Blulog fait évoluer son système de surveillance sans fil

Rédigé par  mardi, 24 octobre 2017 13:57

La nouvelle version intègre des fonctionnalités supplémentaires, telles qu’un hub de nouvelle génération, de nouveaux outils mobiles.

Le français Blulog, spécialisé dans l’enregistrement et la traçabilité des températures pour la chaîne du froid, vient de lancer une nouvelle version de son système sans fil pour la surveillance à distance et en temps réel de la température dans les entrepôts, les chambres froides, les camions réfrigérés et tout autre lieu de stockage de produits sensibles.

Les enregistreurs du français transmettent leurs données via un hub de nouvelle génération, avec une portée en champs libre de désormais 1 000 m et une consommation d'énergie moindre. « L’autonomie, la mémoire et l’étalonnage, avec une précision de ±0,3 °C, des enregistreurs sont garantis pendant trois ans, une période qui correspond à la durée de vie de la batterie », indique la société.

L’application web Bluconsole, elle, a été enrichie de fonctionnalités supplémentaires et communique désormais la température en degré Celsus et degré Fahrenheit, sans oublier la disponibilité des versions espagnole et portugaise. Il est également possible de lier le numéro de l'enregistreur avec l’ID d’un véhicule. Les rapports au format PDF ont été repensés avec un graphique plus grand et davantage de données logistiques et de géolocalisation.

Les entreprises peuvent par ailleurs désormais choisir de travailler avec des enregistreurs munis d’une sonde externe. « Un nouveau mode de maintenance permet de désactiver les alertes durant des tranches horaires précises (la nuit, par exemple) et il existe de nouvelles possibilités de personnalisation », ajoute la société.

Enfin, Blulog propose de nouveaux outils mobiles, tels que BluRadar (application Android qui facilite l'installation des enregistreurs en désignant l’endroit optimal où placer les appareils), BluRadio Mobile (application Android qui permet de voir les données en temps réel communiquées par les enregistreurs RF localement), BluRadio desktop – il s’agit de la même application que Bluradio Mobile, mais pour les ordinateurs.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre
03/04/2019 - 04/04/2019
Enova Nantes
10/04/2019 - 11/04/2019
Sido

Capteurs et transmetteurs
Transmetteur 8 voies Liquiline CM448 | Endress+Hauser

Le Liquiline CM448 est un transmetteur multiparamètre numérique pour la surveillance et le contrôle [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
FFT
Fast Fourier Transform, transformée de Fourier rapide. On sait depuis longtemps réaliser des transformées de Fourier d’un signal, à l’aide d’électroniques analogiques (mises en œuvre notamment dans les analyseurs de spectres). Lorsque les électroniques numériques sont apparues, on a naturellement cherché à calculer numériquement la transformée de Fourier des signaux. Mais ces calculs étaient longs, jusqu’à ce qu’apparaisse un nouvel algorithme qui a permis de fortement réduire le temps de calcul. Cet algorithme a été baptisé “fast” (rapide, en anglais). Et c’est ainsi qu’est apparu le terme FFT. Aujourd’hui, quand on parle d’un analyseur FFT, il s’agit d’un appareil qui assure une fonction d’analyse spectrale et qui calcule numériquement le spectre.
Ceci étant, malgré les progrès accomplis par les calculateurs, les analyseurs FFT restent relativement lents et sont réservés à l’analyse de signaux acoustiques, de vibrations ou à l’analyse d’asservissements (quelques centaines de kHz tout au plus). Quand on dit qu’un analyseur FFT est “temps réel jusqu’à 20 kHz”, cela signifie qu’il va calculer le spectre d’un signal jusqu’à 20 kHz, sans perdre aucune information sur le signal d’entrée. L’analyseur peut calculer les raies spectrales supérieures à cette fréquence, mais il perd alors la notion de “temps réel” : autrement dit, le temps de calcul est trop long pour pouvoir prendre en compte la totalité des échantillons du signal et des portions de ce signal sont perdues.