Exclusif ! Découvrez les lauréats des Palmarès technologiques 2017

Rédigé par  jeudi, 19 octobre 2017 18:02
La 22è édition des Palmarès technologiques, qui sont décernés chaque année par la revue Mesures, s'est tenue hier, mercredi 18 octobre, dans les locaux de la Fieec et du Gimelec, à Paris, en présence d'une centaine de personnes. La cérémonie de remise des prix a été précédée d'une table ronde sur le thème : «L'efficacité énergétique : vecteur de compétitivité pour l'industrie ?».
La 22è édition des Palmarès technologiques, qui sont décernés chaque année par la revue Mesures, s'est tenue hier, mercredi 18 octobre, à l'Espace Hamelin, à Paris (16è), en présence de près d'une centaine de personnes.

La cérémonie de remise des prix a été précédée d'une table ronde intitulée : « L'efficacité énergétique : vecteur de compétitivité pour l'industrie ? ». Quatre intervenants ont été conviés à cette table ronde :

- Catherine Moutet, responsable Afnor Energie

Patrick Hell, directeur marketing d'Endress+Hauser France

Alain Josse, responsable cellule application, chef de produit système gestion énergie d'Enerdis (groupe Chauvin Arnoux)

Gilles Simon, expert environnement et énergie chez Schneider Electric.

La table ronde d'une durée d'une heure a été animée par Pascal Coutance, directeur des rédactions des revues Electroniques et Mesures. Nous reviendrons plus en détails sur cette table ronde lors d'un prochain numéro de notre magazine.

Lors de la remise des prix qui a suivi, 10 Palmarès technologiques, mettant en exergue autant de produits particulièrement innovants dont la rédaction estime qu’ils sont les meilleurs dans leurs catégories respectives, ont été décernés au cours de cette soirée. Et pour cinq catégories, nous avons également attribué une « Mention spéciale » pour des produits dont nous estimons qu’ils méritent également d’être mis en avant. Ce sont, par conséquent, 15 trophées qui ont été distribués au total lors de cette soirée.
 
La cérémonie de remise des trophées a été animée par Pascal Coutance et Cédric Lardière, rédacteur en chef adjoint de Mesures, qui ont remis les trophées aux 15 sociétés lauréates en compagnie de Caroline Gilles, directrice de la publicité internationale de Mesures et d'Electroniques, d'Anne-Lise Rouaud, directrice de la publicité France d'Electroniques, d'Anna Seifert, directrice du développement commercial de Newsco, maison-mère de Mesures, de Jean-Guillaume Canuet, directeur de la publicité France de Mesures, ainsi que de Nadia Fara, responsable marketing et communication de Vega Technique et de Stéphane Coupeau, directeur général de TH Industrie, partenaires officiels de cette cérémonie. Les sociétés Danfoss, Endress+Hauser, Eurotherm (groupe Schneider Electric), FTMesures, Hexagon Manufacturing Intelligence, Nikon, Oros, Wika et Wimesure étaient également nos partenaires pour cette soirée.

Les lauréats des Palmarès technologiques 2017 sont les suivants :

ANALYSE INDUSTRIELLE :

Lauréat : l'analyseur des chlorures et des sulfates Thornton 3000CS de METTLER-TOLEDO ANALYSE INDUSTRIELLE

Le fabricant met en œuvre, pour la première fois, une technologie microfluidique pour analyser en ligne et en continu des traces de chlorures et de sulfates dans l’eau.


AUTOMATISME ET REGULATION :

Lauréat : la plateforme de mesure 3D robotisée Metrolog X4 i-Robot de METROLOGIC GROUP et KUKA

Associant un cobot, une plateforme autonome mobile, un scanner laser et un logiciel de pilotage capable de gérer à la fois la mesure 3D et la partie robotique, cette solution permet de franchir une étape supplémentaire dans l’automatisation des systèmes de mesure 3D en bord de ligne.

 

EFFICACITE ENERGETIQUE :

Lauréat : la solution Energies.365 de H3C-ENERGIES

Le français assure un accompagnement des acteurs dans la mise en place d’une démarche pérenne et structurée, en cinq étapes et cinq engagements.


INFORMATIQUE INDUSTRIELLE :

Lauréat : la solution IoT industriel pour machines existantes Orange Box de B&R

La transition vers l’industrie du futur ne passe pas forcément par l’investissement dans de nouvelles machines. L’Orange Box de B&R apporte aux machines existantes la connectivité et « l’intelligence » requises pour l’Internet des objets industriel.

