Sixgill lance la 2e génération de sa plate-forme Sense

Rédigé par  jeudi, 02 novembre 2017 14:11

Sense 2.0 offre aux entreprises une flexibilité totale pour développer des applications IoE sensibles, sans aucunes limites.

L’américain Sixgill, spécialisé dans les données issues de capteurs et les services d’automatisation, vient de lancer la nouvelle génération de sa plate-forme universelle et évolutive de services Sense 2.0. Elle fournit des capacités essentielles pour les entreprises qui tentent de gérer leurs actifs Internet of Everything (IoE).

« Sense 2.0 offre aux entreprises une flexibilité totale pour développer des applications IoE hautement sensibles, sans limites sur la diversité, les sources, les applications ou l'échelle des données. Cela requiert la capture de tous les capteurs et toutes les données contextuelles, l'identification des croisements de données pertinentes à partir de flux bruités et le déclenchement rapide de réponses automatisées », explique Phil Ressler, CEO de Sixgill.

La nouvelle plate-forme fournit ainsi une extensibilité et une adoptabilité pour les développeurs, un traitement évolutif en temps réel, une boîte à outils des règles personnalisée pour déclencher des actions par programmation, le déploiement sur n'importe quel cloud ou datacenter, des fonctionnalités de sécurité intrinsèques, un plugin Geo IoE préétabli pour le geofencing (délimitation de zones géographiques), les services de proximité et le suivi d'actifs, ainsi qu’une administration et surveillance centralisées.

Sense 2.0 est construit sur l'architecture U3 de Sixgill, ce qui rend la plate-forme universelle (un backbone de services de données pour toutes les applications dépendantes du capteur), indépendante des capteurs et ouverte à tous types de données ou de sources de données, et non consolidée – il est possible d'obtenir des données de n'importe quel volume et à n’importe quelle vitesse avec un déploiement géré par le cloud, sur site ou hybride.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2018 - 01/02/2018
Sepem Rouen
01/02/2018 - 01/02/2018
Journée technique du LNE
06/02/2018 - 06/02/2018
Journée technique du CFM
06/02/2018 - 07/02/2018
Analyse industrielle
07/02/2018 - 08/02/2018
Pharmapack Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Biogaz Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Enova Lyon

Mesure physique, analyse chimique
Experts en analyses physico-chimiques

Avec plus de 35 ans d'expérience en analyse physico-chimique et une présence dans le monde entier, [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
PROM
Programmable read-only memory , mémoire programmable à lecture seulement. Il s’agit de circuits intégrés assurant une fonction de mémoire non volatile, c’est-à-dire qui conserve ses informations même lorsque l’alimentation est coupée (alors que ce n’est pas le cas pour les mémoires vives RAM).
L’histoire des mémoires non volatiles présentées en circuit intégré a démarré avec les ROM, qui étaient programmées une fois pour toutes par le fabricant du composant. Il s’agissait donc d’une mémoire morte. Les PROM font un peu la même chose mais ici la programmation est assurée par l’utilisateur lui-même (à l’aide d’un programmateur, qui consiste à appliquer des courants forts de façon à faire fondre des contacts à l’intérieur du circuit). Comme pour les ROM, la programmation est faite une fois pour toutes.
Les EPROM qui ont suivi étaient radicalement différentes : elles pouvaient s’effacer (en appliquant des rayonnements ultraviolets sur la puce du composant, à travers une fenêtre transparente) et pouvaient être reprogrammées ; comme les ROM et les PROM, il s’agit de mémoires non volatiles (par contre, les EPROM ne sont pas des mémoires mortes).
La EEPROM enfin, présente l’avantage d’être effacable électriquement. Bien entendu, elle peut être reprogrammée.