X-Rite étend sa gamme de spectrophotomètres

Rédigé par  jeudi, 01 février 2018 10:39

L’américain vient d’ajouter à sa gamme MetaVue un nouveau spectrophotomètre d’imagerie sans contact pour les industries du plastique, des cosmétiques, de l’agroalimentaire, etc.

Via sa filiale Pantone, X-Rite (groupe américain Danaher), fabricant de solutions pour l’analyse et le contrôle de la couleur, vient d’introduire le MetaVue VS3200, le dernier-né de sa série de spectrophotomètres d’imagerie sans contact MetaVue. Il s’agit d’une version dédiée aux industries du plastique, des revêtements, des cosmétiques et de l’agroalimentaire.

« Bon nombre de programmes de contrôle qualité se fondent exclusivement sur une évaluation visuelle en présence d’une forme ou d’une taille d’échantillon inhabituelle. Le MetaVue VX3200 permet de mesurer toutes sortes d’échantillons secs et humides, qu’ils soient grands ou petits (diamètre d’ouverture de mesure réglable de 2 à 12 mm), les fabricants pouvant ainsi minimiser le gaspillage et les remises en fabrication », explique Dave Visnovsky, responsable produit chez X-Rite.

Le nouvel appareil peut être par ailleurs utilisé dans le cadre des applications de formulation en laboratoire pour mesurer les échantillons impossibles à traiter avec des instruments classiques, tels que les peintures fraîches, les revêtements ou cosmétiques humides, voire certaines denrées alimentaires. Il en résulte une diminution des erreurs de couleur lors des procédures de formulation et de création de recettes.

Côté spécifications, l’étendue de mesure photométrique est de 0 à 150 % de réflectivité, avec une résolution photométrique de 10 nm et une plage spectrale de 400 à 700 nm. Le MetaVue VX3200 peut être associé à un socle doté de plateaux amovibles coulissants, pour un positionnement en hauteur (à environ 75 mm d’une table), à un socle ajustable, pour les échantillons de diverses épaisseurs, et un socle de paillasse transformant l’instrument portable en une version fixe dotée d’un bras récepteur d’échantillon pour la mesure d’objets en plastique, par exemple. On trouve enfin une caméra numérique embarquée améliorant la précision de visée de l’échantillon.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

Pas d'événement

Non classé
Mesure vibratoire de machines tournantes

Quelle que soit la machine : générateur, turbine, compresseur alternatif, diesel ou transmission, les [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
  • Barrières de sécurité pour petites distances Barrières de sécurité pour petites distances
    Les nouveaux rideaux lumineux et barrières immatérielles de sécurité de la série SLC/SLG 240 COM de Schmersal conviennent aux applications avec une petite distance de sécurité.
    Lire la suite >
  • Analyseur de soufre dans le pétrole Analyseur de soufre dans le pétrole
    Horiba a complété sa gamme d’analyseurs de soufre, avec le modèle portable SLFA-60. Destiné à la détermination de la teneur en soufre dans les schistes bitumineux, le pétrole brut traditionnel et les autres produits pétroliers, cet appareil affiche une étendue de mesure double (0 à 9,9999 %) de celle du modèle qu’il remplace.
    Lire la suite >
  • Caméras industrielles Caméras industrielles
    IDS a lancé une nouvelle génération de caméras industrielles de la famille uEye SE. Les nombreuses variantes proposées la rendent compatible avec une grande variété d'applications.
    Lire la suite >
Run Time
Version exécutoire d’un logiciel. La plupart des logiciels industriels comportent une version dite de “développement” qu’utilise le développeur pour créer un applicatif opérationnel. Cet applicatif est ensuite compilé et chargé dans la (ou les) machines (s) cible. C’est cet applicatif que l’on appelle le “run time”. Le run time ne peut pas être modifié (sauf les paramétrages prévus lors de la conception du logiciel). Souvent, les éditeurs de logiciels vendent une version “développement” et font payer des royalties pour les versions “run-time” (les royalties sont calculées en fonction du nombre de postes déployés).