Yokogawa rend disponible la version R6.05 de Centum VP

Rédigé par  jeudi, 02 novembre 2017 15:32

Cette nouvelle version apporte entre autres un module processeur basé LSI et des fonctions d’ingénierie améliorées.

Le japonais Yokogawa Electric, fabricant de systèmes de contrôle et d'instrumentation de process, vient d’annoncer la disponibilité de la version R6.05 de son système numérique de contrôle commande (SNCC) Centum VP.

Avec cette nouvelle version, le module processeur CP471 doté d’un microprocesseur utilisant la technologie de circuit intégré LSI (Large-Scale Integration) – une conception propre à Yokogawa – est désormais disponible. « Ce module permet ainsi de s’affranchir des perturbations pouvant apparaître lors de la modification ou de l’arrêt d’un produit », explique la société.

La version R6.05 intègre par ailleurs une fonction d’ingénierie améliorée qui accélère l’exécution des projets via des gains en termes de temps de configuration et d’installation, dans l’environnement d’ingénierie Automation Design (AD) Suite.

Enfin, la dernière version en date s’inscrit dans la continuité de toutes celles introduites depuis 2014 (R6.01), en proposant des fonctions renforcées permettant de compléter les propositions de valeur de Smart Engineering et Sustainable Plant.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2018 - 01/02/2018
Sepem Rouen
01/02/2018 - 01/02/2018
Journée technique du LNE
06/02/2018 - 06/02/2018
Journée technique du CFM
06/02/2018 - 07/02/2018
Analyse industrielle
07/02/2018 - 08/02/2018
Pharmapack Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Biogaz Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Enova Lyon

Capteurs et transmetteurs
Proline Promag P 100 et Proline Promass P 100

Le Promag P 100 est destiné aux applications chimiques et de process avec liquides corrosifs et températures [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
PROM
Programmable read-only memory , mémoire programmable à lecture seulement. Il s’agit de circuits intégrés assurant une fonction de mémoire non volatile, c’est-à-dire qui conserve ses informations même lorsque l’alimentation est coupée (alors que ce n’est pas le cas pour les mémoires vives RAM).
L’histoire des mémoires non volatiles présentées en circuit intégré a démarré avec les ROM, qui étaient programmées une fois pour toutes par le fabricant du composant. Il s’agissait donc d’une mémoire morte. Les PROM font un peu la même chose mais ici la programmation est assurée par l’utilisateur lui-même (à l’aide d’un programmateur, qui consiste à appliquer des courants forts de façon à faire fondre des contacts à l’intérieur du circuit). Comme pour les ROM, la programmation est faite une fois pour toutes.
Les EPROM qui ont suivi étaient radicalement différentes : elles pouvaient s’effacer (en appliquant des rayonnements ultraviolets sur la puce du composant, à travers une fenêtre transparente) et pouvaient être reprogrammées ; comme les ROM et les PROM, il s’agit de mémoires non volatiles (par contre, les EPROM ne sont pas des mémoires mortes).
La EEPROM enfin, présente l’avantage d’être effacable électriquement. Bien entendu, elle peut être reprogrammée.