Gestion des risques: Rockwell propose un guide des bonnes pratiques

Rédigé par  jeudi, 14 septembre 2017 12:39

Dans un récent e-book dédié à la gestion des risques dans l’industrie, le géant américain préconise de traiter les problèmes à la source en intervenant sur les quatre domaines clés que sont l’obsolescence, la qualité, la sécurité et la sûreté.

Rockwell Automation, le spécialiste de l’automatisation industrielle présent à l’échelle mondiale, a publié sur son site Internet un e-book préconisant un ensemble de bonnes pratiques à adopter pour la gestion des risques. Toutes les entreprises industrielles sont en effet concernées par ces risques de nature très diverse, telle que le rappel de produits, la violation de données ou encore la blessure d’employés, avec des conséquences tout aussi multiples pouvant affecter la clientèle, le personnel, la propriété intellectuelle ou le chiffre d’affaires. Dans ce contexte, la démarche recommandée par le groupe américain consiste à traiter les problèmes à la source, soulignant que dans de nombreux cas, les causes se situent au sein même de l’infrastructure d’automatisation.

Suivant cette approche, Rockwell a défini quatre domaines clés pour la gestion des risques en environnement industriel, à savoir l’obsolescence des équipements, la qualité, la sécurité et la sûreté. Le traitement de l’obsolescence intervient en premier lieu car la modernisation des systèmes de production, introduisant de nouvelles technologies de contrôle et de l’information, permet non seulement de limiter les arrêts non programmés mais assure de plus le respect des derniers standards et réglementations. Autant de points qui jouent également un rôle majeur dans les trois autres domaines. Ainsi, celui de la qualité vise à maîtriser les nombreuses données opérationnelles collectées, dont l'analyse représente un fort potentiel d’amélioration des performances. L’aspect sécurité repose sur la mesure de trois indicateurs appelés culture, conformité et capital, et évaluant respectivement les comportements, les procédures et les technologies. Enfin, la sûreté informatique, essentielle dans le cadre de l’usine intelligente, concerne les installations de l’entreprise de bout en bout afin de protéger les personnes, la propriété intellectuelle et les actifs physiques.

Dernière modification le jeudi, 14 septembre 2017 12:39
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans


Capteurs et transmetteurs
Transmetteur 8 voies Liquiline CM448 | Endress+Hauser

Le Liquiline CM448 est un transmetteur multiparamètre numérique pour la surveillance et le contrôle [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
  • Système d’entrées/sorties décentralisé Système d’entrées/sorties décentralisé
    Le nouveau système d’entrées/sorties décentralisé Simatic ET 200SP HA de Siemens a été est développé pour l’industrie des procédés.
    Lire la suite >
  • Alimentations de laboratoire Alimentations de laboratoire
    En plus d’être compactes et silencieuses (via une régulation automatique du ventilateur), les alimentations de laboratoire de la série NGE100 de Rohde & Schwarz intègrent des voies isolées galvaniquement pouvant être connectées en série ou en parallèle pour augmenter les tensions ou les puissances de sortie.
    Lire la suite >
  • Capteur de couple Capteur de couple
    La gamme de mesure du capteur de couple T22 de HBM s'étend répondant ainsi aux besoins de mesures de petits couples, notamment dans l’industrie du roulement.
    Lire la suite >
DTM
Device Type Manager : il s’agit d’une norme de description des instruments de process (capteurs, vannes, etc.) qui est grosso modo soutenue par les partisans du bus de terrain Profibus. DTM est indissociable de FDT, l’outil d’exploitation des informations contenues dans les instruments.
Emerson Process Management, le leader en instrumentation de process, s’oppose farouchement au concept FDT/DTM et mise sur la technologie DD.