ABB à l'écoute des moteurs basse tension pour mieux prévenir leurs pannes

Rédigé par  vendredi, 06 avril 2018 15:30
Lors de Global Industrie, ABB a dévoilé l'Ability Smart Sensor, un capteur "intelligent" capable d'assurer le suivi de la santé et des performances des moteurs basse tension aussi simplement que d'ouvrir une application de smartphone. L'objectif : assurer une maintenance préventive efficace.
"Les moteurs nous parlent, sachons les écouter." C'est par cette phrase que, sur le stand d'ABB, lors du salon Global Industrie qui s'est déroulé du 27 au 30 mars 2018 à Paris Nord Villepinte, l'automaticien démarre la présentation d'un de ses nouveaux produits : l'Ability Smart Sensor. Il s'agit d'un capteur dit "intelligent" qui permet d'assurer le suivi de la santé et des performances des moteurs basse tension aussi simplement que d'ouvrir une application de smartphone, selon les dires d'ABB.
 
De quoi attirer l'intérêt de nombreux secteurs industriels où ces petits moteurs sont employés pour entraîner un large panel de machines allant des convoyeurs aux pompes en passant par les mélangeurs, les ventilateurs, etc. Car surveiller l'état de chaque moteur d'un site a toujours présenté un défi complexe et coûteux.
 
Installé en quelques minutes, directement sur le châssis du moteur, et basé sur l’Internet des Objets (IoT), des Services et des Personnes (IoTSP) développé par ABB, l'Ability Smart Sensor est compact, non intrusif et autoalimenté, et se connecte sans fil au cloud. "Une fois en position, les informations de la plaque d’identification et des paliers du moteur sont transmises au capteur, puis une connexion sans fil est établie afin de transmettre les données au cloud via un smartphone ou une passerelle. Des algorithmes complexes analysent alors ces données et les convertissent en informations exploitables", explique t-on sur le stand d'ABB. 
 
Prévenir 70% des pannes
 
En plus de détecter les problèmes de défaillance des paliers, d’excentricité de l’isolement, de refroidissement et de surcharge, qui représentent 70 % des pannes, ces capteurs améliorent le travail de maintenance en s’affranchissant des mesures et rapports manuels réalisés pour chaque moteur, particulièrement chronophages, en bénéficiant d’un accès simplifié aux paramètres individuels d’état et de service depuis un smartphone, une tablette ou un PC.
 
Par ailleurs, l’état du moteur est disponible en un seul coup d’œil à l’écran et via des Led disposées sur le capteur. Ainsi, un signal rouge indique un élément critique (les données doivent être vérifiées immédiatement et des actions correctives entreprises) alors qu'un signal jaune est le témoin que le moteur est en bon état pour l’instant, mais que des opérations de maintenance devront être réalisées lors du prochain arrêt programmé. Enfin, un signal vert indique que tout va bien et qu’aucune action n’est nécessaire. Des alertes peuvent aussi être envoyées sur un smartphone. Qui plus est, un historique des données du moteur est également disponible en se connectant sur le portail sécurisé d'ABB.
 
Utilisée pour la première fois sur les moteurs industriels, selon ABB, cette technologie permetttrait de réduire les arrêts imprévus jusqu’à 70 %, de prolonger la durée de vie des moteurs de 30 % et d'améliorer l’efficacité énergétique jusqu’à 10 %. La société annonce un retour sur investissement (ROI) inférieur à un an. Grâce à ce dispositif, ABB donne une nouvelle dimension à la surveillance conditionnelle du moteur en l’accompagnant de capacités prédictives grâce à l’IoTSP. 
Dernière modification le vendredi, 06 avril 2018 15:48
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

25/09/2018 - 28/09/2018
Micronora
25/09/2018 - 27/09/2018
Sepem Avignon
27/09/2018 - 27/09/2018
Journée technique de l'Exera
03/10/2018 - 04/10/2018
Journées nationales de la mesure (J’M)
11/10/2018 - 11/10/2018
Journée technique de l'IO-Link France
16/10/2018 - 16/10/2018
Digital Industry Summit
18/10/2018 - 18/10/2018
Les Assises du MES
23/10/2018 - 24/10/2018
Enova Paris

Capteurs et transmetteurs
Pression absolue et relative Cerabar M PMP51

Le transmetteur de pression numérique Cerabar PMP51 avec cellule de mesure piézorésistive et membrane [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
  • Camera intelligente Camera intelligente
    La caméra intelligente Neon-1021 x86 d'ADlink Technologies intègre différents logiciels de vision, permettant de choisir le mieux adapté et de profiter d’un éventail de fonctions très étendu.
    Lire la suite >
  • Kit de développement pour caméras 3D Kit de développement pour caméras 3D
    IDS Imaging Development Systems diffuse la version 2.2 du kit de développement logiciel (SDK) pour ses caméras 3D Ensenso. Il offre un traitement d'image plus efficace, basé sur une carte graphique Nvidia CUDA (Compute Unified Device Architecture) avec processeur graphique (GPU).
    Lire la suite >
  • Logiciel d'ingénierie
 Logiciel d'ingénierie

    Siemens a ajouté des extensions fonctionnelles à son outil d'ingénierie TIA Portal V15.1. Celles-ci sont axées sur les tests et les simulations.

    Lire la suite >
Boundary Scan
La technique “boundary scan” (balayage de la périphérie) est pratique pour accéder individuellement aux circuits intégrés numériques présents sur une carte électronique. Les différentes broches des composants et les différents composants sont raccordés sur un bus spécialisé (Boundary Scan) accessible depuis le connecteur de la carte. Cette technique permet de réaliser de la programmation in-situ de composants (mémoires et micro-contrôleurs) et de tester ces composants. Le gros intérêt du Boundary Scan est d’éviter de recourir au traditionnel lit à clous, encombrant, peu flexible (il faut en développer un pour chaque type de carte à tester) et coûteux. Revers de la médaille, cette technique impose d’utiliser des versions Boundary Scan des composants classiques, qui nécessitent plus de surface sur le silicium et sont donc plus onéreuses.
Le terme Boundary Scan est également connu sous le nom de JTAG et il fait l'objet d'une norme (IEEE 1149.1).