 

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE / ELECTRONIQUE :

Lauréat : les oscilloscopes numériques MSO 5 de TEKTRONIX

La plateforme de cette série de milieu de gamme assure une flexibilité, une capacité de visualisation et des performances jamais vues jusque-là.
 
Mention spéciale : l'oscilloscope numérique IkaScope d'IKALOGIC

 

INSTRUMENTATION DE LABORATOIRE :

Lauréat : le chromatographe en phase gazeuse Intuvo 9000 d'AGILENT TECHNOLOGIES

L’américain a mis près de dix ans pour développer sa nouvelle génération de chromatographes en phase gazeuse. Mais l’attente en valait la peine…
 


INSTRUMENTATION DE PROCESS :

Lauréat : le capteur de température auto-étalonné iTherm TrustSens d'ENDRESS+HAUSER

Il s’agit du premier capteur de température de process du marché doté d’une fonction d’auto-étalonnage grâce à un élément en céramique avec un point de Curie particulier. 

 

Mention spéciale : le débitmètre à ultrasons TransPort PT900 de GENERAL ELECTRIC



MESURES MECANIQUES :

Lauréat : la machine de mesure tridimensionnelle Scanflash d'ESPI

Conçues pour fonctionner en bord de ligne de production, les Scanflash signées du français ESPI sont présentées comme étant 10 fois plus rapides que les MMT conventionnelles. De quoi limiter les goulots d’étranglement provoqués dans le processus de production et améliorer le retour sur investissement.
 
Mention spéciale : le capteur chromatique DotScan de Zeiss

 

 

MESURES PHYSIQUES :

Lauréat : les jauges de contraintes pelliculaires à fibre optique OSP-FP de FTMESURES et OPSENS

Associé à Opsens Solutions, le français a développé la première jauge de contraintes pelliculaire à fibre optique du marché. Elle vise les composites ou les grandes pièces.
 

Mention spéciale : la solution IIoT Alsens d'IDOSENS et ALTRAN

 


VISION INDUSTRIELLE :

Lauréat : la plateforme de vision pour l'embarqué Série 1 (technologie Alvium) d'ALLIED VISION

Basée sur un processeur SoC développé par Allied Vision lui-même, la technologie Alvium est au cœur de la série « 1 » de l’allemand qui fournit les performances des solutions de vision industrielle tout en répondant aux besoins de la vision embarquée en termes de compacité, de consommation et de coût.
 

Mention spéciale : le lecteur de codes 1D et 2D Série SR-2000 de KEYENCE


Vous pouvez retrouver une présentation détaillée de tous ces produits dans le dossier spécial Palmarès technologiques du numéro du mois d'octobre de la revue Mesures.

Les lauréats de l'édition 2017 des Palmarès technologiques de Mesures

Crédit photo : Julien Lecomte

Dernière modification le jeudi, 19 octobre 2017 18:45
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2018 - 01/02/2018
Sepem Rouen
01/02/2018 - 01/02/2018
Journée technique du LNE
06/02/2018 - 06/02/2018
Journée technique du CFM
06/02/2018 - 07/02/2018
Analyse industrielle
07/02/2018 - 08/02/2018
Pharmapack Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Biogaz Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Enova Lyon

Capteurs et transmetteurs
Transmetteur 8 voies Liquiline CM448 | Endress+Hauser

Le Liquiline CM448 est un transmetteur multiparamètre numérique pour la surveillance et le contrôle [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
PROM
Programmable read-only memory , mémoire programmable à lecture seulement. Il s’agit de circuits intégrés assurant une fonction de mémoire non volatile, c’est-à-dire qui conserve ses informations même lorsque l’alimentation est coupée (alors que ce n’est pas le cas pour les mémoires vives RAM).
L’histoire des mémoires non volatiles présentées en circuit intégré a démarré avec les ROM, qui étaient programmées une fois pour toutes par le fabricant du composant. Il s’agissait donc d’une mémoire morte. Les PROM font un peu la même chose mais ici la programmation est assurée par l’utilisateur lui-même (à l’aide d’un programmateur, qui consiste à appliquer des courants forts de façon à faire fondre des contacts à l’intérieur du circuit). Comme pour les ROM, la programmation est faite une fois pour toutes.
Les EPROM qui ont suivi étaient radicalement différentes : elles pouvaient s’effacer (en appliquant des rayonnements ultraviolets sur la puce du composant, à travers une fenêtre transparente) et pouvaient être reprogrammées ; comme les ROM et les PROM, il s’agit de mémoires non volatiles (par contre, les EPROM ne sont pas des mémoires mortes).
La EEPROM enfin, présente l’avantage d’être effacable électriquement. Bien entendu, elle peut être reprogrammée.