement un test in-situ sur les cartes qui n'ont pas passé le test go-no go, afin de localiser le défaut et réparer la carte.