Un drone hydraulique prend son essor à l’UTC

Rédigé par  jeudi, 16 mars 2017 16:27

L’université de Compiègne collabore avec le Cetim et Artema pour développer un drone à transmission de puissance hydraulique, destiné au transport de lourdes charges avec une grande autonomie.

Les laboratoires Roberval et Heudiasyc de l’Université de technologie de Compiègne (UTC), développent en collaboration avec le Cetim, centre d’expertise mécanique français labellisé Carnot, et Artema, syndicat des industriels de la mécatronique, un projet de drone de service utilisant un système de transmission de puissance hydraulique. Cette technologie « aujourd’hui mature, fiable et inégalée en termes de rapport poids/puissance et de contrôle dynamique » selon Eric Noppe, titulaire de la chaire Hydraulique - Mécatronique au sein de l’UTC et porteur du projet, pourrait répondre à la demande croissante en drones de service à capacité d’emport importante et grande autonomie. L’enjeu consiste en effet à améliorer de façon conséquente les performances de ces appareils pour qu’ils puissent remplacer les hélicoptères dans des applications de transport de charges ou de personnes en milieux hostiles, de sécurité civile, de surveillance de voies ferroviaires ou encore de pose de lignes haute tension.

Le projet est constitué d’un drone de type quadrirotor dans la gamme des 300 à 500 kg, avec une capacité d’emport du même ordre. Il vise d’autre part une autonomie en vol de plusieurs heures. Soit un rapport d’échelle de plus de 100 comparé aux performances actuelles des modèles conçus par Heudiasyc. Rappelons que ce laboratoire, fort d’une expérience de plus de quinze ans dans le contrôle des drones quadrirotor, a contribué au développement d’appareils miniaturisés à entraînement électrique, donnant lieu à plusieurs brevets. Poursuivant à présent son nouvel objectif, l’UTC compte réaliser un démonstrateur dans un délai de deux ans et un produit industrialisable d’ici cinq ans.

Dernière modification le jeudi, 16 mars 2017 16:27
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

04/05/2017 - 04/05/2017
Journée régionale de l’électronique
16/05/2017 - 18/05/2017
Innorobo
16/05/2017 - 16/05/2017
Journée technique du CFM
17/05/2017 - 18/05/2017
HydroGaïa
31/05/2017 - 01/06/2017
Mesures Solutions Expo
31/05/2017 - 01/06/2017
ExpoBiogaz

Capteurs et transmetteurs
Thermorésistance iTHERM TM411 | Endress+Hauser

Cette thermorésistance iTHERM a été conçue pour répondre aux exigences de l'agroalimentaire et des [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Déterminisme
Le mot est employé un peu à toutes les sauces et souvent abusivement. Pour Le Petit Robert, le déterminisme est un “principe scientifique suivant lequel les conditions d'existence d'un phénomène sont déterminées, fixées absolument de telle façon que, ces conditions étant posées, le phénomène ne peut pas ne pas se produire”. Le même dictionnaire donne une autre définition : “doctrine philosophique suivant laquelle tous les événements sont liés et déterminés par la chaîne des événements antérieurs”.
Dans le domaine des automatismes, on dit souvent qu’une commande est déterministe lorsque les mêmes causes produisent les mêmes effets, pour un même état initial. Et cela doit être vrai même si des parasites ou des situations imprévues surviennent. On est assez proche de la première définition du Petit Robert.
Quand on dit que la norme EN954 relative aux systèmes de sécurité machine est d’essence “déterministe”, on est également dans l’esprit de la définition du dictionnaire (on oppose la norme “déterministe” EN954 à la norme IEC61508, également dédiée à la sécurité, qui est d’essence “probabiliste”).
Mais la plupart des gens accordent encore un autre sens au mot “déterminisme” : c’est qu’une action donnée doit être effectuée dans un temps bien délimité. C’est ainsi que l’on dit que la plupart des bus de terrain et les réseaux locaux à jeton sont déterministes parce que l’on est sûr qu’un échange d’informations se fera dans un temps bien défini (plus précisément, on est assuré que le temps pour effectuer une tâche ne dépassera pas une certaine limite connue). A l’inverse, le réseau Ethernet type “à détection de collision” n’est pas considéré comme étant déterministe car avec son système d’accès aléatoire et la détection de collision (CSMA/CD), une demande d’accès au réseau peut être différée si celui-ci est trop chargé : dans ce cas, on ne peut pas garantir qu’une demande d’échange d’information se fera dans un temps bien délimité, quelles que soient les circonstances. Dans le même ordre d’idée, on peut dire qu’un système “temps réel” (aller à ce mot pour la définition) est déterministe. Mais l’inverse n’est pas forcément vrai : ce n’est pas parce qu’un système est déterministe qu’il est temps réel.