Spécial Global Industries - Les professionnels se mobilisent pour la fabrication additive

Rédigé par  vendredi, 30 mars 2018 13:30

Le Symop, le Cetim et le CEA List multiplient les initiatives en faveur du déploiement des technologies de fabrication additive dans l’industrie française.

Face aux enjeux que représentent les procédés de fabrication additive, les professionnels de ce nouveau secteur d’activité réunis dans l’Alliance Industrie du futur (AIF), multiplient les initiatives pour accélérer le déploiement de cette technologie dans l’industrie française. Après la publication de la Feuille de route de l’AIF, le référentiel cadre des actions prioritaires à mener, les travaux se poursuivent, notamment au sein du Syndicat des machines et technologies de production (Symop) qui a créé un nouveau groupe dédié à la fabrication additive. Celui-ci a pour mission de structurer les actions des entreprises qui proposent une offre de machines et de technologies, afin d'accélérer leur industrialisation.

Le Symop a d’autre part profité du salon Global Industrie de Paris Villepinte pour inaugurer, en présence de ses partenaires du Centre technique des industries mécaniques (Cetim), du CEA List et avec le soutien de Bpifrance, le portail www.la-fabrication-additive.com, destiné à rendre l’offre de fabrication additive pour l’industrie française « lisible et visible ». Son premier objectif consiste à aider les entreprises, de la PME au grand groupe, à s’approprier ces nouvelles technologies au travers de contenu pédagogique, de présentation de cas d’usage et de retours d’expérience. De plus, le site référencera les fournisseurs de machines de fabrication additive pour l’industrie afin de favoriser leur sélection par les clients, via des entrées fonctionnelles sur toute la chaîne de valeur (conseil, logiciels, matériaux, machines, post-traitement ou encore contrôle).

Lancement du programme 3D Start PME

Autre initiative issue de la collaboration entre le Cetim, le CEA List, le Symop et Bpifrance, le programme 3D Start PME a été lancé pour aider les entreprises à évaluer l’intérêt d’intégrer la fabrication additive dans leurs process de fabrication et à en mesurer l’impact sur leur stratégie, leur organisation et leurs compétences. Actuellement en phase pilote, le dispositif devrait par la suite être déployé sur le territoire national en concertation avec les régions, sachant que les partenaires de cette nouvelle initiative bénéficient de l’expérience retirée de leur précédent programme Robot Start PME qui concernait l’acquisition d’un premier robot.

Dernière modification le vendredi, 30 mars 2018 13:33
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

25/09/2018 - 28/09/2018
Micronora
25/09/2018 - 27/09/2018
Sepem Avignon
27/09/2018 - 27/09/2018
Journée technique de l'Exera
03/10/2018 - 04/10/2018
Journées nationales de la mesure (J’M)
11/10/2018 - 11/10/2018
Journée technique de l'IO-Link France
16/10/2018 - 16/10/2018
Digital Industry Summit
18/10/2018 - 18/10/2018
Les Assises du MES
23/10/2018 - 24/10/2018
Enova Paris

Capteurs et transmetteurs
Thermorésistance iTHERM TM411 | Endress+Hauser

Cette thermorésistance iTHERM a été conçue pour répondre aux exigences de l'agroalimentaire et des [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Boundary Scan
La technique “boundary scan” (balayage de la périphérie) est pratique pour accéder individuellement aux circuits intégrés numériques présents sur une carte électronique. Les différentes broches des composants et les différents composants sont raccordés sur un bus spécialisé (Boundary Scan) accessible depuis le connecteur de la carte. Cette technique permet de réaliser de la programmation in-situ de composants (mémoires et micro-contrôleurs) et de tester ces composants. Le gros intérêt du Boundary Scan est d’éviter de recourir au traditionnel lit à clous, encombrant, peu flexible (il faut en développer un pour chaque type de carte à tester) et coûteux. Revers de la médaille, cette technique impose d’utiliser des versions Boundary Scan des composants classiques, qui nécessitent plus de surface sur le silicium et sont donc plus onéreuses.
Le terme Boundary Scan est également connu sous le nom de JTAG et il fait l'objet d'une norme (IEEE 1149.1).